Croisières et Voyages
Croisière : Costa en ordre de bataille face à la crise

Actualité

Croisière : Costa en ordre de bataille face à la crise

Croisières et Voyages

Politique tarifaire attractive, gros efforts sur les passagers voyageant seuls et les familles monoparentales... Le leader européen de la croisière a dévoilé, la semaine dernière, son arsenal anticrise. Face à un contexte économique difficile, l'industrie du tourisme se fait, en effet, des cheveux blancs. Pourtant, chez Costa Croisières, on se veut optimiste. « L'année 2009 s'annonce tendue, avec une visibilité réduite. C'est pourquoi il faut se raccrocher sur ses acquis, ses forces et ses atouts. En la matière, la compagnie est très bien placée. Elle peut compter sur sa forte notoriété, la fidélisation des clients, la qualité de ses navires et une bonne trésorerie, avec une société qui gagne de l'argent et continue à investir dans de nouveaux paquebots. La solidité financière du groupe nous permet d'affronter la crise de manière assez sereine, mais il ne faut pas lésiner sur la qualité, la satisfaction du client et ne pas rogner sur le marketing et la communication », explique-t-on chez Costa.
Réunissant plus de 1200 professionnels du voyage sur le Costa Fortuna pour les Lauréats de la Mer (*), la compagnie italienne, filiale du groupe américain Carnival (leader mondial de la croisière), veut stimuler les ventes. En plus de sa politique de prix réduits pour des réservations à l'avance (initiée dès 2005 avec le tarif Prima), Costa a présenté de nouvelles mesures qui ont provoqué une salve d'applaudissements chez les agents de voyage. Ainsi, en matière de cabines « single », l'une des grandes attentes des agences a été comblée. Jusqu'ici, les passagers voyageant seuls payaient, en effet, un supplément de 80% par rapport aux clients occupant à deux une cabine (et avec des restrictions). Désormais, la surtaxe ne sera plus que d'une trentaine de pourcents et les conditions d'embarquement beaucoup plus souples. Pour de nombreux professionnels, cette mesure très attendue peut avoir un impact non négligeable, de plus en plus de clients potentiels voyageant seuls (plus de 15% chez certains agents). De même, des efforts sont consentis pour les familles monoparentales, dont le nombre est également en augmentation. En direction des familles, toujours, la compagnie ajoute, en plus d'une tarification spéciale pour les enfants (Jusqu'à 18 ans seules les taxes sont facturées), une formule de seconde cabine (intérieure) pour les enfants et les adolescents. Cette seconde cabine est proposée à partir de 349 euros par enfant. « L'objectif est de rendre la croisière de plus facile et de susciter de nouvelles vocations », explique Georges Azouze.

Prendre des parts de marché au tourisme terrestre

Pour le patron de Costa France, la véritable concurrence ne se situe pas au niveau d'autres compagnies. « C'est le monde des vacances dans son ensemble qui nous intéresse, pas uniquement les croisiéristes. Il faut prendre des parts à l'industrie terrestre du tourisme, qui représente en France 95% du marché. Il y a donc encore un fort potentiel et nous sommes convaincus que la croisière va continuer de croître ». On notera que cette démarche est également vraie à l'échelle du groupe où, même aux Etats-Unis, le principal client de la croisière (13 millions de passagers par an) reste Las Vegas et ses 15 millions de touristes.
Leader en France, avec la moitié des croisiéristes embarquant chaque année sur un paquebot, Costa démultiplie ses actions sur le marché hexagonal, qui peine à décoller depuis des années en comparaison des marchés anglais, allemand, italien et même espagnol. Alors que les héros de la série TV Plus Belle la Vie ont réalisé récemment le tournage de plusieurs épisodes sur le Costa Magica, la compagnie maintien le cap en publicité, avec de nouvelles campagnes télévisées cette année. Ces investissements très importants lui ont permis de se faire connaître auprès du grand public et d'attirer de nouveaux clients. Ainsi, sur les traversées au départ de Marseille, selon Costa, 63% des passagers sont des « primo-navigants », la grande majorité effectuant à la suite de cette première expérience une autre croisière. De même, Costa mise énormément sur ses relations avec les agents de voyage, premiers diffuseurs de ses offres (3660 agences françaises ont vendu au moins une croisière Costa l'an dernier).
En 2009, l'armement va renforcer sa capacité au départ de Marseille avec un départ, chaque samedi, du Costa Concardia (1500 cabines), unité plus importante que le Magica (1200 cabines). Conçues pour séduire le public tricolore, ces croisières de 8 jours consisteront, du 25 avril au 21 novembre, en des traversées vers Savone, Naples, Palerme, Tunis, Palma et Barcelone. Le Costa Romantica, de son côté, proposera au printemps deux croisières exclusivement francophones.
Dans le même temps, la compagnie italienne joue la séduction sur les itinéraires, avec notamment un retour en Terre sainte (escale à Ashdod en Israël) et les nouvelles destinations en Asie (Chine, Japon, Corée, Thaïlande, Vietnam...), en océan Indien (Réunion, Maurice, Seychelles, Madagascar, Kenya...) ou vers les Emirats, sans oublier les Caraïbes, l'Amérique latine, ou l'Amérique du nord, qui complètent l'offre européenne. En tout, la saison 2009 représentera 600 départs et 280 destinations.

Deux nouveaux paquebots en 2009

Pour Georges Azouze : « Quand le temps est à la crise, il ne faut pas jouer en défense mais en attaque. Au printemps, nous aurons une hausse énorme de la capacité, avec l'entrée en flotte de deux nouveaux bateaux. Il faut donc être plus présents et agressifs sur le marché, avec une politique tarifaire attractive, plus de flexibilité, de présence et de communication. Ainsi, nous aurons en marketing des moyens supérieurs à ceux que nous avions en 2008. C'est vrai que l'année prochaine représentera un challenge mais, depuis 60 ans que Costa existe, nous avons déjà connu des moments difficiles. Il n'y a donc aucune raison d'être frileux ». Du côté des équipes commerciales, le ton est donc donné pour relever une année 2009 en forme de défi. En juin prochain, Costa réceptionnera les Pacifica et Luminosa, deux unités de 2800 et 3700 passagers, commandées avant la crise aux chantiers italiens Fincantieri. Pour la première fois dans l'histoire de la croisière, deux géants seront baptisés ensemble, proue contre proue. L'évènement se déroulera le 5 juin à Gênes, en Italie. Avec ces deux nouveaux paquebots, il faudra donc trouver plus de 6000 passagers supplémentaires chaque semaine, ce qui n'était déjà pas évident avant les soubresauts économiques.
Avec les Luminosa et Pacifica, Costa, qui compte 12.000 employés, alignera une flotte de 14 paquebots, auxquels doivent s'ajouter une unité supplémentaire du type Luminosa (début 2010) et deux autres Pacifica (classe Concordia) en 2011 et 2012.
Pour mémoire, la compagnie italienne dispose également deux filiales, l'Allemande AIDA Cruises (5 navires + 4 en commande) et l'Espagnole Ibero Cruceros (3 navires + 1). Dans trois ans, le groupe pèsera donc 30 navires et environ 30.000 employés. Les investissements en constructions neuves auront représenté depuis 2000 quelques 9.3 milliards d'euros, dont plus de 5 milliards pour Costa.
________________________________________________

(*) Evènement lancé il y a 16 ans par Costa pour récompenser ses partenaires (Agents, TO...)

Costa Croisières | Toute l'actualité des paquebots et de la croisière