Marine Marchande
ABONNÉS

Actualité

CMA CGM inaugure le GNL sur ses futurs maxi porte-conteneurs

Marine Marchande

On s’en doutait un peu, c’est désormais officiel. CMA CGM a attendu la tenue de la COP 23 à Bonn pour annoncer que ses 9 futures unités de 22.000 EVP, commandées en septembre au groupe China State Shipbuilding Corporation, seront propulsées au gaz naturel liquéfié. 

Un choix pionnier et de raison

Cette première mondiale, pour des porte-conteneurs de cette taille, sera sans doute désormais un choix de raison pour toutes les futures commandes de navires. La réglementation internationale en matière d’émissions de soufre va drastiquement abaisser les taux admissibles à l’échelle mondiale à l’horizon 2020. Ce qui ne laisse pas aux armateurs réellement le choix : soit ils équipent leurs navires de scrubbers pour continuer à marcher au fuel lourd, soit ils passent à un combustible émettant moins de soufre, ce qui est le cas du GNL. Ce dernier présente en outre l'avantage d'offrir également une solution à la réduction des émissions d'oxydes d'azote, de particules fines et de CO2. Le recours au gaz est désormais plus aisé notamment en raison des progrès des motoristes qui sont capables de fournir des moteurs GNL dans une large gamme de puissance et avec des performances quasi-semblables avec ceux fonctionnant au fuel.

 

Esquisse du futur navire avec le réservoir GNL à l'avant (DROITS RESERVES)

 

Des travaux sur le GNL depuis 2012

CMA CGM planche depuis un certain temps déjà sur la question de la propulsion au GNL. Les premiers travaux datent de 2012 et imaginaient l’installation d’un moteur de 72.000 kW sur un porte-conteneurs de 14.000 EVP. Mais ce projet était à l’époque mené avec les chantiers sud-coréens Daewoo, qui fournissaient notamment la cuve de stockage du GNL. Or c’est, dans le projet annoncé hier, le français GTT qui fournira les cuves. « En termes d’architecture, les navires utilisant du GNL ne diffèrent pas des navires existants. Les cuves de GNL, d’une capacité de 18.600 m3, seront situées sous les aménagements avant. Le pont supérieur sera quant à lui utilisé comme centre de gestion du GNL », précise l’armement. Chaque navire sera équipé d'une unique cuve à membranes, la technologie Mark III de GTT ayant été retenue. Le chantier CSSC d'Hudong-Zhonghua construira l'intégralité des 9 cuves et sera en charge de la construction de 5 des 9 porte-conteneurs commandés par CMA CGM, les 4 autres navires allant être réalisés par par Shanghai Waigaoqiao Shipbuilding. Les livraisons doivent s'échelonner entre fin 2019 et fin 2020. 

Un moteur 12 cylindres WinGD 

En ce qui concerne la propulsion, le moteur sera un WinGD dual-fuel 12x92 développant 64.000 kW à 80 tours/minute. WinGD, pour Winterthur Gas&Diesel, est l'héritier de Sultzer. Racheté dans un premier temps par Wärtsilä, le motoriste, toujours basé en Suisse, appartient désormais au conglomérat chinois CSSC

On ne connaît pas encore les modalités de soutage. CMA CGM indique qu’il « s’est engagé dans un véritable partenariat avec les ports et les fournisseurs de GNL afin de mettre en place des chaînes d’approvisionnement nouvelles, efficaces et adaptées tout en assurant une sécurité optimale » et qu’il « travaille, avec ses partenaires, à l’élaboration du cadre opérationnel, réglementaire et technique permettant à un navire de recevoir du GNL marin tout en préservant les opérations commerciales dans les ports ». La compagnie avait signé en février un accord avec Total qui devenait son « fournisseur multi-énergies ». On peut donc penser que c’est l’énergéticien français qui va imaginer la logistique de ravitaillement de ces futurs navires.

Un projet de porte-conteneurs à turbine à gaz

CMA CGM est par ailleurs engagé dans un ambitieux projet de porte-conteneurs de 20.000 EVP propulsé par une turbine en co-génération GNL/vapeur et des moteurs électriques. Baptisé PerfecT et mené en collaboration avec GTT et DNV-GL, il vient d’entrer dans sa deuxième phase correspondant à l’établissement d’un modèle commercialement viable.

 

CMA CGM