Marine Marchande
CMA CGM : Après le trou d'air, la stabilisation sur le marché Asie - Europe

Actualité

CMA CGM : Après le trou d'air, la stabilisation sur le marché Asie - Europe

Marine Marchande

Après des années de croissance fulgurante, le commerce maritime a été frappé de plein fouet par la crise, qui a touché fin 2008 l'économie mondiale. Les flux se sont effondrés et des centaines de porte-conteneurs, faute de marchandises à transporter, ont été désarmés. CMA CGM, comme ses concurrents, n'a pas échappé au phénomène et a été contrainte de rationaliser ses lignes, voire de suspendre certains services, comme le FAL4, qui avait été inauguré l'an passé entre l'Asie et l'Europe. La compagnie a néanmoins pu jouer sur une importante variable d'ajustement, constituée par les navires affrétés. Ces derniers représentaient, au 31 décembre 2008, les trois quarts de la flotte exploitée par l'armement, et forte de 400 navires. CMA CGM a donc pu réduire la voilure en se séparant de 50 navires en fin de charte d'affrètement. En cas d'aggravation du contexte économique, l'armement pouvait restituer jusqu'à 130 autres unités d'ici la fin 2009. Le groupe n'aura, toutefois, peut être pas à réduire de manière si draconienne sa flotte en exploitation. Au premier trimestre, une stabilisation des flux a, en effet, été constatée entre l'Asie et Europe, second marché mondial, quasiment aussi important que le marché transpacifique. Stoppant sa chute, le taux de remplissage des navires entre l'Asie et l'Europe serait remonté à environ 90%, sans doute aidé par la rationalisation des lignes dont la première conséquence fut la baisse générale de capacité. En attendant la reprise de l'économie, l'équilibre semble donc avoir été trouvé. D'où la décision de la compagnie française d'augmenter ses taux de fret, mesure qu'ont également prises d'autres armements. Mais chez CMA CGM, comme chez ses concurrents, on reste néanmoins prudent, la navigation dans le contexte économique actuel se faisant toujours à vue.

CMA CGM