Défense
La marine va déployer le Mistral à La Réunion et le Dixmude aux Antilles

Actualité

La marine va déployer le Mistral à La Réunion et le Dixmude aux Antilles

Article gratuit
Défense

Face à l’épidémie de coronavirus qui continue de se développer en France, le président de la République a annoncé hier soir le lancement de l’opération Résilience, qui va voir l’armée se mobiliser encore plus dans le soutien sanitaire et logistique au profit de la population. Dans ce cadre, Emmanuel Macron a notamment ordonné le déploiement dans des territoires d’Outre-mer de deux des trois porte-hélicoptères amphibies (PHA) de la Marine nationale. Ils pourront assurer des missions de soutien sanitaire, de transport logistique ou encore mettre à profit leurs importants moyens de communication et infrastructures de commandement.  

Il s’agit des Mistral et Dixmude, jumeaux du Tonnerre, qui a réalisé le week-end dernier une opération de transfert de 12 malades du Covid-19, depuis la Corse vers le continent, pour soulager le service de réanimation de l’hôpital d’Ajaccio.

 

Le Dixmude (© : MARINE NATIONALE

Le Dixmude (© : MARINE NATIONALE)

 

Une situation qui s’annonce difficile en océan Indien

Le Mistral, dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc débutée fin février, évolue actuellement avec la frégate Guépratte en océan Indien. A l’issue d’une escale logistique de deux jours à Mahé, aux Seychelles, il va rejoindre La Réunion, où il devrait arriver d’ici le début de semaine prochaine. De là, il pourra aussi soutenir en cas de besoin de Mayotte, où la situation sanitaire est très précaire. Situées à une dizaine d’heures d’avion de la métropole, les deux îles viennent de passer au stade 2 de l’épidémie. La Réunion (plus de 850.000 habitants) comptait hier soir 111 cas avérés de Covid-19 et il y en a des dizaines à Mayotte, où habitent officiellement 270.000 personnes, dont de nombreux étrangers, le comptage étant incomplet du fait de l’immigration illégale depuis les Comores. Les moyens hospitaliers mahorais, déjà insuffisants au regard de la population résidant sur l’île, sont saturés. D’autant que Mayotte est comme La Réunion confrontée depuis le mois de janvier à une épidémie de Dengue nécessitant de nombreuses hospitalisations.

Possible coopération européenne dans les Caraïbes

Le Dixmude, qui rentre du Liban et doit arriver demain vendredi à Toulon, va pour sa part être déployé dans la zone Antilles-Guyane. Il devrait appareiller la semaine prochaine de la base navale varoise en vue de rallier le secteur, probablement d’ici la mi-avril après avoir traversé l’Atlantique. Il pourra notamment soutenir la Martinique et la Guadeloupe (qui passent chacune le cap des 70 cas et viennent chacune aussi de déplorer un premier mort du Covid-19), mais aussi Saint-Martin et Saint-Barthélemy où les premières infections sont apparues début mars. Et puis il y a aussi la Guyane, où l’on compte également des dizaines de cas.

Les interventions se feront là aussi en fonction des besoins lorsque le PHA sera sur place. Sachant qu’une coopération européenne pourrait aussi voir le jour, les britanniques travaillant dit-on au déploiement dans les Caraïbes d’un bâtiment (on parle du porte-aéronefs auxiliaire Argus dont l'utilisation évoquée en tant que navire hôpital sur la Tamise a été démentie par Londres). Idem pour les Pays-Bas qui devraient déployer le bâtiment de projection et de ravitaillement Karel Doorman ou l’un des deux transports de chalands de débarquement de la marine néerlandaise (Johan de Witt et Rotterdam). Cela, alors que la France et les Pays-Bas ont intensifié leur coopération dans l’assistance aux populations en cas de catastrophe naturelle depuis le désastre provoqué par l’ouragan Irma en 2017. Ce qui peut évidemment faciliter les échanges et l’entraide, en particulier dans l’île franco-néerlandaise de Saint-Martin.  

Un calendrier et des moyens à projeter qui restent à définir

Les dates exactes, comme les moyens qui seront embarqués par le Dixmude, ne sont pas encore connus. Ce qui est logique compte tenu de l’évolution extrêmement rapide de la situation, qui nécessite de s’adapter au jour le jour. « Nous sommes dans une posture défensive : on place les réserves stratégiques sur la ligne de front et on agira en fonction des mouvements du virus », résume un militaire.

Adapter les installations hospitalières

Sitôt rentré à Toulon, le Dixmude va être préparé, notamment ses installations hospitalières qui doivent être adaptées à l’accueil de malades atteints du Covid-19. Ce qui nécessite des procédures et équipements différents de ce que les PHA ont l’habitude de disposer. Contrairement à la chirurgie de guerre, qui nécessite de mettre les espaces médicaux en surpression, il faut ici passer en dépression pour éviter que l’air et donc une potentielle contamination s’infiltre dans le reste du bateau. Il faut aussi des respirateurs, dont le nombre est aujourd’hui compté tant les besoins sont importants dans les régions métropolitaines déjà touchées, de même que des capacités conséquentes en oxygène (les bouteilles pourraient d’ailleurs comme les respirateurs devenir une denrée rare).

