Marine Marchande
Covid-19: DNV-GL lance le premier certificat sanitaire de navire

Actualité

Covid-19: DNV-GL lance le premier certificat sanitaire de navire

Marine Marchande

Redonner confiance aux passagers après que l’opinion publique mondiale ait été fortement ébranlée par la pandémie du Covid-19 et notamment par ses effets désastreux à bord de plusieurs paquebots. Certaines compagnies de croisière commencent à déployer des plans sanitaires drastiques ou à installer des filtres HEPA qui ont la propriété d’empêcher le passage des virus de la taille du coronavirus. Des chantiers navals proposent aussi des forfaits de désinfection avec des virucides.

La société de classification DNV-GL vient, quant à elle, de lancer une toute nouvelle certification dédiée « à la prévention des infections », baptisé CIP-M. « Dans le cadre de cette nouvelle donne de sécurité sanitaire, nous sommes persuadés qu’il vaut mieux prévenir que guérir », a détaillé Knut Ørbeck-Nilssen, président de DNV-GL Maritime, lors d’une visio-conférence depuis Oslo à laquelle Mer et Marine a assisté.

Pendant la période du confinement, les spécialistes croisière de DNV-GL se sont rapprochés de leurs collègues spécialisés dans la certification des établissements hospitaliers. « Depuis 2008, DNV-GL a certifié près de 630 hôpitaux et 3500 centres de santé. Nous avons développé une méthode globale et reconnue qui couvre l’ensemble de la chaîne de soin et de la prise en charge des patients, des infrastructures, de prévention de la propagation virale, de la désinfection des matériels ». DNV-GL s’est donc appuyé sur ces méthodes pour les « mariniser » et les adapter aux contraintes spécifiques des navires (embarquement, débarquement, restauration, règles de distance sociale, équipements de protection individuels) . La doctrine de l’US CDC, la très puissante autorité sanitaire américaine, a également été intégrée. « J’espère que des démarches rigoureuses et innovantes comme la nôtre pourront redonner confiance aux équipages et aux passagers ». Knut Ørbeck-Nilssen espère également faire école et que la sécurité sanitaire soit, au même titre que la prévention des incendies ou la stabilité, intégrée dans les standards maritimes mondiaux et, pour commencer, adoptée par l’IACS, l’association internationale des sociétés de classification.

Un premier client s’est déjà manifesté : le groupe asiatique Genting, qui avait déjà dévoilé un plan sanitaire rigoureux il y a plusieurs semaines, veut certifier son paquebot Explorer Dream. «En plus de la croisière, nous avons également beaucoup de demandes de la part des armements de ferries et de servitude offshore ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.