Croisières et Voyages

Fil info

Croisière et terrorisme : CLIA réagit à un reportage de France 2

Croisières et Voyages

CLIA FRANCE (Association Internationale des Compagnies de Croisières) tient à réagir avec fermeté au regard du reportage diffusé dans le journal de 20h de France 2 le 31 Août, et pointe les inexactitudes, erreurs et omissions du sujet « croisières et terrorisme ».

CLIA France regrette vivement que France 2 ait annulé l’interview programmée de CLIA à quelques minutes de celle‐ci et que les éléments de réponses apportés par l’industrie de la croisière n’aient pas été diffusés au cours ce reportage visiblement à charge et peu crédible.

CLIA France tient à rappeler que jamais l’industrie de la croisière n’a été alertée sur une menace quelconque visant les compagnies et navires de croisières de la part des autorités assurant la sécurité et la défense de tous les pays concernés.

L’industrie de la croisière a également été choquée d’entendre lors de ce reportage la phrase « Loisirs, corps dénudés, alcools, jeux, la croisière concentre tout ce que les djihadistes exècrent », pouvant être perçue comme une incitation à la haine ou à commettre un acte terroriste.

Bien que nous ne puissions pas divulguer les protocoles rigoureux de sécurité en vigueur sur les navires de croisières, les compagnies prennent très au sérieux la sécurité des passagers et des membres d’équipage.

L’industrie de la croisière applique des procédures de sécurité similaires à celles en vigueur dans les aéroports, et vont même au‐delà. En outre, la sécurité est plus drastique que dans bien d’autres infrastructures touristiques (parcs d’attractions, musées, hôtels, etc. ...) ou de transports (gares, gares routières, transports publics, etc. …).

Concernant le reportage par lui‐même, l’industrie de la croisière tient à apporter les éclairages suivants.

Contrôles d’identité

Toutes les listes de passagers et membres d’équipage sont communiquées avant l’arrivée d’un navire dans un port aux autorités locales et nationales du pays d’escale. L’équivalent des services de la Police de l’Air et des Frontières effectue des contrôles en amont de l’identité des passagers.

Tout comme dans les aéroports, les documents d’identité ne sont pas scannés lors de voyages au sein de la communauté Européenne, les passagers ayant déjà été contrôlés à leur entrée dans l’UE ou étant des ressortissants européens. Les journalistes ont été contrôlés conformément aux procédures en vigueur à l’entrée du port, au moment de l’enregistrement dans le terminal ainsi qu’à l’embarquement à bord du navire.

Scan des bagages à main

Selon les ports, le contrôle de sécurité des bagages à main peut être effectué soit à terre dans le terminal croisières par les autorités portuaires, soit à bord avec les systèmes de sécurité des navires. La procédure de sécurité montrée dans ce reportage respecte les plus hauts standards de vérification, tout en notant que la sécurité dans les ports italiens a également été fortement relevée.

Arme factice

Le jouet en plastique embarqué par les journalistes au retour d’une escale, avec d’autres jouets, ne peut être considéré comme une arme réelle pour l’oeil d’un agent de sécurité hautement entraîné à détecter des objets illicites ou dangereux, tant la reproduction de ce jouet est grossière et n’admettant aucune confusion si on le compare à l’arsenal embarqué par « l’expert » Stéphane Papillon.

Arsenal embarqué sur un navire

Il est regrettable que le journaliste n’ait pas mentionné que l’arsenal d’armes factices embarquées et montrées l’a été sur une autre compagnie, non membre de CLIA.

USS Cole

Le rapprochement effectué avec l’attentat ayant visé le destroyer américain USS Cole en Octobre 2000 à Aden, Yemen, est totalement inapproprié et déplacé, le contexte géopolitique et sécuritaire de la région du Golfe d’Aden étant totalement hors contexte.

A bord des navires de croisières, les personnels de sécurité sont hautement entraînés et expérimentés, certains étant d’anciens officiers d’élite. La sécurité des ports, équipements et infrastructures terrestres, les services dans les destinations desservies, ainsi que les passagers sont strictement vérifiés. Dans l’éventualité d’un doute concernant la sécurité, les navires disposent de toute la flexibilité pour altérer leurs itinéraires en cas de besoin afin d’éviter les zones de risque plus élevé.

Notre priorité est de garantir la sécurité des passagers et des membres d’équipage à tout instant.

- Les compagnies membres de CLIA maintiennent un ensemble rigoureux de procédures et de politiques visant à protéger les passagers et à fournir une réponse immédiate et efficace en cas d’incident.

- Les listes de passagers sont vérifiées et des systèmes sont en place pour confirmer l’identité de chaque passager embarquant ou débarquant.

- Les passagers et membres d’équipage sont tenus de passer par un processus rigoureux de contrôle avant l’embarquement – tout comme vous le feriez avant d’embarquer dans un avion. Tous les navires de croisières doivent également tenir à jour un manifeste officiel détaillant chaque personne à bord, incluant tous les officiers, personnels, membres d’équipage et passagers. Les manifestes sont communiqués à certains organismes officiels avant même que le navire quitte le port.

- Tous les passagers, membres d’équipage et bagages sont inspectés avant d’être embarqués à bord du navire.

- Les départements des opérations de sécurité des compagnies sont en contact étroit avec les autorités internationales, régionales et nationales pour identifier et traiter toute menace émergente ou question de sécurité.

Communiqué de CLIA, 01/09/16

 

Croisières maritimes et fluviales | Actualités du secteur