Marine Marchande
CMA CGM, global carrier à la française

Reportage

CMA CGM, global carrier à la française

CMA CGM est devenu, en janvier, le troisième groupe mondial de transport maritime. Avec un chiffre d'affaires de 6 milliards d'euros, l'armement doit, maintenant, se renforcer pour conforter sa position.
Marine Marchande

Octobre 1996. La Compagnie Générale Maritime (CGM), ultime réminiscence des grands armements français du début du 20ème siècle, est à bout de souffle. Née en 1977 de la fusion entre la Compagnie Générale Transatlantique et des Messageries Maritimes, l’entreprise publique n’a cessé de perdre des parts de marché depuis le début des années 80. Un plan de sauvetage est inévitable. Sous l’impulsion du président Chirac, le gouvernement Juppé décide de privatiser la société, qui est vendue à la Compagnie Maritime d’Affrètement. Créée en 1978 par Jacques R. Saadé, la CMA assure, alors, les liaisons entre le Liban, la Syrie et l’Europe du Sud. Cette vente de gré à gré permet au nouvel ensemble de conforter sa place de première compagnie française, quatrième européenne et treizième mondiale. Recapitalisée, la CGM et ses 2000 salariés passent sous le contrôle de CMA. Porté par l’explosion des échanges commerciaux par voie maritime, le groupe va connaître un développement fulgurant, accentué au début des années 2000 par l’envolée du trafic conteneurs sur les axes Asie/Europe et Asie/Amériques. Ainsi, de 2003 à 2005, le chiffre d’affaires de CMA CGM est passé de 3.023 à 5.067 milliards d’euros (+67.6%). Dans le même temps, le résultat net est progressé de 202 M€ à 467 M€ (+ 131%) et les volumes transportés ont bondi de 2.86 millions d’EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur) à 4.67 millions de boites (+133%).

L’Asie, plus que jamais incontournable

Le continent asiatique occupe, aujourd’hui, une place prépondérante dans les transports internationaux. Sur les 115 millions de conteneurs acheminés l’an passé par voie maritime, 64 millions ont concerné l’Asie (18 m