Croisières et Voyages
Costa Croisières devrait bientôt commander de nouveaux paquebots

Actualité

Costa Croisières devrait bientôt commander de nouveaux paquebots

Croisières et Voyages

Le leader européen de la croisière devrait, prochainement, lancer un nouveau programme de constructions neuves. Les deux derniers paquebots commandés, les Costa Favolosa et Costa Fascinosa ont été mis à flot en août pour le premier et mis sur cale début septembre pour le second. Ces unités de 3780 passagers, prévues pour entrer en service à l'été 2011 et un an plus tard, seront les quatrième et cinquième navires de la classe Concordia. « Si nous voulons de nouveaux navires à partir de 2013, il va falloir commander rapidement », reconnait-on chez Costa. Filiale du groupe américain Carnival Corporation, la compagnie italienne devrait en toute logique, pour ses prochains bateaux, passer à une nouvelle classe. Ces dernières années, Costa a pris l'habitude d'enrichir sa flotte avec des navires dérivés de ceux réalisés pour d'autres filiales du groupe. Ce fut d'abord le cas des Costa Atlantica (2000) et Costa Mediterranea (2003), cousins des Carnival Spirit de Carnival Cruise Lines. Puis la formule a été reprise avec les Costa Fortuna (2003) et Costa Magica (2004) ; ainsi que les Costa Concordia (2006), Costa Serena (2007) et Costa Pacifica (2009), tous directement inspirés des Carnival Conquest. Enfin, les Costa Luminosa (2009) et Costa Deliziosa (2010) reprennent la coque du Queen Victoria de Cunard et des Eurodam et Nieuw Amsterdam d'Holland America Line, autres filiales de Carnival. En dehors des deux premiers (et des 4 Spirit), tous ces navires ont été réalisés par Fincantieri.

Hésitations face au gigantisme

Cette fois, Costa peut, éventuellement, reprendre deux modèles récemment commandés par le groupe aux chantiers italiens. Belle évolution des Carnival Conquest, CCL fait construire une série de trois nouveaux paquebots, version agrandie et sensiblement améliorée de leurs aînés. Le Carnival Dream a été livré en 2009, le Carnival Magic le sera en 2011 et le Carnival Breeze l'année suivante. L'avantage de cette solution réside dans la proximité du concept de Carnival et Costa, avec des navires conçus comme de grands resorts flottants. L'aspect extérieur des Carnival Dream, bien que plus arrondi dans les lignes, conserve un véritable air de famille avec les Conquest et Concordia, ce qui permettrait d'assurer une continuité de style. Toutefois, les nouvelles unités de CCL sont très grosses, soit 130.000 tonneaux de jauge pour 1826 cabines et une capacité de 4633 passagers (à comparer aux 114.500 tonneaux, 1500 cabines et 3780 passagers des Concordia). Chez Costa, où l'on considère que la taille des Concordia est bien adaptée au marché européen, l'éventualité d'intégrer de tels mastodonte est accueillie avec prudence. Certes, le marché de la croisière continue de croître, mais la concurrence est aussi de plus en plus rude et remplir chaque semaine les grands paquebots n'est pas toujours simple. Les très grosses unités posent aussi des problèmes logistiques, notamment en Méditerranée, où l'affluence des nouveaux paquebots rend les accès aux ports de plus en plus compliqués.

Un choix stratégique

Dans cette perspective, l'autre modèle nouveau du groupe Carnival pose le même problème. D'autant qu'il est encore plus gros. Livrables en 2013 et 2014, les deux futurs paquebots de Princess Cruises atteindront une jauge de 141.000 tonneaux et compteront 1800 cabines. Reste désormais à voir si Costa se laissera à son tour entrainer dans la course au gigantisme ou adoptera une position plus mesurée, par exemple en allongeant la série des Luminosa ou en adoptant un dérivé moins imposant des nouveaux CCL ou Princess. Pour des questions de mutualisation de coûts à l'échelle du groupe, le développement d'un design qui lui serait propre demeure possible mais paraîtrait étonnant. De même, Costa peut toujours regarder les dernières (et très belles) unités de sa filiale allemande AIDA Cruises, réalisées par Meyer Werft. Mais abandonner Fincantieri pour passer à un constructeur allemand serait une décision délicate en Italie, où la compagnie est historiquement très implantée et réalise ses plus grosses ventes.
La seule certitude est que Costa est dans la quasi-obligation de passer rapidement commande afin de poursuivre son développement et, surtout, de maintenir l'écart avec sa principale concurrente, MSC Cruises. La flotte de cette dernière, qui compte déjà 11 paquebots (dont 4 de 1275 cabines et 2 de 1637 cabines), va encore s'enrichir en 2012 d'une nouvelle unité de 1751 cabines.

Costa Croisières | Toute l'actualité des paquebots et de la croisière