Vie Portuaire
Conteneurs : sous capacité, blanks sailings et congestion portuaire ont mené à une crise
ABONNÉS

Actualité

Conteneurs : sous capacité, blanks sailings et congestion portuaire ont mené à une crise

Vie Portuaire

La Cnuced a publié, le 30 avril, une note pour comprendre la crise de la conteneurisation dans le monde avec la pandémie. La hausse des taux de fret constitue la colonne vertébrale de ce système. Un article d'Hervé Deiss de Ports et Corridors

La crise sanitaire qui a commencé en Chine en janvier 2020 et qui perdure encore aujourd’hui n’a pas eu les effets escomptés. « Au début de la pandémie, les prévisions tablaient sur un trafic maritime en forte baisse, y compris pour les échanges conteneurisés. Dans les faits, les choses ont été inverses avec une forte demande notamment sur les produits électroniques. Dès le troisième trimestre 2020, l’allègement des confinements et les plans de relance ont amené une hausse du trafic conteneurisé », indique dans sa note la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (Cnuced).

Une croissance de la demande plus forte qu’attendue

La Cnuced revient sur le manque de conteneurs dans le monde. Avec la croissance de la demande plus forte qu’attendue, les conteneurs vides ont eu du mal à se repositionner vers les lieux de production. Plusieurs raisons expliquent cette tendance.

Le repositionnement n’a pas été anticipé

En premier lieu, au sortir de la première vague de la pandémie, les perturbations subies pendant les quelques semaines ont amené des changements dans les échanges. Les boîtes vides sont restées dans des places qui n’en avaient pas besoin et le repositionnement n’a pas été prévu. Ajouté à cela, les armateurs ont commencé à mettre en place des annulations d’escales (les blanks sailings, ces décisions des armateurs de ne pas assurer une escale dans un port prévu dans la ligne). Les compagnies maritimes ont fait le choix de prendre des boîtes pleines, laissant les vides dans les zones qui n’en ont pas besoin.

Ralentissement de la logistique maritime

Pour la Cnuced, la crise qui sévit dans le monde de la conteneurisation est aussi liée à des facteurs endogènes de la supply chain maritime. La logistique maritime souffre de ralentissement et de retards liés à la pandémie. Pour les auteurs de cette note, le manque de main d’œuvre dans les ports, la congestion portuaire, aggravée par les blanks sailings, et les tensions sur les modes de transport terrestres ont largement pesé. De ce fait, continuent-ils, le temps de retour des conteneurs vides vers les lieux de production s’allonge.

L’attente à Los Angeles a des effets en Europe

Un autre élément est venu peser de tout son poids. Les délais d’attente devant les ports de la côte ouest des États-Unis se sont allongés. En février, indique la note de la Cnuced, des navires avec des décorations de Noël attendaient toujours en rade. Au final, ce sont des capacités immobilisées qui ont passé plus de temps devant les ports qu’en mer. Cette immobilisation a bloqué une partie des conteneurs attendus en retour en Asie. Un blocage qui n’a pas permis aux Asiatiques de charger des marchandises pour l’Europe et donc, à ces derniers d

Divers marine marchande