Croisières et Voyages
Croisière : La Côte d'Azur se relève les manches pour continuer à séduire

Actualité

Croisière : La Côte d'Azur se relève les manches pour continuer à séduire

Croisières et Voyages

« On a passé des années à dénigrer les croisières et à nous expliquer que l’on a des paquebots qui ont des écoulements de fumées extrêmement particuliers, puisque la fumée d’un navire de croisière se partage en deux en sortant : une partie va dans l’école maternelle et l’autre partie va dans la maison de retraite ! ».

En ouvrant la séance de travail du French Riviera Cruise Club, il y a quelques jours à Nice, le Président de la CCI Nice Côte d’Azur, Bernard Kleynhoff, espérait bien envoyer un message qui soit entendu par tous : commerçants, élus, partenaires, et au-delà par les touristes étrangers et armateurs. Cette réunion des professionnels du tourisme de la Côte d'Azur et des acteurs du monde de la croisière faisait suite au grand salon annuel de l'industrie à Miami, le Seatrade Cruise Shipping Convention.

 « Contrairement à ce qu’on pense, qu’ils soient Américains, Anglais ou Chinois, ils lisent la presse. Tant qu’on continuera à dénigrer les croisières, on ne peut pas leur dire de se trouver des bateaux pneumatiques pour venir à la rame et dépenser leur argent. Si on veut avoir des croisiéristes, il faut effectivement que l’on ait des conditions économiques intéressantes mais il faut surtout qu’on leur donne envie de venir. Et pour qu’ils viennent générer des retombées économiques sur notre territoire, c’est mieux de leur dire qu’on les aime plutôt que de leur dire qu’ils sentent mauvais ! ». Le message est clair.

 

Bernard Kleynhoff envoi un message clair aux croisiéristes (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Bernard Kleynhoff envoi un message clair aux croisiéristes (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Suite au Seatrade de Miami, le FRCC se réunissait à Nice (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Suite au Seatrade de Miami, le FRCC se réunissait à Nice (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Michel Chevillon, Bernard Kleynhoff et Franck Dosne veulent se donner les moyens de continuer à séduire les croisiéristes (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Michel Chevillon, Bernard Kleynhoff et Franck Dosne veulent se donner les moyens de continuer à séduire les croisiéristes (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

Une fréquentation en baisse

Il faut dire que, au-dela des polémiques locales qu'ont également connu en leur temps de nombreux ports partout en France, la saison des croisières qui commence est loin de s’annoncer comme la plus faste pour les ports du French Riviera Cruise Club (FRCC). Avec +33% de passagers en escale à Cannes et +28% sur Antibes par rapport à l'année précédente, les prévisions sont pourtant très encourageantes. En revanche, la fréquentation des ports de Nice et Villefranche s’effondre avec respectivement -25% et -36%. Le cinquième port du FRCC, Golfe-Juan, est quant à lui déserté puisqu’aucune escale n’y est prévue, ce qui n'est pas inhabituel (la commercialisation des escales n'ayant pas été un succès, Vallauris/Golfe-Juan se visite lors d'excursions au départ des autres ports). Au total, le nombre de passagers débarquant sur la Côte d'Azur française devrait être de 553.580 cette année, en chute de 6% entre 2014 et 2015. Une baisse consécutive à celle de l'année 2013, qui avait dejà vu ce chiffre passer en-dessous de la barre des 600.000 passagers. 

« Ces prévisions contrastées ne sont pas dues simplement à des problèmes d’infrastructures, même si nous savons que nous présentons un déficit sur ce plan là, mais aussi à des jeux de programmations et déprogrammations des compagnies qui ne restent pas systématiquement dans les mêmes ports » confie Franck Dosne, le Directeur des ports de la CCI Nice Côte d’Azur (Cannes, Golfe-Juan, Nice et

Croisières maritimes et fluviales | Actualités du secteur