Vie Portuaire
Concarneau : l'IPC fête ses 25 ans ce week-end

Actualité

Concarneau : l'IPC fête ses 25 ans ce week-end

Vie Portuaire

L’interprofession du Port concarnois (IPC) a 25 ans. 25 ans de « combats » pour que se développe construction et réparation navales à Concarneau. Et pour fêter cela, l’IPC invite tous les Concarnois à découvrir ce qui se fait dans leur port.

Vendredi et samedi, un grand rendez-vous au port du Moros est donné à tous les Concarnois. Entre visites guidées des installations portuaires, chantiers de construction et réparation navales qui ouvrent leurs portes, animations diverses et même concert vendredi soir, les Concarnois pourront tout savoir sur ce port qui a la particularité d’être dans la ville. Toute l’Inter Profession du Port de Concarneau (IPC), qui compte 46 entreprises, représente « environ 1 500 salariés en CDI ou autres types de contrats », et pèse environ 200 M€ de chiffre d’affaires, se mobilise pour fêter son quart de siècle d’existence et de développement industriel. « Cette fête s’adresse aux familles, aux salariés sans lesquels les entreprises n’existeraient pas et plus largement à tous les Concarnois », résumaient en substance ce mardi, le président de l’IPC Pascal Piriou et ses deux vice-présidents, Maurice Buttet et David Dizay. Pour l’anniversaire de ces 25 ans, l’IPC souhaitait « marquer le coup sans réserver la fête aux VIP, responsables d’entreprises ou élus », soulignait Pascal Pirou ajoutant que « tout le monde sera le bienvenu sur le port vendredi et samedi ». Et cet évènement public, festif et gratuit, concerne bien tous les habitants de Concarneau, qu’ils soient collaborateurs et familles des industries portuaires, clients, partenaire ou simplement Concarnois désireux de mieux connaître le port et les industries qui le font vivre.

Une histoire de combat et de volontés

Créée en 1993 sous l’impulsion de Guy Piriou, Raymond Cosquéric et avec l’appui politique de l’ancien député européen Guy Guermeur, l’IPC s’est donné pour objectif de fédérer les entreprises portuaires afin de développer - voire empêcher de régresser ou disparaître -, l’activité de la construction et réparation navales.

Toute une histoire de combats, de volonté des entreprises locales, soutenue par des hommes politiques locaux ou nationaux. Avec, comme premier grand combat - et première victoire -, la construction de la cale sèche inaugurée en 2002. Un nouveau travail pour conduire à la restructuration de l’aire de réparation navale - avec l’élévateur à sangle et toute la mise aux normes environnementales, en mars dernier.

Couverture de la cale sèche

Le prochain objectif que se donne l’IPC est la couverture de la cale sèche. Ce mardi, le président et les deux vice-présidents de l’IPC ont souligné l’importance de cet équipement pour toute la construction et réparation navales. En termes de développement des marchés sans doute - bien qu’avec 261 navires entrés en cale sèche depuis 2002, l’équipement « tourne pratiquement à 100 % », selon Pascal Piriou -, mais aussi en termes de plan de travail des entreprises. « Nos salariés font tout pour livrer une commande dans les délais, mais on ne peut pas lutter contre la météorologie et la pluie qui empêchent de peindre une coque en extérieur », résumait David Dizay (SAEN). Et comme la Région doit bientôt prendre des décisions concernant un plan d’investissement dans ses ports (dont Concarneau), l’IPC sait déjà qu’elle ne doit pas se reposer sur le travail accompli : « L’IPC repasse en mode combat et va devoir à nouveau se battre pour sa survie », estimait même le président de l’IPC Pascal Piriou.

L’avenir se prépare maintenant et les chefs d’entreprise savent bien que diriger (comme gouverner), c’est toujours prévoir. Pascal Piriou interviendra d’ailleurs, sur cette couverture - aussi nécessaire qu’attendue -, de la cale sèche, lors de ces deux journées de fêtes.

Pratique

Tout le programme de cette opération « Port Ouvert » ce vendredi et samedi est disponible sur le site de l’IPC.


Un article de la rédaction du Télégramme

Port de Concarneau