Divers
CIMer 2015, quelles avancées ? La réaction du Cluster

Actualité

CIMer 2015, quelles avancées ? La réaction du Cluster

Divers

Suite à la tenue du Conseil Interministériel de la Mer, le Cluster Maritime Français fait le point sur les différentes mesures annoncées :

Un Conseil Interministériel de la Mer (CIMer) vient de se tenir à Boulogne-sur-mer ce jeudi 22 octobre 2015 (la précédente édition avait eu lieu le 2 décembre 2013). Concerné au premier chef par la préparation de cet évènement, le CMF était présent.

Au cours du déjeuner qui a suivi, organisé à l’initiative de Frédéric Cuvillier – ancien secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, les représentants des grandes filières de l'économie maritime ont pu longuement échanger avec le Premier Ministre Manuel Valls ainsi qu'avec les ministres présents : Emmanuel Macron - ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique et Alain Vidalies - secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche. Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Cluster Maritime Français (CMF), a exprimé sa satisfaction devant les mesures qui ont été annoncées, tout en insistant sur les attentes encore nombreuses des acteurs de l'Économie Bleue.

Le CMF, rappelant le formidable levier de croissance que constitue l’économie maritime au cœur des industries du futur, se félicite donc de la qualité d'écoute et de dialogue qu'il rencontre auprès des ministres concernés ainsi que de leur cabinet.

La Croissance Bleue passe impérativement par une vision globale en ligne avec le renforcement de l’ambition maritime de la France. L’État doit en effet pouvoir mettre en œuvre une stratégie maritime d’envergure en assurant la coordination des activités maritimes actuelles et futures, en s’appuyant sur des politiques publiques à même de créer les conditions favorables pour que les professionnels de la mer travaillent et développent leurs projets dans des espaces maritimes sécurisés, véritable enjeu de souveraineté.

Plusieurs mesures ont été annoncées lors de ce CIMer, en faveur :

- des grands ports maritimes,

- de la construction de navires pour des armateurs français dans des chantiers navals français,

- du fort soutien au renouvellement des flottes de pêche et de l’aquaculture française,

- de la dotation d’une planification à moyen et long terme d’exploitation des grands fonds marins, ouvrant les zones prometteuses aux industriels, tout en assurant la prise en compte de la dimension environnementale,

- du développement de manière transparente et concertée des outils permettant la coexistence des différents usages de la mer,

- de la recherche des voies et moyens pour pérenniser le financement de la SNSM,

- sur un plan plus régalien, des dispositifs et des renouvellements de la flotte pour assurer la sûreté des espaces et activités maritimes,

- du soutien au développement des ports d’Outre-mer.


Malgré tout, le CMF constate quelques grands absents au menu de ce CIMer : les mesures en faveur de l’emploi et de la compétitivité du pavillon Français, les Énergies Marines Renouvelables, la plaisance et le nautisme. Nul doute que tous ces sujets seront présentés et développés par les représentants de l’État, et débattus avec les professionnels de la mer, en présence d’Arnaud Leroy, député et auteur d’une récente proposition de loi sur l’économie bleue, lors des 11 e Assises de l’économie de la mer les 3 & 4 novembre 2015 à Marseille, rendez-vous incontournable des acteurs de la Croissance Bleue.
À cette occasion, le CMF insistera pour que soient mis en place des échéances, des marqueurs, des objectifs et des points d'étape réguliers. Le Cluster Maritime Français appelle également de ses vœux à la tenue d’un débat parlementaire annuel sur la politique maritime, et à poursuivre la tenue régulière du Comité Interministériel de la mer à l’exemple de celui qui vient de se tenir ce jour.

Le CMF tient enfin à rappeler que la politique maritime est par essence interministérielle. Cette dimension doit s’exprimer sous l’autorité du Premier Ministre pour éviter des contradictions entre des politiques sectorielles qui nuisent aujourd’hui à de trop nombreux projets du secteur, pourtant essentiels à l’économie et à la croissance de notre pays.

Cette interministérialité a d’ailleurs été confirmée par le Premier Ministre lors du déjeuner.
 

Divers Cluster Maritime Français (CMF) | Actualité