Energies Marines

Actualité

CMN et HydroQuest : Le point sur les hydroliennes fluviales et maritimes

Energies Marines

Allié à l’entreprise HydroQuest, basée à Grenoble, le chantier CMN de Cherbourg se diversifie dans les énergies marines. Les partenaires travaillent sur un important projet de 12 millions d’euros pour la Compagnie du Rhône. Il porte sur l’installation, en 2019, de 39 hydroliennes fluviales HydroQuest River. Immergées dans le Rhône, elles offriront une puissance totale de 2 MW, permettant une production moyenne annuelle d’électricité de 6700 MWh, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 2700 habitants. Avant cela, quatre autres hydroliennes fluviales, en cours de réalisation, seront installées à la fin de l’été, également sur le Rhône mais cette fois pour le compte de VNF.

 

Le modèle fluvial avant déploiement (© HYDROQUEST)

Le modèle fluvial (© HYDROQUEST)

 

Le démonstrateur océanique immergé l’an prochain

En plus de ces premières machines, CMN et HydroQuest travaillent sur un démonstrateur d’hydrolienne océanique. D’une puissance de 1 MW, cette machine de 25 mètres de large pour 11 mètres de haut aura une masse d’environ 200 tonnes. En cours de construction à Cherbourg, elle devrait sortir des ateliers à la fin de l’année, les industriels annonçant désormais une immersion sur le site d’essais d’EDF à Paimpol-Bréhat au printemps 2019. Le démonstrateur y sera connecté au réseau électrique et testé en conditions réelles de fonctionnement.  

Un concept original

Cette hydrolienne adopte une technologie originale, basée sur des turbines à flux transverse à axe vertical insérées dans une structure de maintien métallique conçue pour offrir une résistance accrue aux chocs. N’ayant pas besoin d’être orientée dans le sens du courant, grâce à un fonctionnement bidirectionnel, l’hydrolienne dispose en haut de chaque colonne de deux génératrices à aimants permanents et entrainement direct. L’un des avantages du concept HydroQuest Ocean est sa modularité. Selon la topologie du site d’installation, les hydroliennes peuvent en effet compter un ou deux étages, pour des puissances de 1 à 2 MW.

 

Les deux versions de l'hydrolienne marine (© HYDROQUEST)

 

Dans l’attente des fermes commerciales pour baisser les coûts

« Nous souhaitons implanter des fermes commerciales sur des sites à fort potentiel, en France et dans le monde. Notre objectif est de réduire les coûts à moyen terme pour atteindre un prix de l’énergie bien inférieur à 100 euros/MWh, faisant ainsi de l’hydrolien marin une alternative performante, au service de la transition énergétique », expliquent Jean-François Simon et Pierre Balmer. Les patrons d’HydroQuest et CMN disent attendre avec impatience le lancement, par le gouvernement, du premier appel d’offres commercial pour des fermes d’hydroliennes dans les zones du Raz-Blanchard, au large du Cotentin, et du Fromveur, à la pointe Bretagne. Des projets qui, selon eux, « permettront d’accélérer la réduction des coûts à l’échelle de la filière ».

 

Constructions Mécaniques de Normandie (CMN) Dossier Energies Marines 2018