Croisières et Voyages
Color Magic, quand le ferry devient paquebot

Reportage

Color Magic, quand le ferry devient paquebot

Croisières et Voyages

Demain, samedi 15 septembre, le cruise-ferry Color Magic sera baptisé, en grande pompe, à Kiel, en Allemagne. En avant première, nous avons pu vivre le rodage de ce navire flambant neuf, la semaine dernière, lors de sa livraison à la compagnie norvégienne Color Line par les chantiers finlandais Aker Yards, de Rauma. En France, la notion de « cruise-ferry » est assez méconnue. Assurant des liaisons généralement courtes, avec quelques heures de traversée, les compagnies opérant le long des côtes hexagonales exploitent des navires de plus en plus confortables mais dont les équipements n'atteignent pas les standards des paquebots. Seule la SNCM s'était lancée, dans les années 90, dans la construction d'un ferry doté d'installations dérivées des navires de croisière. Le Napoléon Bonaparte, livré en 1994 par les Chantiers de l'Atlantique, dispose notamment d'un espace aquatique avec piscines et jacuzzis.
En Europe du Nord, un marché différent s'est développé. Norvégiens, Suédois, Finlandais et Allemands affectionnent de plus en plus les croisières offertes par les ferries naviguant en Baltique. Le succès, tient, semble-t-il, à une différence culturelle par rapport aux pays du sud : « En Scandinavie, les gens habitent souvent dans de petites villes, où tout le monde se connaît. On vient sur les bateaux pour faire la fête. Comme les gens ne connaissent personne, ils se lâchent », explique Jarno Hello, un journaliste suédois résidant en Finlande et habitué des traversées en Baltique.

Essai transformé depuis trois ans avec le Color Fantasy

Profiter des produits détaxés, faire la fête en mer dans un espace spécialement conçu... Les passagers embarquent par centaines de milliers dans les ports de la Baltique pour s'offrir un moment de plaisir. Pour répondre aux attentes de la clientèle, les armements nordiques ont développé des prestations à bord nettement plus poussées que celles des compagnies de ferries traditionnelles. Exemple parfait de cette évolution du marché, le Norvégien Color Line a mis en service, en 2004, le Color Fantasy. Construit par les chantiers Aker Yards de Turku, en Finlande, ce navire de 75.000 tonneaux et 1021 cabines opère la ligne entre Oslo et Kiel. Après une courte escale de quelques heures dans le port allemand, le navire rentre en Norvège. La rotation dure 48 heures et rencontre un succès considérable. Ainsi, en trois ans, le Color Fantasy a transporté à lui seul près d'un million et demi de passagers. Le prix des billets, qui comprend la cabine, sont très attractifs. Pour deux jours, ils oscillent entre 100 et 150 euros, la compagnie se rattrapant ensuite sur les consommations des passagers dans les bars, le casino et les nombreuses boutiques du bateau. Si les boutiques détaxées (dont certaines sont dotées de caddies) font le bonheur des Norvégiens habitués à des tarifs élevés, les consommations dans les bars sont moins bon marché, le kir royal étant facturé plus de 8 euros et le Martini quelques 5 euros.
Malgré tout, le succès est au rendez-vous, touchant un public de plus en plus large. Color Line a donc commandé un second navire de ce type, le Color Magic, une unité où l'aspect « croisière » a encore été renforcé par rapport à son aîné.

Rien à envier aux navires de croisière

Long de 223.7 mètres pour une largeur de 35 mètres et une jauge de 75.100 tonneaux, le M/V Color Magic est un navire impressionnant. Il s'agit du plus gros ferry actuellement en service ou, pour reprendre l'expression de Juha Heikinheimo, président de la division Cruise & Ferries d'Aker Yards, du « plus gros navire de croisière doté d'un pont garage ». Côté gabarit, il peut par exemple être comparé aux 43.500 tonneaux du Napoléon Bonaparte, aux 41.000 tonneaux du Pont Aven de Brittany Ferries, aux 34.500 tonneaux du Maersk Dunkerque ou encore aux 34.000 tonneaux du SeaFrance Berlioz. Par rapport aux paquebots, il dispose d'une jauge équivalente à celle des trois Sovereign of the Seas, sortis de Saint-Nazaire entre 1988 et 1992.
Au-delà de la taille, ce qui frappe, lorsqu'on pénètre dans le Color Magic, c'est la ressemblance entre ses espaces intérieurs et ceux des derniers bateaux de croisière mis en service. Le coeur du navire est constitué par la « Magic Promenade », un vaste espace haut de trois ponts et long de 160 mètres, organisé comme une rue passante. L'allée centrale est bordée de restaurants, salons, bars et boutiques. On y trouve notamment un pub irlandais et un bar à tapas. De chaque côté, au dessus des échoppes, deux étages de cabines ouvertes sur la promenade. Sur chaque fenêtre, de faux volets donnent l'impression que la Promenade est dominée par deux rangées d'immeubles d'habitation. Ce concept, initié il y a 20 ans sur le Silja Opera, a été repris depuis par Royal Carribean Cruise Line. Construits comme le Color Magic par Aker Yards, les derniers paquebots de RCCL, les géants de la classe Freedom of the Seas (158.000 tonneaux) en sont d'ailleurs dotés.

