Défense
CNIM : Le L-CAT en compétition pour équiper l’US Army

Actualité

CNIM : Le L-CAT en compétition pour équiper l’US Army

Défense

Alliée à FMG, filiale américaine du groupe italien Fincantieri, la société française CNIM est en compétition aux Etats-Unis pour emporter le programme Maneuver Support Vessel Light – MSV(L) de l’US Army. Celle-ci souhaite se doter de 37 nouveaux engins destinés à remplacer ses chalands de débarquement du type LCM-8 Mike Boats, dont les plus vieux exemplaires sont en service depuis la fin des années 50.

Projection sans bâtiment porteur depuis des bases à l’étranger

L’objectif des militaires américains est de les remplacer par des unités amphibies de nouvelle génération, plus rapides et offrant des capacités d'emport et de plageage accrues. Une batellerie qui n’est pas destinée aux opérations de débarquement à partir d'un bateau-mère, comme les chalands et engins sur coussins d’air (LCAC) mis en œuvre depuis les LPD et LHD de l’US Navy, mais plutôt aux opérations de projection d’unités pré-positionnées sur des bases à l’étranger, par exemple au Moyen-Orient et dans le Pacifique.

 

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

 

Un concept éprouvé par la marine française depuis 2012

Dans cette perspective, FMG a retenu le modèle de Landing-Catamaran (L-CAT) développé par CNIM. Ce catamaran en aluminium de 30 mètres de long pour 12.6 mètres de large est capable d’atteindre la vitesse de 30 nœuds à vide et 18 nœuds en charge. Disposant de rampes à l’avant et à l’arrière, permettant les opérations roll-on roll-off, sa plateforme centrale, élévatrice, peut supporter une charge de 80 tonnes et accueillir des soldats, du fret et des véhicules, y compris un char lourd.
Ce nouveau concept a été adopté par la flotte française, qui s’est dotée de quatre exemplaires depuis 2012. Ces Engins de débarquement amphibie rapide (EDA-R), comme on les appelle dans la Marine nationale, sont depuis quatre ans régulièrement déployés à partir des bâtiments de projection et de commandement français, où ils ont fait leurs preuves comme en 2015 au Yémen lors de l'opération d'évacuation de ressortissants européens. Et démontré leur interopérabilité en embarquant en particulier à bord de navires de l’US Navy et de la marine japonaise.
Deux autres L-CAT sont en cours d’achèvement pour la marine égyptienne, qui a acquis auprès de la France deux BPC avec leur batellerie.

 

EDAR mis en oeuvre depuis un BPC (© : MARINE NATIONALE)

EDAR mis en oeuvre depuis un BPC (© : MARINE NATIONALE)

EDAR avec un LHD japonais (© : MARINE NATIONALE)

EDAR avec un LHD japonais (© : MARINE NATIONALE)

 

Remise des offres cet été pour une décision en 2017

Par rapport aux modèles déjà réalisés, les L-CAT proposés à l’US Army ont un design adapté aux besoins « shore to shore », avec par exemple une timonerie fixe et non escamotable.
C’est cet été que les industriels en compétition remettront leurs offres à l’US Army, qui doit attribuer le contrat courant 2017. Si la proposition de Fincantieri Marine Group et CNIM est retenue, les engins seront réalisés dans les chantiers de FMG à Marinette, dans le Wisconsin. 

 

(© : MARINE NATIONALE)

(© : MARINE NATIONALE)

CNIM Fincantieri