Disp POPIN non abonne!
Croisières et Voyages

Reportage

Costa Diadema : Une très belle réussite

Article gratuit
Croisières et Voyages

Nous vous emmenons aujourd’hui à bord du Costa Diadema, qui a été baptisé vendredi dernier à Gênes. Construit par le chantier Fincantieri de Marghera, en Italie, le nouveau navire amiral de Costa Croisières a été officiellement livré le 28 octobre et a débuté dimanche, à Marseille, le cycle de ses croisières en Méditerranée occidentale. Jusqu’à la fin 2015 et probablement au-delà, il proposera chaque semaine, depuis le port phocéen, des traversées vers Barcelone, Palma de Majorque, Naples, La Spezia et Savone. 

 

Le baptême à Gênes (© : COSTA CROISIERES)

Le baptême à Gênes (© : COSTA CROISIERES)

 

Premier navire neuf intégré dans la flotte de Costa depuis deux ans et demi, le Diadema est aussi le plus grand exploité jusqu’ici par l’armateur italien et plus gros navire de croisière battant pavillon européen. Avec ses 306 mètres de long, 37.2 mètres de large et 132.500 GT de jauge, il surclasse assez nettement ses aînés, comme le Costa Fascinosa (290 mètres de long,  35.5 mètres de large, 114.500 GT), mis en service au printemps 2012. Non seulement en termes de taille, mais également en capacité : 1862 cabines et 4947 passagers, contre 1508 cabines et 3800 passagers pour les unités précédentes. Sur 14 ponts ouverts aux passagers (19 en tout) et 19.000 m² d’espaces publics, le nouveau fleuron de Costa offre de très nombreuses activités et compte notamment 7 restaurants et 11 bars.

 

Le Costa Diadema (© : COSTA CROISIERES)

Le Costa Diadema (© : COSTA CROISIERES)

L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Palier d'ascenseurs (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Palier d'ascenseurs (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Bar sur le Diadema (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Bar sur le Diadema (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Version agrandie et surtout améliorée de ses prédécesseurs

 

Bien que plus gros, extérieurement, le Costa Diadema présente un vrai air de famille avec ses aînés. C’est logique puisque le nouveau paquebot est une évolution de la classe précédente. Mais cette version ne s’est pas contentée de gagner en gabarit, comme cela avait été le cas entre les Fortuna et Concordia. Les architectes en ont également profité pour corriger certains défauts des bateaux précédents, réaménager les locaux et intégrer de nouveaux espaces. Le Costa Diadema offre, ainsi, des flux optimisés, avec une circulation plus simple et plus fluide. On ne rencontre par exemple plus à bord le problème de devoir contourner le restaurant central par les ponts supérieurs. Désormais, l’essentiel de la vie intérieure est concentrée sur les ponts 4 et 5, qui accueillent boutiques, bars et restaurants alternatifs. On trouve au pont 4 une grande galerie commerciale, le Portobello Market, ainsi que le Grand Bar Orlov, vaste salon s’ouvrant sur le pont supérieur et qui est doté d’une piste où l’on peut danser chaque soir devant orchestre et chanteurs.   

Les deux salles à manger principales, l’Adularia et le Fiorentino, se trouvent quant à elles au pont 3, la seconde, sur l’extrême arrière, se déployant en mezzanine, avec le niveau supérieur au pont 4. Le pont 3 comprend également la base de l’atrium ainsi que le niveau inférieur du théâtre.

