Construction Navale
Couach : Une procédure de sauvegarde purement technique

Actualité

Couach : Une procédure de sauvegarde purement technique

Construction Navale

Le chantier de Gujan-Mestras fait, depuis juillet, l’objet d’une procédure de sauvegarde auprès du tribunal de commerce de Bordeaux. Le problème n’est pas financier, puisque Couach a de la trésorerie et des navires dans son carnet de commandes. Il est en fait  lié à la décision d’un client russe de renoncer à l’acquisition du second yacht de 50 mètres que le chantier girondin est en train de construire. Après avoir décidé de se retirer du contrat, le client a souhaité récupérer d’un bloc l’acompte qu’il avait versé. Couach préférant une solution de remboursement étalée, son ex-client a tenté, pour obtenir gain de cause, d’effectuer une saisie conservatoire du chantier, ce qui aurait entrainé une paralysie complète de l’outil industriel. Le chantier s’est donc mis sous la protection de la justice, le tribunal de commerce accédant à sa requête au travers d’une procédure de sauvegarde technique, solution permettant à Couach de poursuivre normalement son activité. « L’activité est tout à fait normale. Il n’y a pas de problème de trésorerie. Nous pouvons continuer de travailler, de construire, de vendre et de payer nos fournisseurs », explique-t-on chez Couach.

Le dossier du yacht peut donc se solutionner indépendamment. Concernant les créanciers liés à ce contrat, la loi fixe un délai incompressible d’un mois pour réunir tous les acteurs concernés. Mais, avec la période estivale, la rencontre n’est pas encore intervenue. Couach espère que cette affaire sera réglée dans les prochaines semaines. Quant au yacht, il est à vendre. La présence au Monaco Yacht Show, à la fin du mois, du premier 50 mètres réalisé par Couach et livré cet été, sera une bonne occasion pour trouver un nouvel acquéreur au second navire de la série.

Chantier Naval Couach (CNC) Couach