Spa, aqualand, 8 restaurants, centre de conférence et salle de spectacle

L'autre trait commun entre les paquebots de RCCL et le Color Magic réside dans les bars situé en haut du navire et offrant une superbe vue panoramique sur la mer. L'Observation Lounge rappelle très nettement la Viking Crown de Royal Carribean et se compose de deux salons et d'une bibliothèque. En tout, le navire dispose de huit restaurants, dont un magnifique espace situé à l'extrême arrière et pouvant accueillir 750 convives. S'étalant sur deux niveaux et 1700 m², le Grand Buffet est une salle à manger particulièrement élégante, avec ses balcons, colonnes et ferronneries. Surplombée par de grands lustres, elle s'achève par une immense baie vitrée donnant sur la mer, avec vue sur le sillage du cuise-ferry. A l'instar des navires de croisière, le Color Magic dispose, sur l'avant, d'un grand théâtre. D'une surface de 900 m², la salle peut accueillir 850 personnes et propose chaque soir deux spectacles pour les passagers. Tradition de la croisière, on retrouve également à bord un casino, avec blackjack, roulette et machines à sous. Les enfants ne sont pas oubliés, plusieurs espaces leur étant réservé, comme le Teen's Plaza, doté d'une piste de danse et d'un bar à sodas et jus de fruits.
Par rapport au Color Fantasy, plusieurs nouveautés sont à signaler, comme le premier centre de remise en forme embarqué sur un ferry. Doté d'une grande salle de sport dont les rameurs, machines de cardio-training et fauteuils massants sont orientés vers la mer, le Spa présente également deux jacuzzis, un solarium et une dizaine de salles de soins où massages et relaxation sont proposés aux clients. En raison du climat régnant en Baltique, le bateau n'est pas équipé de piscines extérieures. En revanche, un centre aquatique a été installé sur l'arrière. Jacuzzis, cascades, rivière et toboggan pour les enfants s'entremêlent au milieu des palmiers et autres plantes tropicales, le tout couvert par une grande verrière.
A noter également la présence, à bord, d'un vaste centre de conférence de plus de 1500 m², réparti en plusieurs pièces, de l'auditorium à la salle de travail pour petits groupes. Le Conference Center sert, notamment, aux entreprises qui souhaitent proposer à leurs salariés des séminaires en mer.

Cabines petites mais fonctionnelles

Côté hébergement, le Color Magic dispose de 1016 cabines, dont une quarantaine de suites. La capacité maximale du navire est de 2700 passagers. Conçues pour de courtes traversées, les cabines ne sont pas dotées de balcons. La cabine standard est relativement petite, de l'ordre d'une dizaine de m², mais présente l'avantage d'être très fonctionnelle. Le modèle supérieur, la Magic Cabin, ne s'illustre pas non plus par son côté spacieux mais reste très bien équipée. Elle dispose d'un grand lit, d'une petite banquette adossée à la vitre, d'un bureau, de la télévision sur écran plat et d'un mini-bar, sans oublier la salle de bain, dont les dimensions sont en revanche semblables aux standards en vigueur sur les paquebots. Malgré leur petite taille, les cabines laissent une nette sensation de confort, le choix des matériaux (bois notamment), de la décoration et des couleurs étant très réussi. Deux points négatifs sont cependant à relever. Le premier concerne le système d'air conditionné, situé juste au dessus du lit et le second l'isolation phonique des cabines, où l'on entend relativement bien les bruits extérieurs. Ce dernier point n'est, toutefois, pas vraiment rédhibitoire, tout comme la surface, dans la mesure où les clients de Color Line sont supposés ne pas dormir beaucoup durant la traversée. Enfin, on notera, pour les cabines donnant sur la promenade, qu'il vaut mieux être habitué, chez sois, aux vis-à-vis, chaque fenêtre donnant directement sur celles du voisin d'en face. Pour les passagers soucieux de leur intimité, mieux vaut donc opter pour une cabine intérieure ou avec vue sur la mer.