 

Sur le Diadema (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Sur le Diadema (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Restaurant Adularia (© : COSTA CROISIERES)

Restaurant Adularia (© : COSTA CROISIERES)

Boutiques (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Boutiques (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Grand Bar Orlov (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Grand Bar Orlov (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Au dessus du Grand Bar Orlov (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Au dessus du Grand Bar Orlov (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Au dessus du Grand Bar Orlov (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Au dessus du Grand Bar Orlov (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

La grande promenade du pont 5

 

Cette organisation rend le bateau très simple à vivre, et aussi très agréable, d’autant qu’il s’ouvre sur la mer. L’une des grandes nouveautés du Costa Diadema est en effet la présence, au pont 5, d’une large promenade extérieure. Située au dessus des tenders et canots de sauvetage, positionnés en débordement, elle fait tout le tour du navire, sur une longueur totale de 500 mètres. Comme on l’a déjà évoqué en décembre 2009 lors du baptême à New York du Carnival Dream de Carnival Cruise Line, dont le nouveau navire de Costa a repris l’architecture générale, cette réappropriation du pont promenade est une vraie réussite.

 

(© : COSTA CROISIERES)

(© : COSTA CROISIERES)

La promenade surplombe les canots (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La promenade surplombe les canots (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La promenade du Diadema (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La promenade du Diadema (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Ces dernières années, les paquebots avaient en effet vu cet espace négligé au profit du développement des ponts supérieurs, où se trouvent les piscines. Avec pour conséquence, compte tenu de l’accroissement de la taille des bateaux, d’éloigner les passagers de la mer. Sur le Costa Diadema, on retrouve donc cette proximité avec l’océan, situé à une vingtaine de mètres seulement en contrebas. Ce nouveau design permet aussi d’offrir d’importants espaces complémentaires aux ponts supérieurs, avec de facto une meilleure répartition des passagers, qui ne sont pas tous agglutinés dans les hauts. Bars et restaurants s’ouvrent sur cette promenade, qui dispose de terrasses, mais aussi de chaises longues et même sur chaque côté d’un bain à remous. Malgré son ouverture sur l’extérieur, le pont demeure bien abrité et dispose même de six petits carrousels vitrés et dotés de lampes chauffantes, permettant de profiter de la promenade même lorsque la météo est mauvaise.  Ces « cabañas » présentent la particularité de déborder du pont, donnant l’impression de flotter au dessus de la mer. Autre très belle réussite de la promenade : le bar Theodora, qui est sans nul doute l’un des espaces les plus agréables du navire. Situé à la poupe, il offre une impressionnante vue panoramique.

 

La promenade du Diadema (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La promenade du Diadema (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La promenade du Diadema (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La promenade du Diadema (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le bar Theodora (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le bar Theodora (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le salon La Buena (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le salon La Buena (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le salon La Buena (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le salon La Buena (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Nouveaux bars et restaurants

 

Avec cette promenade, le pont 5 devient le principal lieu de vie du bateau et va constituer un atout majeur pour ce navire à la belle saison, où les passagers pourront pleinement en profiter et, par exemple, y déjeuner ou dîner. Car le pont 5 abrite de nombreux espaces intérieurs. Il y a là un grand salon, La Buena (dont le bar communique sur la terrasse avec le Theodora), ainsi qu’un piano bar, le Principe Nero. On trouve aussi le Country Rock Club, un nouveau bar avec sa scène où l’on peut profiter chaque soir d’un concert dans une ambiance très festive. Autre nouveauté, le bar à bière Desden Green, endroit fort sympathique qui n’est pas sans rappeler ceux inaugurés sur les paquebots d’AIDA Cruises, filiale allemande de Costa dont l’ancien patron, Mickael Thamm, est désormais à la tête du groupe.

 

Entrée du salon la Buena (© : COSTA CROISIERES)

Entrée du salon la Buena (© : COSTA CROISIERES)

Bar à bière (© : COSTA CROISIERES)

Bar à bière (© : COSTA CROISIERES)

Bar à bière (© : COSTA CROISIERES)

Bar à bière (© : COSTA CROISIERES)

 