Le précieux retour d’expérience du Tonnerre lors de l’opération en Corse

A ce titre, l’opération interministérielle menée par le Tonnerre entre la Corse et le continent a beaucoup appris à la Marine nationale et aux autres services impliqués (équipes du Service de Santé des Armées, urgentistes des hôpitaux publics, marins-pompiers ou encore l’unité de décontamination déployée à bord par le 2ème régiment de Dragons). Ainsi, alors qu’un PHA consomme quelques bouteilles d’oxygène par an en temps normal, il en a fallu plusieurs dizaines pour les besoins des patients transportés par le Tonnerre (dont 6 était en réanimation sous respiration artificielle) entre Ajaccio et Marseille, le transit ayant duré environ 14 heures. Autre exemple, cette opération a nécessité la confection de rampes spécifiques pour permettre aux véhicules de réanimation du SAMU et des marins-pompiers d’embarquer sur le Tonnerre afin d’assurer le transfert des malades avec les hôpitaux à terre. Les ambulances civiles ont en effet une garde au sol bien inférieure aux châssis surélevés des camions et autres véhicules 4x4 ou blindés de l’armée de Terre, pour lesquels les portes (latérale et radier) des PHA  ont été dimensionnées.

Hélicoptères et engins de débarquement

S’il est encore trop tôt pour savoir quels équipements médicaux et frets sanitaires seront précisément embarqués par le Dixmude, il parait logique que le bâtiment parte avec une batellerie standard (généralement trois engins de débarquement, soit un catamaran rapide EDAR et deux chalands du type CTM logés dans le radier) permettant d’assurer des opérations de transport vers les îles, depuis le PHA ou indépendamment. Il y aura aussi à n’en pas douter des moyens aériens à bord, sans doute au moins un hélicoptère de manœuvre (Caïman ou Puma/Cougar) capable d’assurer des missions logistiques et de soutien sanitaire.

Ce qu’embarque le Mistral, parti de Toulon il y a un mois

Le Mistral est quant à lui parti de Toulon le 26 février avec la frégate Guépratte dans le cadre de la 11ème mission Jeanne d’Arc, qui devait les conduire jusqu’en Océanie mais a donc été modifiée en raison de la pandémie. Le PHA dispose de différents moyens à son bord, dont un EDAR et deux CTM, ainsi que quatre hélicoptères, le plus utile étant un NH90 italien déployé à bord pour cette mission. S’y ajoutent trois appareils français, soit deux Gazelle de l’aviation légère de l’armée de Terre et une Alouette III de l’aéronautique navale.

En plus des équipages (200 marins pour le Mistral et 150 pour le Guépratte) et d’environ 140 officiers-élèves en formation, le groupe Jeanne d’Arc accueille un détachement de l’armée de Terre. Si le programme annoncé lors du départ de Toulon a été respecté, le PHA devait embarquer à Djibouti 75 soldats de la 9ème brigade d’infanterie de marine (9ème BIMa) et des éléments du sous-groupement tactique embarqué du 2ème régiment d’infanterie de marine (2ème RIMa) comprenant un peloton blindé et 30 militaires du régiment d’infanterie chars de marine (RICM). Il y a également à bord du Mistral une unité interarmées de plage aux ordres du 6ème régiment du génie (6ème RG) ainsi qu’un détachement de fusiliers-marins comprenant notamment une équipe de défense et d’interdiction maritime (EDIM). Tous ces militaires et leurs moyens pourront aussi prêter main forte.

Les installations hospitalières du Mistral sont pour le moment grées pour un déploiement classique et ne peuvent servir en l’état à l’accueil de patients atteints par le Covid-19. Selon la situation à La Réunion et Mayotte, elles pourront être adaptées en fonction des besoins et du matériel disponible sur place ou envoyé depuis la métropole par voie aérienne. Au-delà du soutien sanitaire, le PHA pourra aussi, comme le Dixmude, assurer des missions logistiques et éventuellement servir de plateforme de commandement.

Pour ce qui est enfin du Tonnerre, il demeure en métropole et pourra de nouveau être mobilisé si nécessaire.

 

Le Tonnerre déployant ses engins de débarquement, avec un EDAR au premier plan (© : MARINE NATIONALE

Le Tonnerre déployant ses engins de débarquement, avec un EDAR au premier plan (© : MARINE NATIONALE)

 

Unités de projection et hôpitaux flottants

Pour mémoire, les PHA sont des bâtiments de 199 mètres et plus de 21.000 tonnes de déplacement en charge disposant d’importantes capacités logistiques et médicales. Ils intègrent un hôpital embarqué de 750 m² comprenant notamment 69 lits médicalisés, deux blocs opératoires et une salle de radiologie ; de vastes garages permettant le transport de véhicules et de fret, des engins de débarquement pour les projeter sur une plage ou dans un port, ainsi que des hélicoptères pour les opérations aéromobiles et sanitaires.

Déjà engagés à plusieurs reprises dans des opérations humanitaires, ces bâtiments vont permettre de renforcer les moyens hospitaliers ultramarins, tout en pouvant assurer du transport de matériel supplémentaire depuis la métropole.

- Voir notre focus détaillé sur les trois PHA du type Mistral

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs. 

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française Coronavirus | Toute l'actualité Covid-19 dans le secteur maritime