Marine Marchande
CMA CGM veut soutenir le développement de la filière bio-méthane

Actualité

CMA CGM veut soutenir le développement de la filière bio-méthane

Marine Marchande

Parmi différentes actions entreprises pour réduire son empreinte carbone, le groupe maritime français a annoncé la semaine dernière une initiative visant à soutenir le développement de la filière du bio-méthane. CMA CGM s’est ainsi engagé à acheter immédiatement 12.000 tonnes de ce produit, un gaz vert obtenu à partir de déchets d’origines organique et végétale issus d’exploitations agricoles européennes et valorisés au sein d’unités de méthanisation.

Ce bio-méthane ne sera pas employé comme carburant pour les porte-conteneurs de l’armateur, mais injecté dans le réseau de gaz terrestre. CMA CGM va de cette manière compenser une petite fraction de ses émissions de gaz à effet de serre ; sachant que 12.000 tonnes équivalent à la consommation annuelle en carburant de deux petits caboteurs d’une capacité de 1400 EVP (équivalent vingt pieds, taille standard du conteneur) propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL), comme les nouvelles unités de sa filiale Container Ships exploités en Baltique. A titre de comparaison, pour des géants comme les neuf nouveaux 23.000 EVP de la classe Jacques Saadé, la consommation s’élève à plus de 30.000 tonnes de GNL par an et par navire. Ces 12.000 tonnes constituent donc une « goutte d’eau » dans au regard des volumes consommés chaque année par la flotte.

Mais le groupe, qui va acheter ce bio-méthane deux fois plus cher dit-il, veut surtout par cette initiative montrer qu’il agit sur les questions environnementales et, dans le même temps, répondre à une demande de plus en plus pressante de ses clients. Alors que les chargeurs mettent la pression sur les armateurs et logisticiens pour réduire le bilan carbone sur toute

CMA CGM | Toute l'actualité du groupe maritime français