D’autres bars agrémentent le pont 5, comme le Bollicine avec sa sélection d’apéritifs italiens et le Cigar Lounge. On trouve aussi à ce niveau l’œnothèque Gran Duca di Toscana, où les amateurs de vins peuvent déguster de nombreux grands crus italiens. Et puis il y a les restaurants, avec le Club Diadema, qui propose une cuisine raffinée et un service très personnalisé, ou encore le restaurant Samsara et sa carte diététique spécialement étudiée pour les passagers faisant une croisière bien-être avec cabine dédiée et accès au Spa Samsara. Mais le pont 5 accueille aussi deux nouveaux restaurants. Le premier est le Tavola Teppanyaki, dans lequel les cuisiniers préparent  sur des plaques chauffantes des spécialités japonaises sous les yeux des convives. Une expérience très conviviale à tester absolument. Tout près se trouve une autre nouveauté, la Piazza Pizza. Costa a en effet eu la très bonne idée de sortir la pizzeria du buffet pour en faire un véritable restaurant avec sa carte comprenant une quinzaine de recettes de pizzas italiennes. On notera que le Samsara, le Club Diadema, le Teppanyaki et la Piazza Pizza sont des restaurants accessibles sur réservation et moyennant un supplément tarifaire.

 

Le piano bar (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le piano bar (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le piano bar (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le piano bar (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Bollicine (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Bollicine (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Bollicine (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Bollicine (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le restaurant Samsara (© : COSTA CROISIERES)

Le restaurant Samsara (© : COSTA CROISIERES)

Le Teppanyaki (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Teppanyaki (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Teppanyaki (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Teppanyaki (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La Piazza Pizza (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La Piazza Pizza (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La Piazza Pizza (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La Piazza Pizza (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'Oenothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'Oenothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'Oenothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'Oenothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'Oenothèque donne sur le casino (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'Oenothèque donne sur le casino (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Le pont 5 compte aussi la Gelateria Amarillo, fruit d’un partenariat entre Costa et un grand glacier italien. On peut non seulement y déguster des glaces, avec 18 parfums au choix, mais aussi des crêpes et chocolats. Et puis il y a aussi le casino Golden Jubilee et ses dizaines de machines et tables, le cinéma 4D inauguré sur les précédents navires de la compagnie et qui rencontre toujours un beau succès, la salle de jeux de cartes et le niveau supérieur du théâtre Emerald. Cette grande salle de spectacle, qui s’étend sur les ponts 3, 4 et 5 compte 1360 places assises et propose chaque soir deux représentations. Sur la grande scène, dotée d’une partie amovible et surplombée derrière les rideaux de 22 fonds de décor et d’un écran LED (une première chez Costa), se produit trois fois par semaine une troupe de 14 danseurs et chanteurs proposant de nouveaux shows, spécialement conçus pour le Diadema. Ces prestations sont complétées par celles d’artistes locaux embarqués dans les ports d’escale et, une fois par semaine, par un ténor.

 

Le théâtre Emerald (© : COSTA CROISIERES)

Le théâtre Emerald (© : COSTA CROISIERES)

Le théâtre (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le théâtre (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Le théâtre vu de la scène (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le théâtre vu de la scène (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le casino (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le casino (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le glacier (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le glacier (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Les deux représentations correspondent aux deux services des restaurants principaux. Ainsi, pendant que les passagers du premier service sont en train de dîner, ceux du second service assistent au spectacle et vice-versa. Alors que les compagnies américaines et certaines européennes assouplissent voire suppriment les horaires et tables imposés en soirée, Costa reste donc pour le moment traditionnelle, avec toujours deux services à l’Adularia et au Fiorentino (18h30 pour le premier et 21h pour le second). Niveau nourriture, les premiers jours d’exploitation au départ de Savone du navire, qui avait à son bord deux des chefs exécutifs de la compagnie, se sont révélés réussis, avec des plats variés et de bonne qualité.

