Divers
Création d'un fonds d'investissement marin en France

Actualité

Création d'un fonds d'investissement marin en France

Divers

Sous l'égide du Cluster Maritime Français, un fonds d'investissement dédié au secteur maritime a été créé cet été. L'objectif de ce nouvel outil de financement est de disposer, dans un premier temps, d'un fonds de 50 millions d'euros destiné à soutenir la création ou la croissance d'une quinzaine de sociétés : « La priorité a été mise sur les entreprises en phase de développement, sans exclure l'univers des start-up. Les sociétés françaises sont privilégiées mais nous n'excluons pas de regarder dans d'autres pays, notamment dans le bassin méditerranéen », explique Thierry Letailleur, d'ACE management. Retenu comme gestionnaire du fonds par le Cluster, ACE Management est présent depuis 15 ans dans l'aide au financement des PME/PMI, notamment sur le secteur de la défense (Financière de Brienne...). Il gère déjà cinq fonds pour un montant total de 150 millions d'euros.
Après la création physique du fondss marin, cet été, les premiers projets sont en cours d'analyse pour être opérationnels à l'automne. « L'idée est de valoriser et d'appuyer des projets maritimes innovants, qui ont besoin d'une amorce pour se lancer ou d'un complément pour se développer. Le bilan est très positif sur la levée de fonds que nous avons débuté », se réjouit Francis Vallat, président du CMF. Le premier noyau de souscripteurs est composé d'industriels, de financiers et d'assureurs, tous du monde maritime. Pour devenir « capital risker » dans le fond marin, le ticket d'entrée est de 500.000 euros minimum. Des souscriptions plus importantes sont en cours ou attendues. Les petites sociétés qui souhaitent investir peuvent, toutefois, se regrouper pour atteindre ce niveau d'engagement financier. On notera par ailleurs que la Caisse des dépôts abondera, quant à elle, à hauteur de 20% des sommes engagées.
Les premiers dossiers à bénéficier du fonds d'investissement marin pourraient concerner les projets dans le domaine de la localisation sous-marine (offshore pétrolier...), la simulation (études d'impact sur les phénomènes marins et les infrastructures portuaires...), la sécurité en mer (détection d'objets flottants dangereux...) ou encore les drones à changement de milieu, mais aucun domaine n'est exclu.