Défense
CNN MCO renforce son intégration au sein du groupe Engie

Actualité

CNN MCO renforce son intégration au sein du groupe Engie

Défense

Comme d’autres filiales du groupe Engie, à l’image d’Axima et Ineo Defense, la société bretonne CNN MCO, spécialisée notamment dans le maintien en conditions opérationnelle de bâtiments militaires, change de nom commercial pour devenir Engie Solutions. Une affaire de visibilité et de marketing pour le groupe, mais pas seulement. « Depuis le 1er janvier Engie s’est reconfiguré avec une orientation plus axée sur le client. Le marché de la défense dépend de la business unit Industries du groupe, où l’on va aussi trouver le département marine et offshore d’Axima ou encore Ineo Défense. L’objectif est de collaborer plus étroitement ensemble pour proposer des offres globales. Cette nouvelle organisation nous permet de nous appuyer directement sur les savoir-faire de chaque entité avec un accès direct aux bureaux d’études et aux ressources. Pour ce qui nous concerne, nous pouvons ainsi nous appuyer de manière plus intégrée sur les compétences d’Axima en matière de systèmes de climatisation et de lutte contre les incendies, et sur Ineo pour les systèmes d’information et de communication. Nous pouvons ainsi monter des offres multi-spécialités renforcées avec des capacités d’ingénierie propres au groupe », explique à Mer et Marine Frédéric Laurent, directeur général de CNN MCO.

Créée en 2005 et reprise en septembre 2017 par Engie, l’entreprise compte aujourd’hui 72 salariés et s’appuie sur de nombreux sous-traitants. En plus de son siège brestois, elle a développé des antennes à Toulon, à La Réunion, en Martinique et en Guyane, ainsi qu’à Zeebrugge après avoir décroché en 2018 le contrat de maintenance des douze chasseurs de mines tripartites (CMT) belges et néerlandais, ainsi que l'entretien du bâtiment de soutien Godetia. En France, la société travaille sur les marchés de MCO de différents bâtiments de la Marine nationale, dont elle assure la maîtrise d’oeuvre : des patrouilleurs (PHM, PAG, Le Malin), les bâtiments de commandement et de ravitaillement, le Dupuy de Lôme et les engins de débarquement amphibie rapides (EDAR). Elle se chargera également des futurs EDAS et patrouilleurs d’outre-mer, qui vont lui permettre de s’implanter à l’horizon 2022 en Nouvelle-Calédonie mais aussi en Polynésie française, où elle intervient déjà ponctuellement sur le patrouilleur Arago. En dehors de la flotte militaire, CNN MCO entretient également des unités de la Douane ou encore des phares et balises, tout en ayant également une activité en expertise maritime dans le secteur civil.

Quant à la crise du Covid-19, elle n’a pas entrainé l’arrêt ou le ralentissement de l’activité. « Nos activités de MCO ont été maintenues à 100% et n’ont pas du tout été ralenties. Nous avions anticipé la situation environ trois semaines avant le confinement, ce qui nous a permis de nous organiser en amont, avec la mise en place du télétravail quand cela était possible, par exemple pour les fonctions support, achat et logistique, et dans le même temps de mettre en place des procédures sanitaires et qualifier des équipements, puis de réorganiser les travaux à bord pour respecter les gestes barrières. Au final, nous n’avons arrêté aucun chantier, nous avons pu faire travailler un maximum de sous-traitants et et nous n’avons quasiment pas perdu de temps. C’est aussi la force d’un modèle agile comme le nôtre », se félicite Frédéric Laurent.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.