 

Une cuisine principale de 1900 m²

 

Il faut dire que la restauration demeure l’un des points clés de l’univers de la croisière, surtout pour un lancement de navire. Flambante neuve, la grande cuisine du Costa Diadema (à laquelle s’ajoutent celles des restaurants thématiques) a donc été inaugurée avec succès. Une vraie source de fierté pour les 240 personnes qui y travaillent et les 300 serveurs que compte le paquebot. Dans cette immense cuisine principale, qui s’étale sur 1900 m², l’organisation est impressionnante. La pâtisserie d’un côté, la boulangerie de l’autre, les énormes sauciers ici, la préparation des entrées par là… Dans un univers où l’hygiène et la propreté sont une obsession, tout est pensé dans les moindres détails pour optimiser le travail et aller vite. Car il ne faut pas oublier qu’il faut, chaque jour, nourrir jusqu’à 4947 passagers et assurer notamment en soirée deux services de plus de 2000 couverts dans les restaurants principaux. La plupart des plats sont préparés à l’avance, à la chaîne, les ingrédients des entrées étant placés les uns après les autres sur des rangées d’assiettes, qui une fois prêtes rejoignent la chambre froide dans l’attente d’être servies.

 

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La cuisine principale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Pour le chaud, qui doit être consommé dans les 4 heures après préparation, on précuit par exemple les pâtes, qui sont replongées une petite minute avant le service. Les assiettes attendent ensuite sous des lampes chauffantes d’être emmenées vers les salles à manger, non sans avoir été visées par le chef de cuisine ou ses adjoints afin de s’assurer qu’elles correspondent aux critères définis par la compagnie avec les chefs exécutifs (sur la base d’une liste de plats avec recettes et photos de la présentation requise dans l’assiette). La cuisine fonctionne au moment des repas sous forme de stations, chacune avec des plats précis, les serveurs venant à telle ou telle station en fonction des commandes des passagers.

En plus des salles à manger principales et des restaurants thématiques, le dernier espace de restauration du bateau se trouve au pont 10. Il s’agit du Corona Blu, un vaste buffet offrant une multitude de sandwiches, salades, plats cuisinés, grillades, poissons, fromages et autres desserts. Le Corona Blu, qui bénéficie d’une superbe vue sur la mer derrière ses grandes baies vitrées, est situé entre les deux espaces piscines du paquebot.

 

Les ponts piscines

 

Au centre, le Lido Diana est surplombé d’une grande verrière amovible qui se referme lorsque le temps se gâte où qu’il fait froid. De cette manière, les passagers peuvent profiter du bassin quelque soient les conditions météo et la saison. Par rapport aux navires précédents, cet espace a été réorganisé. Un véritable salon a été aménagé autour de la piscine et les bains à remous (au nombre de 8 à bord) ont été redistribués. On ne les trouve plus comme avant au bord du bassin mais sur la mezzanine qui domine cet espace et qui est elle aussi protégée par le magrodôme. Comme sur la promenade, les jacuzzis débordent de la coque afin d’offrir un panorama unique à ceux qui s’y baignent.

 

La verrière de la piscine centrale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La verrière de la piscine centrale (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Diana (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Doté de nombreux transats, de canapés, de fauteuils, de tables et de chaises, le Lido Diana dispose également d’un bar et d’un écran géant. On peut y suivre des concerts, des films et des retransmissions d’évènements sportifs, mais il fait aussi partie intégrante du décor des soirées festives organisées sur ce pont.

A l’arrière, de l’autre côté du buffet, le deuxième espace piscine du Diadema est extérieur. Il s’agit du Lido Stella del Sud. On y trouve, autour de la piscine, de nombreuses chaises longues, ainsi que des tables avec parasols, où l’on vient pour déjeuner ou dîner en extérieur.

