Marine Marchande
Conteneurs : Le secteur commence à souffrir

Actualité

Conteneurs : Le secteur commence à souffrir

Marine Marchande

La tempête serait-elle en train de se lever sur le transport conteneurisé ? Hier, les deux leaders du secteur, Maersk Line et MSC, associés au sein de l’alliance 2M, ont annoncé des réductions de flottes. Hapag-Lloyd, numéro 4 mondial depuis son rachat du Chilien CSAV, a été obligé de revoir drastiquement à la baisse sa valorisation boursière (de 5 milliards à 2.4 milliards d’euros) à la veille de son entrée sur les marchés, prévue demain matin à Hambourg et Francfort. Les chinois CSCL et Cosco ainsi que le singapourien NOL ont enregistré des pertes importantes au troisième trimestre. Le ralentissement économique, mais également la surcapacité déjà très prégnante sur les lignes entre l’Europe et l’Asie, commencent à plomber les comptes des compagnies. Et les prévisions d’entrées en service massives de maxi porte-conteneurs ne sont pas faites pour rassurer.

Face à cette situation qui, selon les analystes, se détériore très rapidement, AP Moller Maersk a été la première à annoncer des mesures pour le moins drastiques. Après l’annonce, la semaine dernière, du désarmement d’un de ses Triple-E, le groupe danois a présenté hier, de manière très inattendue, d’importantes mesures d’austérité : licenciement de 4000 employés (sur un total de 23.000), arrêt de 35 rotations en plus des quatre services (ME5, AE9, AE3 et TA4) déjà stoppés et annulation des options pour la commande de 6 navires de 19.630 EVP et de deux feeders de 3.600 EVP. MSC, de son côté, a annoncé une réduction de ses affrètements mais le maintien de son carnet de commande.

Quant à CMA CGM, le numéro 3 mondial du secteur, aucune annonce n'a encore été faite mais, dans les coursives de l'armement français, on craint des mesures, y compris des réductions de postes.  

A.P. Møller - Mærsk Mediterranean Shipping Company