Croisières et Voyages

Fil info

CLIA Europe dévoile les résultats de son étude 2017 sur la Baltique

CLIA (Cruise Lines International Association) a présenté les résultats de son étude 2017 sur la Baltique lors d'un atelier qui s'est déroulé à Bruxelles le 26 juin 2017. Les régions baltes suscitent l'attention, puisqu'elles sont devenues le troisième marché des destinations de croisières dans le monde. L'événement a réuni plus de 25 représentants de l'industrie, organismes de réglementation et principales parties prenantes, dans le but d'informer et de faciliter les conditions opérationnelles de l'industrie de la croisière dans la région.

L'étude résulte d'un exercice coordonné par CLIA en mer Baltique réalisé en 2016, où elle a testé la disponibilité et l'adéquation des installations d'accueil portuaire (Ports Reception Facilities ou PRF) dans la région. L'étude a déterminé que selon les dispositions de la zone spéciale MARPOL Annexe IV, qui ne sont pas encore en vigueur, il existe des lacunes à la fois côté ports et côté navires qui doivent être traitées.

L'analyse montre que lors de 46% des escales effectuées, les navires de croisières ont signalé un problème lié aux PRF en réponse à trois questions spécifiques. La première question concernait des problèmes spécifiques rencontrés, à savoir : « aucune installation disponible » (12,7%) ; « Retard injustifié » (21,8%) ; « Problèmes techniques » (5,9%) ; « Emplacement inapproprié » (5%) ; « Frais déraisonnables pour l'utilisation des installations » (25,5%) ou « autre » (29%). Cette dernière a inclus des aspects comme la planification et les caractéristiques spécifiques du port / navire.

Lors de 32% des escales, les navires de croisières ont considéré que les taxes étaient disproportionnellement élevées, créant ainsi un facteur dissuasif d'utiliser les PRF. Les navires de croisières qui mélangent et traitent à la fois les eaux noires (Black Waters) et les eaux grises (Grey Waters) (par exemple, en utilisant des systèmes avancés de traitement des eaux usées à bord) ont fourni des commentaires négatifs sur l'adéquation des installations portuaires, en particulier en ce qui concerne le volume effectivement déchargé dans les PRF.

CLIA conseille donc à tous les acteurs pertinents de l'industrie dans la région Baltique d'assurer une communication claire sur la disponibilité des PRF et d'enregistrer ces informations dans la base de données GISIS de l'O.M.I ; un engagement plus étroit avec l'industrie sur le développement de l'infrastructure portuaire et des plans connexes de gestion des déchets ; une adéquation des PRF dans la région de la mer Baltique ; l'élaboration d'un mécanisme de contingence / plan B pour les rejets exceptionnels ; et l'utilisation d'un format standard plus détaillé du formulaire de notification préalable (ANF) pour la livraison des déchets aux installations de réception portuaires. Les ports devraient prendre en compte les caractéristiques spécifiques des navires de croisières, y compris le temps passé en mer et les volumes d'eaux usées générés prévus.

« Toutes les parties prenantes doivent travailler main dans la main pour promouvoir des pratiques écologiquement durables en Baltique, le 3ème marché de croisière au monde, et veiller à ce que les mesures environnementales et les opérations commerciales soient alignées », a commenté Tom Fecke, secrétaire général de CLIA Europe. « Nous croyons également que de nombreux ports de la Baltique devront mettre à jour individuellement leurs plans de gestion des déchets portuaires pour tenir compte de la législation imminente et inclure l'industrie de la croisière dans ces discussions », a-t-il ajouté.

Tom Fecke a également expliqué que « les risques juridiques, sécuritaires et environnementaux ne peuvent être gérés que par une coopération étroite entre toutes les parties prenantes, en particulier les opérateurs de navires, les ports et les fournisseurs de PRF. Développer les partenariats à long terme avec les principaux fournisseurs de PRF, où les compétences de base sont très élevées en matière de sécurité et d'environnement, devrait favoriser la gestion de ce risque opérationnel ».

Certains navires de croisières continueront à rapporter leurs expériences avec PRF pour les eaux usées en Baltique durant la saison 2017. Pour les futures études, une plus grande implication des ports dans la cartographie est fortement recommandée par CLIA, afin de mieux comprendre les investissements / interventions nécessaires pour assurer la continuité des opérations de croisière dans la région après l'entrée en vigueur de la zone spéciale.

À la suite de la présentation, les participants ont convenu qu'il était nécessaire d'instaurer un dialogue entre toutes les parties prenantes, et en particulier entre CLIA et les ports de la Baltique. Ceci, afin d'assurer une clarté juridique dans les principaux aspects de la mise en œuvre de la directive européenne sur les installations de réception et, en particulier, l'interprétation du statut de « prochain port d'escale », qui revêt une importance majeure pour les opérateurs.

La discussion a souligné l'importance de l'adéquation des PRF dans la région qui devrait être prospective et conçue pour répondre aux besoins futurs des navires de croisières dans la région, accompagnés d'un « Plan B » pour assurer la redondance, ainsi qu'une structure de frais transparente.

Informations sur la région Baltique :

La Baltique est le 3ème marché de la croisière par destination dans le monde et l'industrie dans cette région connaît une croissance continue, avec +13% de passagers prévus en 2017 et +15% d'escales de navires de croisières.

Eléments clés de l'étude CLIA : 

 

Navires participants

29

Nombre total de rapports provenant des navires

579

Nombre de données par formulaire rempli

84

Nombre total de données recueillies

48636

Ports visités

30

Nombre total de ports fournissant des informations

29

Ports fournissant des volumes totaux d'eaux usées déchargées

6

 

Communiqué de CLIA Europe, 30/06/17

Croisière - Informations générales