Défense
Concarneau : le premier OPV argentin a débuté ses essais en mer

Actualité

Concarneau : le premier OPV argentin a débuté ses essais en mer

Défense

Le Piedrabuena, premier des trois patrouilleurs hauturiers du type OPV 87 réalisés pour la marine argentine, a effectué le 25 février sa première sortie d'essais en mer depuis le port de Concarneau, où il a été construit par Piriou pour le compte de Naval Group, titulaire de ce contrat notifié en 2019. Le bâtiment, ainsi que son premier sistership, l’Almirante Storni, en cours de construction dans le chantier finistérien, doivent être livrés cette année à l’Argentine. Suivra en 2022 le troisième OPV, dont la coque est comme ce fut le cas pour le second produite par le chantier Kership de Lanester, près de Lorient, avant d’être remorquée à Concarneau pour armement.

 

Le Piedrabuena à Concarneau en février (© MER ET MARINE)

Le Piedrabuena à Concarneau en février (© MER ET MARINE)

Le Piedrabuena à Concarneau en février (© MER ET MARINE)

Le Piedrabuena à Concarneau en février (© MER ET MARINE)

 

Ces trois bâtiments sont une évolution de l’ex-patrouilleur hauturier L’Adroit, réalisé sur fonds propres par Naval Group et qui avait été mis à disposition de la marine française de 2011 à 2018. Après rénovation et adaptation aux besoins de l’Armada argentina, il a été livré en décembre 2019 à cette dernière, au sein de laquelle il poursuit sa carrière sous le nom de Bouchard.

Longs de 87 mètres pour une largeur de 14 mètres, les OPV 87 affichent un déplacement en charge de 1650 tonnes. Capables d’atteindre 20 nœuds et de franchir plus de 7000 milles à vitesse économique, avec une autonomie de trois semaines en haute mer, leur équipage comprend une quarantaine de marins. Ces bâtiments sont équipés d’un radar de surveillance Terma placé sous radôme dans une mâture unique, et un canon télé-opéré de 30mm. Les senseurs et l’armement seront gérés par un système de lutte Polaris. Les bâtiments peuvent mettre en œuvre deux embarcations semi-rigides de 9 mètres via des rampes à l’arrière, et disposent d’une plateforme pour un hélicoptère de 10 tonnes et un abri pour une machine de classe 5 tonnes ou un drone aérien.  

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Chantier Piriou | Toute l'actualité du groupe naval breton Naval Group | Actualité industrie navale de défense