Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande

Actualité

CMA CGM célèbre ses 35 ans avec l’inauguration du Jules Verne

Marine Marchande

Le groupe maritime français, numéro 3 mondial du transport maritime conteneurisé, a célébré hier son 35ème anniversaire à Marseille, à l’occasion de l’inauguration de son nouveau porte-conteneurs géant. Arrivé la veille dans les bassins phocéens pour une escale exceptionnelle, cette partie historique du port n’étant pas conçue pour accueillir de tels mastodontes, le CMA CGM Jules Verne, flambant neuf, a été inauguré lors d’une grande cérémonie. Pas de marraine, comme c’est habituellement le cas, mais un invité de marque, François Hollande, pour présider l’évènement et couper lui-même le ruban tricolore ayant libéré la bouteille de champagne venue se briser sur la coque du navire. C’est « un évènement exceptionnel (…), une étape importante pour Marseille et la France toute entière. Nous inaugurons l’un des fleurons de la flotte commerciale de notre pays », a souligne le chef de l’Etat, qui s’est dit « impressionné »  par la taille du Jules Verne et exprimé la fierté de voir ce bateau, actuellement le plus gros porte-conteneurs du monde, battre pavillon français. « Un pavillon reconnu pour sa rigueur en termes de sécurité, de sûreté, de protection environnementale, mais aussi pour ses qualités économiques », a dit le président de la République, qui a rappelé l’importance de disposer d’un armement national pour les exportations françaises. A eux seuls, les navires de CMA CGM transportent chaque année plus de 6 millions de tonnes de produits français à travers le monde (vins et spiritueux, produits agroalimentaires, glaces, pneumatiques…). François Hollande en a également profité pour réaffirmer sa volonté dans la stratégie de développement portuaire du pays autour de trois axes : la simplification des démarches administratives, l’amélioration des dessertes portuaires avec l’augmentation de la part du ferroviaire et du fluvial, ainsi que l’augmentation des capacités de traitement de conteneurs.

 

 

François Hollande sur le CMA CGM Jules Verne (© PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE)

François Hollande sur le CMA CGM Jules Verne (© PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE)

 


Discours lors de l'inauguration du porte... par elysee

 

 

Une aventure franco-libanaise

 

 

Le chef de l’Etat a, évidemment, salué la réussite de Jacques Saadé, fondateur et président de CMA CGM, qui fête ses 35 ans. Contraint de quitter le Liban, son pays natal, en raison de la guerre civile ayant débuté en 1975, Jacques Saadé a créé la Compagnie Maritime d’Affrètement (CMA) en 1978 et s’est ancré à Marseille. En 1996, l’armement a intégré à l’occasion de sa privatisation par l’Etat la Compagnie Générale Maritime, issue de la fusion de la Compagnie Générale Transatlantique et des Messageries Maritime. L’ensemble donna naissance à CMA CGM, qui comptait alors 78 navires pour une capacité totale de 260.000 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur). Au fil des années, la compagnie n’a cessé de se renforcer, notamment au travers de différentes acquisitions (Australian National Lines en 1998, MacAndrews en 2002, Delmas en 2006, Cheng Lie Navigation, LTD, Comanav et US Lines en 2007).

 

 

(© CMA CGM)

(© CMA CGM)

 

 

Surfant sur l’explosion des échanges internationaux, notamment entre l’Asie et l’Europe, son marché historique, CMA CGM a connu sur la dernière décennie une évolution considérable. Ainsi, le groupe est passé de 153 navires (304.000 EVP) en 2003 à 414 porte-conteneurs (1.446 million d’EVP) cette année, passant sur la période de la place de 5ème à 3ème groupe mondial du secteur. Le groupe, qui s’est également développé dans la gestion de terminaux portuaires ainsi que le transport multimodal (ferroviaire, fluvial), dessert 170 routes maritimes et est aujourd’hui présent dans 150 pays avec 650 agences implantées à travers le monde. La flotte, qui compte 84 navires en propriété (dont 23 sous pavillon français) sur les 414 en ligne, est armée par 3500 navigants (dont 517 Français) et a permis de transporter 10.6 millions d’EVP l’an dernier.

