Défense
Comment sont organisées les frappes de la coalition ?

Focus

Comment sont organisées les frappes de la coalition ?

Défense

En Irak et en Syrie, la France fait partie d’une vaste coalition, forte aujourd’hui de 60 pays, engagée contre Daech. C’est au sein de l’opération internationale Inherent Resolve (OIR) que s’intègrent les moyens de l’opération française Chammal, dont a fait partie pendant plus de deux mois la Task Force 473, c’est-à-dire le groupe aéronaval français.

Concrètement, en ce qui concerne le volet aérien de l’OIR, les forces françaises sont placées sous le contrôle tactique du CAOC (Combined Air Operations Centre), implanté à Al Udeïd, au Qatar. C’est cette structure qui pilote l’ensemble des moyens mis à disposition par les pays membres de la coalition pour réaliser des frappes, des missions de surveillance et de renseignement (ISR), ou encore des ravitaillements en vol. « Notre rôle consiste à fournir en temps et en heure les capacités demandées par le CAOC », explique un officier d’état-major de la TF473. Au Qatar, les opérations sont dirigées par les Américains mais des officiers de liaison français sont intégrés à la structure, avec un droit de regard, pour tenir compte en particulier des « limitations politiques » fixées par Paris. 

De là, les appareils français mènent comme leurs homologues alliés différentes missions, avec pour les frappes deux types d’engagements principaux.

 

Rafale Air équipé de deux Scalp EG 

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française