Défense
Crash d’un NH90 sur le Dixmude : Une erreur humaine en cause

Actualité

Crash d’un NH90 sur le Dixmude : Une erreur humaine en cause

Défense

Le 17 octobre dernier, au large de Dunkerque, un hélicoptère Caïman (NH90) de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) se crashait au décollage sur le porte-hélicoptères amphibie (PHA, ex-BPC) Dixmude. Quatre marins, personnels de pont d’envol, avaient été blessés, notamment par les éclats des pales lorsque celles-ci ont explosé au contact du pont. L’un d’eux, grièvement touché, est toujours hospitalisé et gardera des séquelles de cet accident. Après l’évacuation des victimes, le Dixmude s’était pour mémoire dérouté sur Brest où l’épave du Caïman, couchée sur le côté droit, avait été extraite au moyen d’une grue flottante.  

Suite à cet accident, trois enquêtes ont été diligentées par le BEA, la justice et les Armées.

Alors que les deux premières sont toujours en cours, les résultats de l’enquête de commandement ont été rendus mi-janvier. Ils concluent à une erreur humaine, en l’occurrence un problème avec l’une des saisines maintenant l’hélicoptère sur le pont. « Il s’agit de l’oubli d’une saisine, c’est-à-dire d’une chaîne de fixation, sur un côté de l’hélicoptère, qui l’a retenu et déséquilibré au moment du décollage. Cette saisine aurait dû être retirée bien avant la phase de décollage. Sa présence non prévue a échappé à plusieurs vérifications successives », a expliqué l’amiral Christophe Prazuck, chef d’état-major de la marine, lors d’un message vidéo aux personnels diffusé mi-janvier. « La mise en œuvre d’hélicoptères, de nuit, en mer, est une activité délicate. Elle est encadrée par des procédures rigoureuses qui nous permettent d’en conduire des milliers chaque année en toute sécurité. Malgré cela, la fatigue, l’obscurité, les mouvements de plateforme sont autant de facteurs de vulnérabilité. C’est pourquoi, après chaque accident grave, comme après chaque opération, nos organisations évoluent, s’améliorent, se renforcent pour être toujours mieux adaptées à leur mise en œuvre au combat, qui reste notre horizon à tous. D’ores et déjà, des mesures d’organisation et de sécurité ont été prises pour tirer toutes les leçons de cet accident. Proposées par la commission d’enquête, d’autres suivront », a ajouté le CEMM.

 

Marine nationale