Vie Portuaire
Collision en Loire : Les butaniers en cale sèche

Actualité

Collision en Loire : Les butaniers en cale sèche

Vie Portuaire

Le 4 janvier dernier, dans la soirée, le Sigmagas abordait le Happy Bride, devant le terminal de Montoir. Depuis, l’expertise a montré que le butanier allemand avait été victime d’une avarie de barre. Après avoir déchargé sa cargaison, le Sigmagas est a été mis à sec le 17 janvier à Saint-Nazaire. Son safran débarqué, le navire est depuis en attente, seul au milieu de l’imposante forme Joubert. Les discussions semblent buter sur le coût des réparations. Les dégâts sont très importants, notamment au niveau de l’étrave, qui présente plusieurs brèches. Le bulbe serait également bon à changer mais, pour cela, il faudrait faire appel à une société de Dieppe, les entreprises nazairiennes ne disposant pas des capacités industrielles nécessaires. Faute de décision, seuls les travaux provisoires se poursuivent, notamment sur le safran. Vu son état, le Sigmagas ne semble toutefois pas apte à reprendre la mer. Le bureau Veritas est chargé de l’expertise. Sur l’autre butanier avarié, le Happy Bride, les réparations sont en cours à la forme 3. Le travers milieu bâbord du navire avait été déchiré sur 7 mètres, du pont à la quille. Confié à Saint-Nazaire Marine, le chantier consiste à remplacer la partie avariée de la coque, ainsi les condenseurs et la tuyauterie touchés.Le Happy Bride doit quitter Saint-Nazaire à la fin du mois.

Pollution en Loire. Pas d’hécatombe pour le moment

Suite à l’abordage des deux butaniers, 40 tonnes de gasoil s’étaient répandues dans l’estuaire de la Loire. La Ligue de Protection des Oiseaux avait averti que 15.000 oiseaux avaient été touchés. La présence du fuel léger laissait craindre des morts par intoxication et maladies pulmonaires. Un mois après l’accident, les espèces limicoles semblent avoir bien résisté aux hydrocarbures : « Il n’est, pour le moment, pas constaté de mortalité importante d’oiseaux, mais la découverte le 19 janvier d’une dizaine de cadavres mazoutés sur la vasière de Donges-est relativise ce constat et amène à une certaine vigilance », indique la LPO. Selon l’association, dans la semaine du 20 janvier, « 15 % de certaines espèces d’oiseaux actuellement dans l'estuaire (étaient) souillés (Avocettes et Tadornes essentiellement), alors que les 3 et 4ème jour suivant la collision, les agents de l’ONCFS et les membres de la LPO avaient observé que 80 à 50 % de ces mêmes espèces d'oiseaux étaient souillés ». La Ligue de protection des oiseaux dit, toutefois, constater un turn-over important d’animaux, avec des mouvements migratoires sur les autres sites d’hivernage du grand ouest, comme Noirmoutier, la Baie de Bourgneuf et le Golfe du Morbihan.

Port de Nantes Saint-Nazaire Eiffel Industrie Marine