Croisières et Voyages
Concordia : Le pompage du combustible doit débuter aujourd'hui

Actualité

Concordia : Le pompage du combustible doit débuter aujourd'hui

Croisières et Voyages

Alors que deux nouveaux corps ont été retrouvés, portant à 15 morts et 17 disparus le bilan du naufrage du Costa Concordia, le 13 janvier, le pompage des soutes à combustible du paquebot devrait débuter aujourd'hui. Devant l'île italienne du Giglio, où le grand navire s'est couché, les équipes chargées de la récupération des 2380 tonnes de fuel lourd et de gasoil contenues dans les soutes se mettent en place. Hier, Franco Gabrielli, le commissaire du gouvernement en charge du naufrage du Concordia, a décidé que les opérations de pompage pouvaient être menées en parallèle de la poursuite des recherches dans la carcasse du navire, où les secouristes travaillent dans des conditions très difficiles et dans un univers particulièrement dangereux. Mais, malgré la complexité des opérations, les corps de deux femmes ont pu être retrouvés hier au pont 4.

Il faudra un mois pour vider les soutes

Hier, les craintes quant à un éventuel glissement de l'épave vers la fosse qui borde l'île ont semble-t-il été dissipées. Les autorités ont, en effet, estimé que le bateau était stable et qu'il ne risquait pas de couler. Suivant les conditions météo, le pompage devrait donc débuter ce mardi. Confié à la société néerlandaise SMIT, spécialisée dans ce type d'opération, la manoeuvre va notamment faire intervenir une barge équipée d'une grue. Alors que le gasoil, un carburant léger, sera plus facile à pomper, le fuel lourd, trop visqueux, devra être réchauffé avant d'être extrait des 17 compartiments à double coque dans lequel il est contenu. En tout, les opérations de pompage devraient prendre près d'un mois. Autour du Concordia, des barrages et des bouées absorbantes ont été disposées en cas de fuite. En dehors du carburant, il faudra aussi traiter de nombreux autres produits polluants contenus dans le paquebot, comme les huiles et produits chimiques.
Construit en 2006, le Costa Concordia, long de 290 mètres pour une largeur de 35 mètres, transportait au moment de l'accident 4229 personnes, soit 3216 passagers et 1013 membres d'équipage. Pour mémoire, le navire a fait naufrage après avoir heurté un récif alors qu'il naviguait trop près du Giglio.

Poursuites judiciaires

Après cette catastrophe, Costa Croisières pourrait essuyer une vague de procès. Alors qu'en France, des victimes ont annoncé leur intention de porter plainte et qu'en Italie, l'association de consommateurs Codacons veut aussi lancer une action collective ; un avocat américain est également monté au créneau hier. Mitchell Proner, du cabinet new-yorkais Proner & Proner, a déclaré à l'AFP vouloir lancer demain une action en justice en nom collectif. « Nous avons été contactés par des victimes du monde entier, de la Roumanie au Pérou, jusqu'à certainement l'Italie et les Etats-Unis, qui représentent la vaste majorité, et nous sommes en train de préparer des poursuites au nom de toutes les victimes contre les parties responsables, que nous prévoyons de déposer à Miami », a expliqué l'avocat à l'agence de presse française. D'après l'AFP, l'avocat pourrait demander 125.000 euros par passager indemne, « plusieurs fois cela » pour les blessés, et « plus d'un million » voir « plusieurs millions d'euros » pour les proches des personnes décédées dans l'accident. « Mitchell Proner a indiqué que les cibles de ces poursuites n'avaient pas encore été précisément identifiées, mais il a évoqué la compagnie Costa Croisières, propriétaire du bateau Concordia, ainsi que les sociétés responsables des systèmes d'alertes ou de secours », précise l'AFP.

Accidents, pollutions