Défense
CNN MCO décroche la maintenance des CMT belges et néerlandais

Actualité

CNN MCO décroche la maintenance des CMT belges et néerlandais

Défense

Très beau succès pour la société française CNN MCO, qui a décroché le contrat de maintien en condition opérationnelle des 11 chasseurs de mines tripartites en service dans les marines belge et néerlandaise. Notifié en mars dernier par les autorités belges, en charge de l’entretien des CMT opérés par les deux pays, ce marché couvre une période de trois ans (2018-2021). CNN MCO participera à la maintenance corrective et préventive de ces bâtiments en collaboration avec les ateliers militaires lors des arrêts techniques dans les bases navales ou, en cas de besoin, pour des interventions lors de déploiements. L’entreprise française s’appuie sur différents partenaires locaux, dont Fabricom qui appartient comme elle au groupe Engie, ainsi que le chantier Engine Dock Repair (EDR) d’Anvers, ce dernier postulant par ailleurs au programme des nouveaux moyens de guerre des mines belgo-néerlandais (voir notre article).  

Avec ce contrat, CNN MCO renforce son activité à l’international et consolide ses liens avec la marine belge, auprès de laquelle la société avait déjà remporté début 2017 un marché de 4 ans pour la maintenance du bâtiment de commandement et de soutien logistique Godetia. Ce nouveau développement entrainera d’ailleurs l’ouverture d’une agence de CNN MCO à Zeebrugge cette année.

 

CMT belge et néerlandais (

CMT belge et néerlandais (© CNN MCO)

Le Godetia (

Le Godetia (© FABIEN MONTREUIL)

 

En France, l’industriel travaille à Brest et Toulon sur différents contrats de MCO, dont celui du bâtiment collecteur de renseignement Dupuy de Lôme (qu’il assure depuis sa mise en service en 2006), des bâtiments de commandement et de ravitaillement Marne, Var et Somme depuis 2014 (jusqu’en 2022), ainsi que des 9 anciens avisos du type A69, dont le contrat des cinq années précédentes vient d’être renouvelé sur une période plus longue, puis qu’il court jusqu’en 2028. D’un montant de 55 millions d’euros, il couvre la maintenance des A69 jusqu'à leur retrait du service, ces bâtiments arrivant en fin de vie.

 

Un aviso du type A69 en arrêt technique à Brest (

Un aviso du type A69 en arrêt technique à Brest (© CNN MCO)

 

CNN MCO assure également l’entretien des quatre engins de débarquement amphibie rapides (EDAR) basés à Toulon, du patrouilleur Le Malin à La Réunion et des deux nouveaux patrouilleurs légers guyanais stationnés à Dégrad-des-Cannes. S’y ajoutera en 2019 le troisième PLG commandé pour les Antilles. Ce bâtiment est comme ses aînés réalisé par Socarenam dans le cadre d’un contrat global comprenant en plus des études et de la construction 6 ans de maintien en condition opérationnelle. Un partenariat entre Socarenam et CNN MCO qui pourrait se prolonger sur d’autres projets, par exemple dans le cadre de l’appel d’offres à venir pour la réalisation de six nouveaux patrouilleurs destinés aux territoires français d’Outre-mer. En plus des unités de la Marine nationale, CNN MCO assure également l’entretien de certaines vedettes ainsi que du patrouilleur hauturier Jean-François Deniau de la Douane.

 

 

Basée à Guipavas, près de Brest, et comptant désormais un peu plus de 70 salariés, la société réalise un chiffre d’affaires annuel de 35 à 40 millions d’euros. Créée en 2008 par la Compagnie Nationale de Navigation, puis cédée en juillet 2015 au fonds d’investissement français Pragma Capital, elle a de nouveau changé de propriétaire à l’été 2017, en intégrant le groupe Engie via sa filiale Endel. « Nous travaillons depuis longtemps avec Endel à Brest et à Toulon, notamment dans les domaines de la mécanique et de la chaudronnerie. Le fait d’appartenir au même groupe nous donne aujourd’hui une meilleure visibilité et un appui important, avec un accès privilégié à des moyens industriels. C’est le cas en Belgique, où nous travaillons avec Fabricom, alors que nous pouvons aussi nous appuyer sur des entités du groupe Outre-mer », explique Frédéric Laurent, patron de CNN MCO.

L’entreprise poursuit son développement sur le marché français, très concurrentiel et sur lequel elle totalise une cinquantaine de bateaux en MCO. Elle est actuellement en compétition sur différents marchés, à commencer par celui des unités portuaires des bases navales de Brest et Toulon, qui doit être attribué cette année.

Mais CNN MCO cherche toujours à accroître son activité à l’international, les contrats remportés avec les marines belge et néerlandaise allant, espère-t-on à Guipavas, constituer de ce point de vue un vrai déclencheur. Les yeux de l’entreprise, qui sera présente au prochain salon Euronaval pour y présenter son offre de services, se tournent notamment vers l’Amérique latine. Une région où elle a commencé à travailler, au Brésil et en Argentine, sur la fourniture de pièces détachées. Une activité qui constitue souvent le premier pas vers des contrats de maintenance. Des prestations proposées de manière indépendante ou, comme c’est le cas avec Socarenam pour les PLG, de manière packagée dans le cadre de programmes de constructions neuves.

 

Marine belge Marine néerlandaise