Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande
CMA CGM va pavillonner au RIF une dizaine de navires supplémentaires
ABONNÉS

Actualité

CMA CGM va pavillonner au RIF une dizaine de navires supplémentaires

Marine Marchande

Quatre bateaux cette année et tous les futurs porte-conteneurs propulsés au gaz naturel liquéfié de CMA CGM vont rejoindre le pavillon français. Ce qui devrait se traduire, dans les trois années à venir, par une augmentation d’une centaine d’officiers de l’effectif actuel de l’armement. Ce mouvement va commencer, dans le cadre du Brexit, par le repavillonnement de quatre « petits » bateaux actuellement immatriculés à Londres, les CMA CGM Saint-Laurent, Marseille et Cayenne, affectés à la ligne de desserte de la Guyane et le CMA CGM Titus, de la ligne Asie-Afrique de l’Ouest.

Toute la flotte de maxi porte-conteneurs au GNL sous pavillon français

« Ce repavillonnement s’effectuera quelque soit l’issue du Brexit. Il va permettre d’enclencher le processus de recrutement qui va se traduire, dans un premier temps, par l’embauche d’une quarantaine d’officiers », précise Delphine de Franco, de l’UFM-CFDT. Ensuite ce sera l’intégralité des neuf porte-conteneurs de 22.000 EVP, propulsés au GNL, commandés au groupe China State Shipbuilding Corporation, qui seront immatriculés sous pavillon tricolore. Pour mémoire, l’armement avait, lors de la commande, annoncé que seuls trois d’entre eux seraient français.

« L’arrivée du GNL implique un nouveau savoir-faire, très valorisant pour les équipages français. Avoir l’ensemble des bateaux au GNL sous pavillon national va permettre de créer une cohérence dans cette nouvelle compétence ». Et de recruter, avec l’arrivée de ces bateaux prévue entre 2020 et 2021, près de 80 nouveaux officiers français. « La première vague de recrutement prévue dans les mois à venir va permettre de préparer celle liée à l’arrivée des navires au GNL ».

Une dérogation temporaire

Dans cette perspective, et en raison de l’impossibilité de pourvoir à l’ensemble des postes cette année, direction et syndicats sont parvenus à un accord temporaire qui prévoit un armement provisoire avec deux officiers français sur les quatre premiers navires. « Cet accord est valable pour les neuf prochains mois et a été validé par une dérogation accordée par les Affaires maritimes ».

Cette vague d’embauches devrait inclure des officiers polyvalents, mais également monovalents, ainsi que ceux issus de la promotion sociale interne. En effet, dans le cadre du plan PNEX mis en place fin 2017, un certain nombre de membres d’équipage sont actuellement en train de suivre des formations d’officiers.

 

CMA CGM