Marine Marchande
CMA CGM : Qatari Holdings exclu de la recapitalisation

Actualité

CMA CGM : Qatari Holdings exclu de la recapitalisation

Marine Marchande

Bien que donné favori il y a quelques semaines, le fonds d'investissement Qatari Holdings a été exclu des négociations sur la recapitalisation de CMA CGM. C'est ce qu'a révélé lundi Jacques Saadé, président du Conseil d'administration du groupe maritime français. Les exigences des Qataris, jugées trop importantes, auraient convaincu l'armement à repousser leur offre. Il faut dire, également, que CMA CGM se trouve aujourd'hui dans une situation nettement plus favorable qu'en 2009 pour négocier sa recapitalisation. Alors que l'an dernier, le groupe était acculé, il devrait en 2010 enregistrer les meilleurs résultats de son histoire. Car, entre temps, la reprise du commerce mondial a succédé à la crise et CMA CGM bénéficie à plein de la relance du transport maritime conteneurisé. Au 1er trimestre de cette année, le chiffre d'affaires du géant français a atteint 3.2 milliards de dollars (+29% par rapport à la même période de 2009) et l'EBITDA 380 millions de dollars (soit 640 millions de mieux que sur les 3 premiers mois de 2009). « Pour le 1er semestre 2010, les volumes que nous avons transportés ont augmenté de 22% par rapport à 2009. Le résultat net attendu du 1er semestre 2010 comblera largement les pertes du 1er semestre 2009 », a indique Jacques Saadé.

La famille veut garder le contrôle

Dans ces conditions, les investisseurs qui avaient pris l'an dernier CMA CGM pour une proie facile en sont pour leurs frais. Certes, le groupe maritime n'est pas encore totalement sorti d'affaire. Il doit toujours gérer le problème de sa dette (qui dépassait 5 milliards de dollars mi-2009) et trouver de l'argent frais à injecter dans ses caisses pour se consolider. Mais l'armement familial, fondé en 1977, a aujourd'hui les moyens de refuser les avances de partenaires trop gourmands. Les règles sont d'ailleurs clairement fixées par Rodolphe Saadé, directeur général de CMA CGM et fils du fondateur de la compagnie. « L'objectif est que la famille garde la majorité du capital et le contrôle du groupe. L'entreprise réalise actuellement d'excellents résultats et nous sommes donc plus à l'aise pour choisir nos partenaires. Nous ne voulons pas qu'on nous impose un choix et nous ne prendrons pas de décision hâtive », explique-t-il. Autrement dit, les nouveaux investisseurs devraient détenir la minorité de blocage (33.34%) mais n'atteindront pas la barre des 50%.

Dossier bouclé fin juillet

Les discussions se poursuivent actuellement avec plusieurs investisseurs potentiels, dont le fonds américain Colony Capital. Le redressement spectaculaire de CMA CGM aurait, dans le même temps, incité de nouveaux candidats à présenter une offre. « Les résultats sont tels que de nombreux investisseurs viennent frapper à la porte », reconnaît Rodolphe Saadé. Comme son père, le directeur général de CMA CGM appelle également de ses voeux l'entrée dans le capital du groupe du Fonds Stratégique d'Investissement (FSI), détenu par les pouvoirs publics français. La direction de CMA CGM se fixe pour objectif de boucler d'ici fin juillet le dossier de sa recapitalisation.
En attendant, le groupe semble avoir retrouvé la confiance de ses banques. Si la question des nouveaux navires commandés fait toujours partie de la restructuration de la dette et dépendra de l'aboutissement des négociations sur la recapitalisation, CMA CGM a reçu l'aide de ses partenaires bancaires pour financer certains bateaux.
La flotte du numéro 3 mondial du transport maritime conteneurisé a, par conséquent, pu s'étoffer ces derniers mois. Ainsi, depuis le 31 décembre 2009, le groupe exploite 37 porte-conteneurs de plus (dont 3 nouveaux en propriété), ce qui porte sa flotte à 389 unités mi-juillet.

CMA CGM | Toute l'actualité de l'armateur français