Défense
Les chasseurs de mines L’Aigle et Céphée en route pour le Golfe

Actualité

Les chasseurs de mines L’Aigle et Céphée en route pour le Golfe

Défense

Dans le cadre du déploiement tous les deux ans d’un groupe de guerre des mines (GGDM) français dans la région du golfe arabo-persique, le cargo Regine a appareillé de Brest le samedi 23 janvier. Avant son départ, le navire de la compagnie allemande SAL Heavy Lift, affrété pour l’occasion par le ministère des Armées, avait embarqué au moyen de ses propres grues les chasseurs de mines tripartites L’Aigle et Céphée ainsi que du matériel. Il les débarquera en février à Abu Dhabi, où la France dispose d’une base navale. Les équipages des deux bâtiments (une quarantaine de marins par CMT) les rejoindront là-bas par voie aérienne, ainsi qu’un détachement composé de plongeurs-démineurs (une demi-douzaine par CMT) provenant des trois GPD de la marine. Un état-major de guerre des mines de la Force aéromaritime française de réaction rapide (FRMARFOR) participe également à ce déploiement, le retour en France du groupe de guerre des mines étant prévu au mois de mai.

 

Image d'archives du Céphée (© MICHEL FLOCH)

Image d'archives du Céphée (© MICHEL FLOCH)

 

La mission du GGDM consiste notamment à effectuer des levés de fonds afin de collecter des données pour mieux connaître l'environnement sous-marin et les approches des ports de la région du GAP. Objectif : être en mesure de remplir efficacement leur mission de chasse aux mines en cas de conflit dans la zone et, ainsi, garantir la liberté de navigation, en particulier autour du détroit d’Ormuz. Les CMT, qui y sont déployés tous les deux ans, travaillent de manière autonome et en coopération avec les marines régionales  ainsi qu’avec les forces américaines et britanniques détachées de manière permanente dans le secteur.

C’est la cinquième fois depuis 2011 que ce déploiement régulier dans le GAP d’un GGDM s’appuie sur des cargos comme moyen de transport des CMT. Une solution plus simple logistiquement pour des bâtiments qui ne sont pas conçus pour les longs transits, et qui permet de préserver le potentiel des chasseurs de mines pour les opérations. C’est aussi une alternative au fait que la Marine nationale ne dispose plus d’unité de commandement et de ravitaillement dédié aux CMT depuis le retrait du service, en 2009, du bâtiment de soutien mobile Loire.

En 2011, une nouvelle formule avait été testée avec le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var. Validé, ce concept de GGDM articulé autour d’un BCR n’a pas été abandonné car il permet de déployer des capacités anti-mines partout dans le monde et en toute autonomie. Toutefois, dans la mesure où la France dispose depuis 2009 d’une base navale à Abu Dhabi, sans oublier d’autres points d’appui, comme Djibouti, l’emploi d’un BCR pour les missions régulières dans le Golfe et l’océan Indien n’était pas indispensable

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française