 

Le Lido Stella del Sud (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Stella del Sud (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Stella del Sud (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Stella del Sud (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Stella del Sud (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Lido Stella del Sud (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Bar au dessus du Lido Stella del Sud (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Bar au dessus du Lido Stella del Sud (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ponts extérieurs (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

L’arrière du pont 11 donne sur le Lido Stella del Sur. Très bien aménagé, il compte un bar offrant une magnifique vue sur la mer, ainsi que des bains à remous de chaque côté. Là aussi, la grande largeur du navire est appréciable, puisqu’elle offre donne d’espace aux ponts extérieurs, agrémentés de centaines de transats. Sur bâbord arrière, au pont 11, on trouve aussi la bibliothèque et les espaces dédiés aux enfants et adolescents. Disposant de clubs répartis par tranches d’âges (de 3 à 17 ans, avec une nouvelle zone sécurisée pour les plus petits), les enfants et adolescents bénéficient à bord d’importantes infrastructures et d’une équipe d’animation dédiée qui les encadre et leur propose de nombreuses activités. En extérieur, un vaste espace surveillé comprend de nombreux jeux, dont une reconstitution de galion et un château, ainsi qu’un aquapark, sans oublier les salles intérieures et l’espace jeux vidéo sur deux ponts. Les parents peuvent ainsi laisser leur progéniture s’amuser en toute sécurité et profiter d’un peu de tranquillité.

 

Espace enfants (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Espace enfants (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Espace enfants (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Espace enfants (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Espace enfants (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Espace enfants (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Adultes et adolescents apprécieront également le Star Laser, qui propose notamment un parcours consistant à progresser sans toucher les rayons verts qui strient l’obscurité. Autre attraction, désormais classique de Costa, le simulateur de grand prix. Les passagers s’installent dans une réplique de F1 montée sur vérins hydrauliques et dotée d’écrans propulsant le conducteur sur les grands circuits de courses automobiles.

Aux ponts 11 et 12, est par ailleurs installée la discothèque Pietra di Luna. Le positionnement de la boite de nuit dans les hauts du navire est également une nouveauté chez Costa et aussi une très bonne chose. Les noctambules peuvent en effet profiter du ciel étoilé et de la mer, un salon ouvert sur l’extérieur bordant la piste de danse.

 

La discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Terrasse de la discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Terrasse de la discothèque (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Quant au pont supérieur, le 14 (il n’y a pas de pont 13), autour de la cheminée, il est consacré aux activités sportives, avec un véritable terrain de basket comprenant ses deux zones et paniers face à face, ainsi qu’une longue piste de jogging. En étant située là, celle-ci permet aux coureurs de ne pas slalomer entre les passagers, ce qui arrive souvent sur les navires où le parcours des joggers est situé sur un pont extérieur classique.

 

Le plus grand Spa de la flotte

 

Toujours dans les niveaux supérieurs, l’avant du Costa Diadema est, pour sa part, consacré au bien-être. On y trouve un Spa occupant trois ponts, avec ses thermes (laconium, tepidarium et sauna donnant sur la mer, hammam aux senteurs subtiles et à variations de lumière, piscine de balnéothérapie), son jardin d’hiver et, bien sûr, ses nombreuses salles de soins où les passagers profitent d’un très large choix de massages et de traitements pour le visage et le corps. Ces services sont payants, l’accès aux termes, au jardin d’hiver et à la terrasse (voir ci-dessous) coûtant 35 euros la journée, alors qu’il faut compter autour d’une centaine d’euros pour une heure de massage. Différents forfaits, ainsi que des promotions au cours de la croisière, permettent néanmoins de bénéficier du Spa à moindre frais.

 

L'entrée du Samsara Spa (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'entrée du Samsara Spa (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Ls thermes (© : COSTA CROISIERES)

Ls thermes (© : COSTA CROISIERES)

Sauna (© : COSTA CROISIERES)

Sauna (© : COSTA CROISIERES)

 

