Croisières et Voyages
Costa Victoria, le premier paquebot des années 90 à partir à la casse
ABONNÉS

Actualité

Costa Victoria, le premier paquebot des années 90 à partir à la casse

Croisières et Voyages

C’est un symbole fort de la crise majeure que traverse l’industrie de la croisière avec la crise du coronavirus. Agé de 24 ans seulement, le paquebot italien Costa Victoria va prématurément terminer sa carrière sous les chalumeaux des démolisseurs. Lundi 29 juin, la compagnie italienne Costa Croisières a enfin officiellement confirmé la vente de son navire emblématique, avec lequel elle était entrée dans l’ère des grands navires de croisière modernes il y a plus de deux décennies. La navire, qui avait fait ses débuts en juillet 1996, a été cédé au groupe italien San Giorgio del Porto, spécialisé dans la construction et la réparation navale, mais aussi, depuis 2014, agréé pour la déconstruction de coques. C’est lui qui avait été charge de la démolition du Costa Concordia, qui avait naufrage en janvier 2012 sur l’île du Giglio et dont l’épave, après renflouement, avait été conduite à Gênes en juillet 2014 pour y être déconstruite. Les travaux s’étaient achevés trois ans plus tard.

Immobilisé à Civitavecchia depuis le 26 mars à l’issue d’une ultime croisière, le Costa Victoria en est parti le 22 juin avec un plein de combustible minimal (quelques dizaines de tonnes) et après avoir été vidé de tous les équipements et fournitures ayant de valeur ou pouvant être réutilisés sur d’autres navires de Costa. A l’issue d’une courte navigation, il est arrivé le lendemain dans un autre port italien, un peu plus au nord, celui de Piombino, en Toscane, où San Giorgio del Porto exploite un chantier. Ironie de l’histoire, le paquebot s’est amarré sur un quai où sont

Costa Croisières | Toute l'actualité des paquebots et de la croisière