Défense
Commandos marine : Où en est le PSM3G ?
ABONNÉS

Actualité

Commandos marine : Où en est le PSM3G ?

Défense

C’est l’un des programmes les plus secrets de l’armée française. Destiné notamment aux commandos marine, le propulseur sous-marin de troisième génération (PSM3G), qui pourra embarquer sur les nouveaux SNA du type Barracuda, est en train de voir très discrètement le jour. Les nageurs de combat du commando Hubert, basés à Saint-Mandrier, près de Toulon, seraient en train d’achever l’expérimentation de ce nouvel engin.

Les informations concernant le PSM3G sont peu nombreuses, preuve de la sensibilité de ce programme qui n’est que rarement évoqué officiellement et, quand c'est le cas, toujours très brièvement. Ainsi, le 21 novembre dernier, le chef d’état-major de la Marine nationale, l’amiral Prazuck, annonçait sur son compte twitter qu’il avait plongé sur le PSM3G, sans plus de détail et avec pour unique illustration une photo avec quelques commandos mais aucun signe du mini-sous-marin. Les seuls visuels disponibles sont pour l'essentiel ceux des maquettes présentées ces dernières années lors de différents salons par l'industriel en charge du programme (et qui diffèrent sans doute plus ou moins de la réalité). 

 

Maquette présentée par ECA lors du salon Euronaval 2014 (DR)

Maquette présentée par ECA lors du salon Euronaval 2014 (DR)

 

Imaginé par les hommes du commando Hubert, le PSM3G a vu son développement confié à la société française ECA, qui était sur ce projet en compétition avec sa compatriote Alseamar dont les engins sous-marins pour forces spéciales sont l’une des spécialités et qui a d’ailleurs conçu et réalisé les actuels propulseurs sous-marins tricolores. La construction des PSM3G est menée par ECA dans l’un de ses sites près de Toulon. Seuls deux engins ont été commandés.

Initié il y a une décennie afin d’assurer la succession des actuels propulseurs sous-marins mis en œuvre par

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française