A ces installations il faut ajouter un salon de beauté avec coiffeur, manucure et pédicure notamment, ainsi qu’une grande salle de fitness gratuite comprenant des dizaines de machines et bancs de musculation, ainsi qu’une salle pour les cours dispensés par les professeurs de sport (payants). Le tout derrière de grandes vitres offrant une vue imprenable sur la mer. Le troisième niveau du centre de bien-être (pont 15) est quant à lui extérieur. Accessible uniquement aux utilisateurs du spa, il comprend une terrasse avec de nombreux transats, un bain à remous, ainsi qu’un bar avec des tables et chaises abritées sous des parasols. Le Lido Burmese Rose, qui correspond à l’espace Serenity des Carnival Dream, est un espace intéressant mais qui aurait sans doute gagné, comme sur CCL ou d’autres compagnies, à être un peu plus soigné. On y aurait par exemple bien vu de gros fauteuils, des lits et des tentures, qui auraient agrémenté cet espace, amélioré son élégance et apporté un confort plus en ligne avec le Spa.

 

La terrasse du Spa (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

La terrasse du Spa (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Jardin d'hiver (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Jardin d'hiver (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Jardin d'hiver (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Jardin d'hiver (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Jardin d'hiver (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Le Jardin d'hiver (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

En tout, le centre de bien-être, le plus grand de la flotte, occupe une surface de 6600 m², y compris 141 cabines (dont 11 suites) rattachées au Samsara Spa. Car les passagers qui souhaitent profiter de leur croisière pour s’offrir une semaine de soins et de détente dans ces installations peuvent en effet réserver des cabines dédiées, qui disposent d’une décoration et de services spécifiques (peignoirs et produits, suivi personnalisé par un conseiller, accès inclus aux termes, package comprenant différents soins, ascenseur privatif débouchant directement dans le Spa, place réservée au restaurant Samsara…) Comme sur les Costa Favolosa et Costa Facsinosa, le Costa Diadema propose dans son offre de cabines Samsara de très belles suites dotées notamment d’une véranda avec chaises longues et bain à remous. 

 

Suite Samsara (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Suite Samsara (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Suite Samsara (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Suite Samsara (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Suite Samsara (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Suite Samsara (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Suite Samsara (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Suite Samsara (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

1862 cabines et suites

 

Cela nous emmène naturellement aux cabines du navire, au nombre de 1862 comme on l’a vu au début de ce reportage. En dehors des cabines et suites Samsara, le Costa Diadema propose 64 suites et 756 cabines avec balcon privé, 254 cabines extérieures avec sabord ou hublot, ainsi que 687 cabines intérieures. De manière générale, les cabines sont toujours confortables et bien conçues, avec une décoration qui commence à évoluer. Si l’on retrouve encore quelques inoxydables de la compagnie, comme les canapés, que les habitués retrouvent sur tous les nouveaux bateaux depuis de nombreuses années, Costa commence à changer le design de ses cabines. Ce n’est pas encore la révolution mais l’intention est là et on ne peut que s’en féliciter car il est nécessaire, au bout d’un moment, de se renouveler, même si le concept originel est efficace. A noter que les suites sont bien réussies, avec un bel espace intérieur, un dressing séparé et une très jolie salle d’eau avec bain bouillonnant.

 

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

La dernière œuvre de Joe Farcus ?

 

Côté décoration, le navire arbore une nouvelle fois une parure surprenante, née de l’imagination de l’architecte américain Joseph Farcus. Ancien designer de Carnival Cruise Lines, maison-mère de Costa, où il a commencé à s’occuper de la décoration des paquebots il y a 35 ans, Joe Farcus ne travaille plus depuis quelques années que pour Costa. Sa collaboration avec la compagnie remonte aux Costa Atlantica (2000) et Costa Mediterranea (2003), premiers paquebots neufs mis en service suite au rachat de l’armateur italien par le groupe américain. Bien connu pour ses décorations excentriques, qui ont longtemps défrayé la chronique, Joe Farcus est revenu, depuis le Costa Luminosa en 2009, à un design moins flamboyant. Même s’il n’a quand même pas adopté la sobriété dont font désormais preuve de nombreuses compagnies, y compris américaines, celui qui a un don unique pour marier des matériaux, couleurs, formes et éclairages n’ayant à priori rien à voir ensemble a signé sur les dernières unités de Costa une décoration intérieure un peu plus sage et épurée. Mais il reste tout de même des pièces hautes en couleurs, à commencer par l’étonnant atrium, qui s’élève des ponts 3 à 11 et offre, avec ses ascenseurs vitrés, une vue assez sensationnelle. Cet espace, qui est le premier que les passagers découvrent à l’embarquement, est recouvert dans son puits central d’une multitude de petits dômes bleus donnant grâce aux jeux de lumière l’impression de bouger. Certains y voient une cascade de grosses gouttes d’eau, d’autres s’imaginent plongés dans l’océan… C’est à l’imagination de chacun de se faire son opinion.

