Pêche
Criées : Innover pour plus de compétitivité

Actualité

Criées : Innover pour plus de compétitivité

Pêche

Les 40es assises des halles à marée se sont tenues le week-end dernier à Guipavas (Finistère). Pour les responsables de criées, l’heure est à l’innovation. En se basant sur des projets technologiques locaux, ils souhaitent gagner en compétitivité et défendre leur prix.

La « révolution numérique » est en marche dans les criées françaises. Depuis 2016 et les deux études - de compétitivité et prospective - lancées par FranceAgriMer, la filière cherche à améliorer la transmission d’informations, aussi bien entre les pêcheurs et la criée qu’entre les halles à marée elles-mêmes. C’est dans cette optique que se sont ouvertes les 40es assises des directeurs et responsables de ces établissements, vendredi, au Campus des métiers à Guipavas. Le président de l’association depuis 2016, Christophe Hamel, est notamment revenu sur le projet de plateforme interactive commune à toutes les criées et censé mutualiser les prévisions d’apport.

 

L’objectif, c’est bien évidemment de gagner en compétitivité en enrichissant quotidiennement le site de manière à ce que les abonnés ou les criées soient informés de tout changement

 

Le site internet devrait voir le jour dans quatre mois minimum. Adressé aux acheteurs, il permettrait à ceux-ci de découvrir « l’ensemble des prévisions d’apport des 34 criées ou halles à marée françaises sur un seul outil automatisé ». D’autres fonctionnalités devraient voir le jour, particulièrement un système de notifications sur téléphone ou par mail. « L’objectif, c’est bien évidemment de gagner en compétitivité en enrichissant quotidiennement le site de manière à ce que les abonnés ou les criées soient informés de tout changement ». Le site rappelle l’outil d’achat à distance Agisoft déjà en place dans douze criées françaises (Cherbourg, La Rochelle, Granville, etc.).

Des prévisions d’apports avant même le débarquement

Autre sujet évoqué, celui de la prévision des apports, une thématique de plus en plus prégnante dans la filière. « Prévoir, encore et toujours, pour obtenir la bonne information le plus tôt possible et permettre aux acheteurs de se positionner sur les futures ventes », analyse Christophe Hamel. Ces prévisions se sont améliorées. Les pêcheurs, en grande majorité, annoncent leurs apports avant le débarquement.

Communiquer sans perdre de temps

« La problématique se posait plus pour les bateaux côtiers qui partent à la journée, explique Bruno Discontiny, du port de la Cotinière (île d’Oléron). On a donc cherché une solution leur permettant de communiquer les informations, sans perdre de temps, depuis leurs bateaux ». Dans la pratique, les marins ont « juste à remplir dans des cases pré-établies » les quantités pêchées. Des informations qui sont ensuite transmises aux acheteurs, également le plus tôt possible. Pour les criées, il s’agit de répondre à une demande de plus en plus forte de l’achat à distance, sur internet. Aujourd’hui, il représente plus de 60 % des ventes dans les 34 criées et halles à marée.

Un article de la rédaction du Télégramme