Défense
Crash des Rafale Marine : Les recherches du pilote disparu abandonnées

Actualité

Crash des Rafale Marine : Les recherches du pilote disparu abandonnées

Défense

Un débris d'aile appartenant à l'un des deux Rafale Marine qui se sont abîmés en mer jeudi dernier a été repêché par l'aviso Commandant Ducuing. Ce morceau a été découvert à 40 kilomètres du point où l'un des pilotes, le capitaine de corvette Yann Beaufils, a été récupéré sain et sauf le jour de l'accident. Le second pilote, le capitaine de frégate François Duflot, est toujours porté disparu. Hier soir, la fin des recherches de ce pilote d'essai de la Délégation Générale pour l'Armement (DGA) est intervenue à 21 heures. « Les nombreux moyens de recherche mis en oeuvre depuis trois jours n'ont malheureusement pas permis de retrouver le capitaine de frégate de réserve François Duflot. Toutes les pistes permettant de garder espoir ayant été investiguées, il a été décidé de suspendre les recherches aériennes de cet ancien pilote de l'aéronavale. La disparition du capitaine de frégate (R) François Duflot à laquelle les hommes et les femmes de la Marine nationale ont, jusqu'au bout, refusé à se résoudre, les touche profondément. Ils partagent la vive émotion de sa famille et de ses proches et s'associent à leur peine », indiquait hier soir la Marine nationale dans un communiqué.

Hervé Morin vendredi, sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)
Hervé Morin vendredi, sur le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

Deux pilotes d'essais sur des Rafale F3

Yann Beaufils et François Duflot n'appartenaient pas à la flottille 12F, qui rassemble les Rafale de la Marine nationale, mais au Centre d'Essais en Vol (CEV) d'Istres et au Centre d'Expérimentation Pratique de l'Aéronautique navale (CEPA) de Mont-de-Marsan.
Catapultés pour un vol d'essai depuis le Charles de Gaulle, en entrainement en Méditerranée, les deux Rafale, du type F3, se sont apparemment heurtés en vol, alors qu'ils regagnaient le porte-avions. L'accident s'est produit vers 18 heures, les deux appareils s'étant abîmés en mer à une trentaine de kilomètres à l'Est de Perpignan. Immédiatement, de très importants moyens aériens et nautiques ont été mobilisés, mais seul un pilote a été récupéré. Ce week-end, de nombreux moyens ratissaient encore la mer, à la recherche de l'officier manquant et des débris des appareils. Le Bâtiment de Projection et de Commandement Mistral, qui participait à l'exercice Loyal Midas (OTAN), a relevé le Charles de Gaulle, sur lequel le ministre de la Défense, Hervé Morin, s'est rendu vendredi. Outre le BPC et l'aviso Commandant Ducuing, le bâtiment de soutien Ailette et la vedette de la Gendarmerie maritime Tech participaient samedi aux recherches, de même qu'un hélicoptère Lynx et des avions Atlantique 2, Falcon 50, F406 et un Casa 212 espagnol. Hier, ce dernier et un Falcon 50 ont encore volé, alors que les moyens navals comprenaient la frégate Guépratte, le Ducuing, l'Ailette, la vedette de gendarmerie maritime Hérault et la vedette des Douanes de Port-Vendres.

L'Ailette mettant à l'eau ULISSE (© : MARINE NATIONALE)
L'Ailette mettant à l'eau ULISSE (© : MARINE NATIONALE)

Localiser et récupérer les épaves

Les moyens maritimes maintenus sur la zone se consacrent maintenant à la recherche et à la récupération des deux Rafale et de leurs composants. Outre le débris d'aile, les échos des balises des avions ont été repérés, ce qui va permettre de déterminer la zone où reposent les épaves. Hier soir, le travail de localisation se poursuivait. Les épaves seront, ensuite, inspectées et récupérées par l'Ailette, qui embarque le robot sous-marin ULISSE (unité lourde d'intervention sous-marine de surveillance et d'expertise). Livré en 2005 à la cellule plongée humaine et intervention sous la mer (CEPHISMER), cet engin de 1.3 mètre de long et 500 kilos dispose de deux bras et un coupe-câble hydrauliques. Il peut soulever et déplacer des charges de 15 kilos et tracter sur le fond des masses de 45 kilos. Côté imagerie, le robot dispose de caméras haute définition capable de réaliser des vidéos et photos numériques.

C'est la première fois que des Rafale Marine sont perdus depuis la livraison du premier appareil par Dassault Aviation, à l'été 1999. En juillet dernier, l'aéronautique navale a touché son premier avion de série au standard F3, s'ajoutant aux 16 Rafale F2 modernisés au standard F3. Un appareil neuf supplémentaire, le M28, doit être livré à la marine d'ici la fin de l'année. Totalement polyvalent, le Rafale F3 peut assurer tous les types de missions, de la défense aérienne à l'attaque au sol en passant par la lutte antinavire, la reconnaissance et le déploiement du missile nucléaire ASMPA.

Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française