 

L'atrium (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'atrium (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Unique, la décoration intérieure du Costa Diadema reste donc par de nombreux aspects très « farcusienne », et ce sera peut-être la dernière fois puisqu’il se murmure, dans les coursives, que Joseph Farcus prendrait sa retraite après ce bateau. Si tel est le cas, il y a fort à parier que le design évoluera sensiblement avec les prochains paquebots de Costa. Jusqu’ici, la volonté de la compagnie et de l’architecte fut en tous cas de surprendre les croisiéristes et de les plonger dans un univers qui n’a rien à voir avec ce qu’ils connaissent à terre. Avec au final un résultat vraiment intéressant et très original, même s’il faut aux adeptes de la sobriété un peu de temps pour s’habituer à cet incroyable foisonnement décoratif. Force est en tous cas de constater que cette approche s’est révélée payante et que les passagers se sentent vraiment dépaysés.

 

Une galerie d’art flottante

 

Comme toujours, le navire est en plus une véritable galerie d’art à lui tout seul, Costa ayant investi plusieurs millions d’euros dans ce domaine. En tout, le paquebot emporte 7874 œuvres d’arts originales, reproductions et sérigraphies nées du travail de 41 artistes, dont 38 Italiens. On compte parmi eux des artistes de renommée internationale, comme Sam Havadtoy ou Mario Donizetti, et quelques-uns des artistes italiens émergents les plus prometteurs, à l’image de Vanni Cuoghi, Resi Girardello, Andy, Roberta Savelli et Claudio Prestinari.

 

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Nouvelles excursions et retour aux racines italiennes

 

Au final, le Costa Diadema est donc une belle réussite. Conçu comme une station balnéaire se déplaçant de port en port, le bateau est agréable, bien conçu et apporte des évolutions appréciables, à commencer par la promenade du pont 5. Le personnel de la compagnie, qui compte à bord 1253 membres d’équipage emmenés par le commandant Massimo Garbarino, est toujours aussi professionnel et accueillant. Cela, au sein d’un produit rodé qui fonctionne parfaitement et intègre certaines nouveautés, par exemple au niveau des escales. La compagnie a, en effet, récemment mis en place trois nouveaux types d’excursions, s’ajoutant au programme classique de découverte des lieux emblématiques des régions visitées. « En liberté » voit la mise en place de navettes pour conduire les passagers vers les centres des villes, qu’ils visitent ensuite par leurs propres moyens. Costa a par ailleurs initié des visites à vélo, alors qu’une autre formule nouvelle, héritée de ce qui a été lancé avec la neoCollection, propose des itinéraires thématiques de dégustation appelés « Saveurs et Découvertes ». On notera par ailleurs que pour les excursions comme pour d'autres services, les consultations et réservations via des écrans tactiles se multiplient à bord, ce qui évite de faire la queue au bureau des excursions. 

 

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Concernant le produit en général, on notera enfin un renforcement palpable du caractère italien de ce qui est proposé à bord, ce qui permet à Costa, sans doute un peu fagocitée ces dernières années par les concepts très américains de sa maison-mère, de retrouver ses racines. Et ce sera sans doute encore plus vrai à l’avenir. 

 

(© : COSTA CROISIERES)

(© : COSTA CROISIERES)

 

 

 

 

Costa Croisières