Divers
Confinement : se « réfugier » sur la côte ne signifie pas faire du bateau et aller à la plage

Actualité

Confinement : se « réfugier » sur la côte ne signifie pas faire du bateau et aller à la plage

Article gratuit
Divers
Actualité

Les préfectures maritimes rappellent à la population française que les mesures de confinement décidées pour lutter contre l’épidémie de coronavirus s’appliquent aussi aux activités de bord de mer : plaisance, tourisme ou loisirs nautiques sont interdits jusqu’au 31 mars au moins sur le littoral. « En mer comme à terre, ces dispositions ont vocation à lutter activement contre la propagation du COVID-19 en restreignant tous les déplacements. Elles permettent également de préserver les moyens de secours en mer pour les dédier plus spécifiquement à d’éventuelles interventions sanitaires liées à l’épidémie en cours. Aussi, il vous est demandé de respecter strictement cette interdiction et de relayer cette information auprès de l’ensemble des usagers de la mer », martèle ainsi la préfecture maritime de la Méditerranée, qui souligne que le non-respect de ces règles « est passible des mêmes sanctions qu’à terre ». Un accident en mer ou des promeneurs coincés par la marée montante peuvent, en effet, occuper un hélicoptère et des sauveteurs qui seraient plus utiles à l'évacuation de malades du Covid-19 et mobiliser inutilement des ambulances, lits d'hôpitaux et personnels soignant. 

Le rappel de ces restrictions fait notamment suite à l’arrivée massive en bord de mer, ces derniers jours, de personnes ayant décidé de quitter les grandes agglomérations, en particulier Paris et l’île de France, pour se « réfugier » sur le littoral. On a ainsi vu un afflux important de franciliens sur les côtes de la Manche, de l'Atlantique et de la Méditerranée, où les maisons secondaires ont rouvert leurs volets bien plus tôt qu’à l’accoutumée. Une transhumance qui pose différents problèmes, y compris sanitaires puisque ces déplacements entrainent inévitablement une migration du virus, notamment vers des régions jusqu'ici relativement épargnées. Et ils augmentent la densité de population dans des zones qui n’ont pas forcément les moyens médicaux dimensionnés pour autant de personnes. Il a même fallu prendre des mesures pour réserver l'accès des îles bretonnes à ceux qui y habitent. 

De plus, des comportements inciviques et contraires au confinement entré en vigueur à midi ont été constatés hier. Certains semblent en effet ne pas avoir pris la mesure de la situation et se croient apparemment en vacances. Si les brèves sorties, notamment pour faire un peu d'activité physique, sont autorisées moyennant le fait que chaque personne se munisse de son attestation de déplacement dérogatoire, les promenades sur la plage, sorties en bateau et activités sportives en mer sont prohibées. En Bretagne par exemple les forces de l’ordre ont commencé hier à verbaliser les contrevenants.

 

Coronavirus | Toute l'actualité Covid-19 dans le secteur maritime