Equipage réduit et développement du fret

Le Color Magic se différencie des traditionnels paquebots par un équipage beaucoup moins international. Le navire bat pavillon norvégien avec, pour l'anecdote, un « POST » inscrit sur son drapeau. Cette tradition signifie que le Magic opère un service postal. Du fait de son immatriculation en Norvège, le cruise-ferry est armé par un équipage essentiellement européen. Pour la compagnie, cette situation semble poser des problèmes de coûts dans la mesure où le personnel est nettement plus réduit que sur les unités de croisière, avec un peu plus de 500 personnes pour 2700 passagers. A titre de comparaison, le MSC Musica, livré par Saint-Nazaire en 2006, compte 1000 membres d'équipage pour une capacité maximale de 3000 passagers.
Profitant de l'engouement du public pour les traversées festives et les emplettes détaxées en mer, Color Line n'abandonne pas pour autant l'une des mission premières de sa flotte : le transport de fret. Pour Trond Kleivdal, patron de Color Line : « Nous subissons la concurrence des compagnies aériennes à bas coûts. Nous constatons dans le même temps une volonté d'améliorer les transports en Europe, en raison des embouteillages sur les routes. Il s'agit donc d'allier une activité de transport de fret efficace avec des croisières de haute qualité ». Si les lignes du Color Magic sont inspirées d'un paquebot, le navire conserve un impressionnant pont garage, avec porte à l'arrière et rampe à l'avant. Le car deck, qui s'étale sur toute la longueur de la coque, dispose de six lignes de parking pour les véhicules et d'un pont amovible. L'ensemble permet d'embarquer, sur 1270 mètres linéaires, 750 voitures.

4.5 millions de passagers et 1 milliard d'euros d'investissements

Filiale de Color Group A.S.A, fondé en 1990, Color Line est spécialisée dans le transport maritime entre la Norvège, la Suède, le Danemark et l'Allemagne. L'armement, qui emploie 3800 personnes, propose 24 départs quotidiens en basse saison et 34 en période touristique. « La formule des vacances courtes se développe et nous profitons de la Norvège, de ses espaces et de sa nature, comme une destination touristique privilégiée », explique Trond Kleivdal. En tout, Color Line opère 9 navires sur 6 lignes, 10 ports étant desservis. Le format de la flotte n'est pas encore amené à évoluer, la mise en service du Color Magic étant compensée par la vente à Irish Ferries du Kronprins Harald. Porté par le développement des échanges commerciaux, le trafic ne cesse de croître. En 2006, la compagnie, qui a réalisé un chiffre d'affaire de 590 millions d'euros, a transporté 4.5 millions de passagers, plus de 800.000 voitures et quelques 200.000 camions. Afin de moderniser sa flotte, Color Line a lancé en 2004 un plan d'investissement s'élevant à un milliard d'euros. Après la livraison des cruise-ferry Fantasy et Magic, dont le coût unitaire est d'environ 300 millions d'euros, la compagnie fait actuellement réaliser par Aker Yards deux unités totalement différentes. Destinés au transport rapide entre Kristiansand (Norvège), Hirtshals (Danemark) et Larvik (Norvège), deux « Superspeed ferries » sont en construction à Rauma. Longs de 211 mètres pour une jauge de 33.500 tonneaux, ils pourront atteindre 27 noeuds et rallier la Norvège au Danemark en moins de 4 heures, soit deux fois moins que le temps proposé aujourd'hui par les ferries. Ces navires présenteront des capacités pour le fret très développées, avec 2000 mètres linéaires de parking et des installations permettant d'optimiser le chargement et le débarquement. Ils pourront, en outre, accueillir 2000 passagers. Le premier Superspeed ferry, lancé il y a quelques mois, doit être livré par Aker Yards en décembre. Son sistership sera quant à lui en service dès le mois d'avril 2008.

Color Line