Marine Marchande
Covid19 : le Bureau Veritas accompagne le redémarrage des navires à passagers

Actualité

Covid19 : le Bureau Veritas accompagne le redémarrage des navires à passagers

Marine Marchande

Croisieurope, Ponant, les ferries grecs d’Attica ou les espagnols de Balearia... quelques semaines après les mesures de déconfinement, le Bureau Veritas a déjà accompagné plusieurs armements de navires à passagers dans le redémarrage de leur activité dans le contexte sanitaire du Covid-19. Baptisé Restart your business, ce nouveau service vise à l’aide à la mise en place de mesures sanitaires préventives.

« Restart your business est une initiative groupe du Bureau Veritas, une offre globale que nous avons rapidement mise en place pendant le confinement pour nos clients dont l’activité avait été arrêtée : hôtels, restaurants, centres commerciaux, sites industriels, chantiers, établissements recevant du public dont, bien sûr, les navires à passagers », détaille Jean-Baptiste Gillet, responsable de la stratégie et des nouveaux services au BV, interrogé par Mer et Marine. « L’ensemble de nos spécialistes HSE (Hygiène, Sécurité, Environnement) ont travaillé sur un cadre fixant des standards sanitaires pour la prévention de la propagation du Covid-19. Ils ont établi une méthodologie axée autour de quatre piliers : des procédures d’analyse de risques et la mise en place de plans de prévention, la protection des personnes, l’identification des équipements à précaution particulière et la mise à disposition de moyens d’hygiène personnelle ». Ces quatre grandes lignes directrices ont ensuite été déclinées en neuf catégories de mesures puis adaptées à chaque secteur d’activité.

Tout mettre en oeuvre pour éviter la propagation du virus à bord

« Le premier client de cette nouvelle procédure a été le groupe Accor. Les clients Marine nous ont contacté très tôt, notamment les croisiéristes, qui ont rapidement voulu entreprendre cette démarche sanitaire volontaire pour rassurer leurs clients mais aussi, et tout autant, leurs équipages ». Pour adapter les procédures générales au secteur particulier des navires, les experts croisière, passagers et ISM ont rejoint les ingénieurs HSE pour mettre en place une liste d’une centaine de points de contrôle adaptés à chaque type de navire. « L’idée est de pouvoir garantir que tout est mis en œuvre pour éviter la propagation du virus et sa gestion si un cas devait se déclarer à bord », rappelle Christophe Chauvière, responsable Marine & Offshore France du Bureau Veritas. Accueil des passagers, cabines, restaurants, climatisation, équipements de loisirs mais aussi hôpitaux et équipements médicaux embarqués... « Notre travail est de nous assurer que l’armateur rentre dans les standards sanitaires que nous avons définis, en adoptant la méthodologie et les équipements qu’il souhaite. Ce que nous vérifions c’est la pertinence et la faisabilité des solutions techniques, mais aussi la protection des personnels en cas d’utilisation de produits corrosifs ou encore l’évolution de la production énergétique impliquée par les mesures de désinfection ».

Cette démarche est, pour le moment, volontaire. Aucune règlementation internationale contraignante n’encadre à ce jour la sécurité sanitaire. « L’arrivée du Covid-19 a clairement ouvert une nouvelle ère et des nouvelles contraintes en matière de prévention sanitaire qui auront sans doute vocation à devenir permanentes. Pour le moment, il y a de nombreuses initiatives, publiques ou privées, pour essayer de fixer un cadre, mais il est important de se rappeler qu’il va encore falloir du temps pour identifier tout ce que ces nouvelles contraintes vont imposer en termes d’équipements, de circulation à bord et de gestion des personnes. Pour notre part, d’ici la fin de l’année, nous devrions sortir une notation de classe qui sera encore plus précise et détaillée. Mais nous souhaitons aussi la fédération de toutes les initiatives pour promouvoir un standard unique au niveau mondial ».

Un nouveau standard de sécurité

Pour le moment, ce sont surtout les armements de navires à passagers, « ferries, croisières fluviales et navires d’expéditions » qui ont sollicité le dispositif Restart your Business, « mais nous avons aussi des gros navires de croisière qui sont très intéressés ». Pour mémoire, le Bureau Veritas classe notamment les paquebots de MSC. « Nous sommes dans un contexte administratif flou en France en ce qui concerne les mesures qui devront être mises en place sur les ferries ou un éventuel redémarrage de la croisière. Mais nous sommes persuadés que plus on va relâcher les contraintes sanitaires, dans la suite logique des mesures de déconfinement, plus notre service sera pertinent pour accompagner l’armement dans la poursuite de son effort sanitaire ».

Parce que le BV en est persuadé, les nouvelles procédures mises en place par les armateurs dans le cadre du Covid ont vocation à être pérennisées. « On ne verra sans doute pas de relâchement après la pandémie. C’est une nouvelle donne de la sécurité à bord que tout le monde va intégrer ». 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.