Marine Marchande
Compagnie Océane : risques de perturbations sur la desserte des îles

Actualité

Compagnie Océane : risques de perturbations sur la desserte des îles

Marine Marchande

La desserte des îles du Morbihan par la Compagnie Océane, titulaire de la délégation de service public, pourrait être perturbée, ce jeudi, par un mouvement social. Hier, le site internet de la filiale de Transdev annonçait des « risques de perturbations sur l’ensemble de nos lignes entraînant des modifications d’horaires » en raison d’un préavis de grève des syndicats CFDT, CFE-CGC Marine et CGT, pour ce jeudi et vendredi. Sont concernées : deux liaisons vers Houat et Hoëdic, cinq liaisons vers Groix, ainsi que cinq liaisons vers Belle-Île jeudi, et sept vendredi. Ce préavis de grève est reconductible.

Contactée, la CFDT indiquait qu’« on se dirige vers un service minimum », sans pour autant en préciser les modalités : « C’est en cours de mise en place ». Les personnels du Vindilis, en arrêt technique à Concarneau, et du Kerdonis, à Lorient, « vont se mettre en grève », a indiqué le syndicat, alors que syndicats et direction s’opposent notamment sur une indemnité pour des repas lors d’arrêts technique. Le syndicat a encore précisé que « sur les rotations vers les îles, notre volonté est de ne pas pénaliser les insulaires, mais cela se fera au travers d’un service minimum ». De son côté, la CFE-CGC Marine n’avait « pas statué », mercredi soir, quant au mouvement social.

La Compagnie Océane, qui emploie 240 personnes, dont environ la moitié de navigants, explique aux voyageurs mettre « tout en œuvre pour assurer une continuité de service minimum pour les passagers piétons ». Interrogée par Mer et Marine, la compagnie indiquait, en fin d’après-midi, ne pas savoir si le préavis de grève était maintenu : « On le saura demain matin (ce jeudi, ndlr) à l’embauche. S’il y avait des perturbations, dans tous les cas, on assurerait le service mais uniquement pour les piétons. C’est-à-dire que seront fortement perturbés les passages marchandises et véhicules ». Il devrait y avoir au minimum une rotation sur chaque île.

Dans son préavis de grève, fin janvier, la CFE-CGC déplorait qu’ « aucun des sujets lors de la négociation annuelle obligatoire (NAO) n’a été clos ». Et de citer : la mise en place d’un accord arrêt technique, la modification des libellés emplois du personnel sédentaire, la mise en place d’un accord égalité professionnelle hommes/femmes, la mise en place de contrats de travail à temps plein en modulation pour le personnel sédentaire et la mise ne place de temps partiels aménagés pour le personnel navigant. Le syndicat estime qu’il est « difficile d’entamer une nouvelle NAO alors même qu’aucun sujet de 2020 n’a été traité ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.