Croisières et Voyages
Croisière et ferries : Marseille pleure, Toulon se frotte les mains

Actualité

Croisière et ferries : Marseille pleure, Toulon se frotte les mains

Croisières et Voyages

Pour le second week-end consécutif, les ports de Toulon et La Seyne-sur-Mer ont bénéficié d’un afflux de paquebots. En plus des navires déjà programmés, plusieurs unités se sont une nouvelle fois repliées vers la rade varoise en raison du mouvement social de la SNCM à Marseille. Les compagnies et les acteurs locaux de la croisière redoutent en effet que les escales de paquebots dans les bassins phocéens soient perturbées. Du coup, la plupart des armateurs ont délaissé momentanément Marseille pour se retourner vers d’autres ports, comme Nice et Toulon. Costa Croisières est l’un des rares à poursuivre ses embarquements et débarquements sur place, la compagnie ne prenant toutefois pas le risque d’envoyer ses navires à quai. Le Costa Serena est, ainsi, resté au mouillage samedi, les transferts vers la terre se déroulant au moyen de navettes maritimes. En tout, le port de Marseille a déjà perdu 18 escales et plus de 37.000 passagers, les pertes étant évaluées à 6.8 millions d'euros. A cela s'ajoute la paralysie du trafic vers la Corse et le Maghreb habituellement assuré par la SNCM, avec une perte de 30.000 passagers en 13 jours. « Les entraves et blocages que subissent la desserte de la Corse et la Croisière ont des conséquences graves et durables pour le territoire. Ils impactent les entreprises qui vivent directement ou indirectement de la desserte de la Corse et du formidable développement de la croisière, dont les navires sont aujourd'hui déroutés vers des ports concurrents. Une prolongation de cette paralysie serait donc catastrophique pour le port de Marseille, les services portuaires, les entreprises de transport

Ports de Toulon & Seyne-sur-Mer Port de Marseille