Croisières et Voyages
Costa Croisières repart à l’offensive

Actualité

Costa Croisières repart à l’offensive

Croisières et Voyages

Nouveaux navires, évolution de son concept, développement de nouveaux produits et itinéraires, réorganisation commerciale… La compagnie italienne, leader européen de la croisière, repart clairement à l’offensive en cette année 2015. Après une période délicate suite à la perte du Concordia, en janvier 2012, l’armement, fondé à Gênes en 1948 et intégré au groupe américain Carnival Corporation il y a 15 ans, a évolué en profondeur. Les leçons du drame, qui dans cette société où l’on travaille historiquement dans un esprit très familial restera gravé dans les mémoires, ont bien entendu été tirées. Les procédures de sécurité ont été totalement revues pour qu’une telle catastrophe ne se reproduise pas, alors qu’un centre de surveillance en temps réel des navires a été mis en place. S’y ajoute un grand pôle d’excellence dédié à la sécurité, développé en partenariat avec la compagnie aérienne Lufthansa, qui est implanté à Hambourg, en Allemagne. Il doit intégrer les personnels de la compagnie en charge de ces questions et qui étaient jusqu’ici basés au siège génois de Costa. 

 

(© COSTA CROISIERES)

(© COSTA CROISIERES)

 

Nouveau management

Au-delà de ces aspects, c’est, plus largement, le fonctionnement de la société, ainsi que son identité, qui ont fait l’objet d’une importante remise à plat. Pour conduire cette réforme, un nouveau management a émergé ces deux dernières années. En poste depuis 1997, Pier Luigi Foschi a laissé à l’été 2012 sa place de grand patron de Costa à Michael Thamm, qui était jusque là à la tête de la filiale allemande du groupe, AIDA Cruises. L’année suivante, c’est Gianni Onorato, entré dans la compagnie italienne en 1986 et qui en était devenu le numéro 2 en 2004, qui s’en est allé pour rejoindre la concurrence. Neil Palomba a fait le chemin inverse puisque le tout nouveau président de Costa, en poste depuis le 1er février, travaillait auparavant pour MSC Cruises. Rendant compte à Michael Thamm, qui chapeaute l’ensemble du groupe, le jeune patron de Costa, âgé de 34 ans, est arrivé début 2014 en tant que vice-président en charge des opérations hôtelières et du développement du produit. Il est désormais en charge de la gestion de la marque Costa, ainsi que de la structure et de la conception des produits, des ventes et du service client. Neil Palomba redonne un visage italien à la compagnie, qui se recentre résolument sur ses racines transalpines.

 

Neil Palomba (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Neil Palomba (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Recentrage sur l’identité italienne

Le grand retour de l’Italie est l’une des évolutions majeures enregistrées depuis plus d’un an. Suite à sa reprise par Carnival, la compagnie génoise avait en effet souffert de la stratégie d’uniformisation de sa maison-mère américaine. Depuis 2000, ses nouveaux bateaux ne furent que des copies conformes de ceux de Carnival Cruise Line - à l’exception de la cheminée - jusque dans la décoration, imaginée par le même designer, l’Américain Joe Farcus, qui déclinait les mêmes concepts sur l'ensemble de la flotte. Faire des économies d’échelle était certes une bonne idée et cela ne remet pas en cause la qualité du produit ni le professionnalisme des personnels. Mais, au fil des années, le caractère italien de Costa s’était progressivement estompé. Ceux qui connaissent les navires de CCL en étaient très frappés.

 

A bord du Costa Luminosa (© COSTA CROISIERES)

A bord du Costa Luminosa (© COSTA CROISIERES)

 

Une situation que la compagnie italienne avait commencé à prendre en compte à la fin des années 2000, ce qui s’est traduit, à partir du Costa Luminosa (2009), par une décoration intérieure plus sobre et, bien que conservant de la fantaisie pour dépayser les passagers, moins « Las Vegas » telle qu’adoptée pour les précédentes unités (depuis le Costa Atlantica en 2000), calquées sur le style Carnival. Il convenait néanmoins, après cette première phase, de revoir en profondeur le produit, ce qui est aujourd’hui chose faite. Même si le Costa Diadema, le nouveau vaisseau amiral de la compagnie, un géant de 135.500 GT de jauge et 1862 cabines mis en service cet automne, est une version dérivée des trois unités de la classe Carnival Dream, le parfum italien est clairement présent à bord. « Nous repositionnons la marque sur son identité italienne. Nous voulons offrir à nos passagers le meilleur de l’Italie, notamment dans le style, la gastronomie, l’accueil et l’art de vivre », explique Neil Palomba.

 

(© COSTA CROISIERES)

(© COSTA CROISIERES)

 

Concrètement, la cuisine retrouve les saveurs des terroirs italiens. Ainsi, des plats traditionnels des différentes régions du pays sont actuellement introduits dans les menus de tous les paquebots. Alors que le Diadema offre pour la première fois une véritable pizzeria, complétée par une gelateria avec ses glaces italiennes, les trois navires de la neoCollection (neoRomantica, neoClassica et neoRiviera) proposent des menus élaborés en collaboration avec l’Université des sciences gastronomiques de Pollenzo. Le tout est accompagné d’une cave revisitée pour les restaurants et la présence, sur le Diadema, d’une vinothèque avec d’excellents crus locaux. Les petits

Costa Croisières | Toute l'actualité des paquebots et de la croisière