Défense
Corse : Importants moyens nautiques déployés après le crash d'un Mirage 2000

Actualité

Corse : Importants moyens nautiques déployés après le crash d'un Mirage 2000

Défense

Le chasseur de mines Capricorne a quitté Toulon ce matin pour rejoindre la Corse. Le bâtiment de la Marine nationale devra, grâce à son équipement sonar, retrouver la carcasse du Mirage 2000 C de l'armée de l'Air, qui s'est écrasé, hier midi, à 3 nautiques à l'ouest de Bonifacio. L'appareil, manoeuvré par un pilote confirmé, s'est écrasé en mer pour une raison inconnue. Le militaire de 35 ans, qui n'a pas pu s'éjecter, est décédé dans l'accident. Dès hier après-midi, d'importants moyens nautiques ont été déployés par la préfecture maritime de la Méditerranée, avec zone la vedette de la SNSM de Bonifacio, l'aviso Commandant Bouan et la vedette DF 18 des douanes de Porto-Vecchio. Les navires ont notamment récupéré des débris et assuré la police sur zone, empêchant les curieux de s'approcher du lieu du crash. Attendu sur place ce midi, le Capricorne recherchera notamment la boite noire au sein des débris (investigation Pinger) de la carlingue, éparpillés entre 45 et 70 mètres de fond. Le bâtiment de soutien Ailette, équipé d'importants moyens de récupération et du robot sous-marin Ulysse, arrivera quant à lui en début d'après-midi.
Basé à Cambrai, le Mirage 2000 C effectuait une mission d'entraînement sur la base corse de Solenzara. Une enquête est diligentée par le BEA Défense afin de connaître les circonstances exactes de l'accident. Ce drame intervient presque un an après le crash d'un Mirage 2000 D devant le littoral corse. Les deux pilotes avaient néanmoins pu s'éjecter et avaient été récupérés sains et saufs.

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française