 

 

Jacques Saadé (© CMA CGM)

Jacques Saadé (© CMA CGM)

 

 

L’écueil de 2008 surmonté

 

 

Ces 35 dernières années, l’armement a donc connu un essor remarquable, jusqu’à la crise de 2008, qui a étrillé les échanges internationaux et plus particulièrement le transport maritime, durement touché. Comme de nombreuses autres compagnies, CMA CGM a connu une période très difficile, avec un effondrement de ses rentrées financières, une dette colossale et de nombreuses commandes de navires en souffrance. Menacé de perdre le contrôle de sa société, Jacques Saadé, connu pour sa ténacité et ses qualités manoeuvrières, a su habilement négocier avec les banques et l’Etat pour passer ce cap difficile et continuer de présider aux destinées du groupe. Pour la première fois, l’armement a ouvert son capital, avec l’entrée du groupe turc Yildirim, puis du Fonds Stratégique d’Investissement, la famille Saadé restant néanmoins très majoritaire. CMA CGM a pu renégocier ses commandes et ses échéances auprès des créanciers, restructurer sa dette et injecter de l’argent frais avec les prises de participation. Le tout en rationalisant son outil naval et ses différentes filiales en mettant en œuvre un vaste plan d’économie. Tant et si bien que le groupe a pu sortir de l’ornière et, même si la situation demeure complexe sur le plan international, CMA CGM a renoué l’an dernier avec les bénéfices. Avec en 2012 un résultat record : 15.9 milliards de dollars de chiffres d’affaires et 361 millions de dollars de bénéfices.

 

 

Le CMA CGM Jules Verne (© CMA CGM)

Le CMA CGM Jules Verne (© CMA CGM)

 

 

La course au gigantisme

 

 

L’inauguration du CMA CGM Jules Verne consacre une aventure familiale et symbolise l’incroyable développement du transport maritime ces dernières années. En 2005, la compagnie célébrait l’entrée en flotte du CMA CGM Otello (8500 EVP), son plus gros porte-conteneurs. Un navire suivi de sisterships et supplanté dès 2006 par la CMA CGM Médéa (9400 EVP). L’augmentation progressive de la taille des bateaux va se poursuivre à un rythme soutenu, l’armement franchissant le cap de 10.000 boites en 2009 avec le CMA CGM Andromeda (11.400 EVP). L’année suivante, le CMA CGM Christophe Colomb (13.830 EVP) entrait en flotte, puis ce fut le tour fin 2012 du CMA CGM Marco Polo (16.020 EVP), premier d’une nouvelle série de porte-conteneurs géants dont le CMA CGM Jules Verne est le troisième exemplaire. Une série qui sera prolongée avec la commande de nouveaux navires de cette capacité et l’affrètement de plusieurs autres.

 

 

La tour CMA CGM à Marseille (© CMA CGM)

La tour CMA CGM à Marseille (© CMA CGM)

 

 

Cette course au gigantisme, partagée par les autres grands armements au conteneur, répond à une logique économique. En augmentant la capacité des navires, le coût de l’acheminement des marchandises est réduit. Ainsi, le coût du transport d’un conteneur par bateau est aujourd’hui moins cher que celui d’un passager par avion. Les économies d’échelle permettent aux compagnies d’améliorer leurs marges et, surtout, d’offrir une meilleure compétitivité dans un marché tendu. Avec quand même la nécessité, pour accueillir ces géants, de disposer d’infrastructures portuaires adaptées. C’est notamment pourquoi les plus grands porte-conteneurs sont affectés aux grandes lignes océaniques entre l’Asie et l’Europe, qui desservent les principaux ports de cette route, dotés de terminaux adéquats. Ainsi, CMA CGM déploie, sur son service French Asia Line (FAL), 30 navires d’une capacité de 11.400 à 16.000 EVP.

