Marine Marchande

Fil info

Collision en Corse : L'essentiel de la pollution traité

Marine Marchande

Aujourd’hui dimanche 14 octobre 2018, les avions antipollution ne détectent plus de plaques significatives de carburant épais en mer.

Ceci prouve l’efficacité du dispositif à l’oeuvre depuis plusieurs jours : Il s’agit d’abord d’avions formés à la lutte antipollution (F50 Marine, F406 Douanes et Manta Italiens) qui permettent une couverture aérienne diurne quasi permanente et donnent une vue large. Ils ont été rejoints récemment par des drones du commando Kieffer de la Marine nationale qui offrent une relocalisation plus fine. En mer, les navires antipollution ont tracté des barrages qui concentraient les plaques avant de pomper le carburant.

Ce dispositif de plus de 12 navires a, depuis dimanche dernier, ramassé plus de 1.000 m3 d’un mélange de carburant et d’eau de mer. Les experts estiment que, sur les 600m3 qui se sont initialement échappés de la soute du Virginia, près de 30% se sont évaporés ou ont été absorbés par le milieu.

On évalue aujourd’hui à moins de 2% le volume toujours présent dans l’eau soit moins du volume d’une camionnette utilitaire grand public.

Ce carburant se disperse de plus en plus finement sous forme de petites boulettes (taille « balle de golf » à « ballon de hand-ball ») difficiles à détecter et s’étendant sur une zone importante à plus de 30 km large des côtes.

Pour adapter le mode d’action à ce reliquat, les moyens engagés vont désormais procéder par chalutage. Les navires traineront donc des poches de feutres afin d’intercepter au mieux les boulettes que le vent d’Est pourrait ramener vers la côte. Les prévisions météorologiques prévoient un renforcement de ce vent pour la journée du lundi 15 octobre ce qui limitera la capacité d’action des plus petits moyens sur zone.

Communiqué de la préfecture maritime de la Méditerranée, 14/10/18