 

 

Le CMA CGM Jules Verne (© CMA CGM)

Le CMA CGM Jules Verne (© CMA CGM)

 

 

Le CMA CGM Jules Verne

 

 

Construit en Corée du Sud par Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering, le CMA CGM Jules Verne est donc le plus grand porte-conteneurs sous pavillon français et pour quelques semaines (jusqu’à la mise en service du premier Triple E de Maersk Line fin juin), l’un des trois plus gros du monde avec ses deux sisterships, les CMA CGM Marco Polo et CMA CGM Alexander von Humbolt, ce dernier ayant été livré au mois d’avril. Long de 396 mètres pour une largeur de 53.6 mètres, ce géant présente un tirant d’au maximal de 16 mètres. Affichant une capacité de 16.020 EVP, dont 1200 prises reefer (conteneurs réfrigérés), il est immatriculé au Registre International Français (RIF), le pavillon bis tricolore, avec un équipage de 26 marins dont l’état-major (les officiers) est de nationalité française.  Doté d’une seule ligne d’arbres actionnée par un gigantesque moteur, un Wärtsilä 14RT Flex 96C de d’une puissance de 110.000 cv, le navire peut atteindre la vitesse de 21 nœuds, sa poussée étant équivalente à celle de 10 réacteurs d’Airbus A380. Pour les manœuvres portuaires, il dispose en outre d’une propulsion d’étrave de 5000 cv.

 

 

Comparatif de taille (© CMA CGM)

Comparatif de taille (© CMA CGM)

 

 

Par rapport aux porte-conteneurs précédents, les Marco Polo sont les premiers navires de CMA CGM à disposer d’un château situé sur l’avant, et non sur le tiers arrière. Compte tenu de l’augmentation de la taille (31 mètres de longueur supplémentaire par rapport à l’Andromeda), cette disposition offre une meilleure visibilité en passerelle, tout en offrant au navire une structure plus résistante aux effets de torsion. De plus, cette architecture permet de maximiser l’espace à bord. Les réservoirs de fioul sont situés sous le château et protégés par la double coque du bateau, qui dispose d’un système de d’extraction des hydrocarbures en cas d’accident. La salle des machines est, quant à elle, située plus en arrière par rapport aux anciens porte-conteneurs, aboutissant à un gain de place via la réduction de la longueur de la ligne d’arbres.

Ces navires sont totalement optimisés afin de réduire leur consommation en combustible et, par là même, leur impact sur l’environnement. Ils disposent d’une carène offrant moins de résistance à l’eau, d’un safran à bord orienté, d’une hélice à stator, ou encore d’un moteur à injection électronique. Il en résulte une excellente performance environnementale, avec une émission de 36 grammes de CO2 par km et par EVP, soit 12% de moins que les porte-conteneurs de 13.800 EVP, dont les rejets étaient déjà réduits par rapport à leurs aînés. Le CMA CGM Jules Verne présente un EEDI (Energy Efficiency Design Index) de 10.56, une valeur inférieure de 30% à la norme maximale fixée par l’Organisation maritime Internationale (OMI) et déjà conforme aux objectifs fixés en 2025.

Après son inauguration à Marseille, le nouveau navire amiral de CMA CGM appareillera ce soir pour reprendre le cycle normal de son service et achever sa première rotation entre l’Asie et l’Europe. Le navire va se rendre à Southampton, Hambourg, Bremerhaven, Rotterdam, Zeebrugge et Le Havre, avant de repartir vers l’Est en passant par Malte et les émirats arabes avant de regagner l’Asie.

 

 

Le service FAL 1 sur lequel est exploité le Jules Verne (© CMA CGM)

Le service FAL 1 sur lequel est exploité le Jules Verne (© CMA CGM)

CMA CGM