Croisières et Voyages
Croisière : A la découverte de l'Islande

Reportage

Croisière : A la découverte de l'Islande

Article gratuit
Croisières et Voyages

Troisième et dernier volet de notre reportage à bord du Princess Danae, de Classic International Cruises et NDS Voyages, cap aujourd'hui sur l'Islande. Après une grosse journée de mer depuis les somptueuses côtes glacées du Groenland, nous arrivons en vue du Grundafjörd, au nord -ouest de l'Islande. En ce mois d'août, la météo est typiquement islandaise : Un temps maussade, des averses et un plafond très bas. Il n'empêche, après le réveil, la découverte au petit matin de ce premier fjord islandais laisse déjà une forte impression. Tout autour du navire s'élèvent d'imposantes montagnes, très vertes et finement découpées. La roche arbore différentes strates et les nuages, qui passent, découvrent régulièrement des parties cachées, laissant soudain apparaître un somment. De temps à autre, le soleil parvient également à percer l'épais manteau nuageux, baignant alors le fjord d'une lumière diffuse mais suffisante pour donner au paysage de nouveaux coloris et, au final, de multiples facettes.

Le Grundafjörd (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le Grundafjörd (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Princess Danae dans le Grundafjörd (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le Princess Danae dans le Grundafjörd (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Grundafjörd (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le Grundafjörd (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Grundafjörd (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le Grundafjörd (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

C'est dans ce cadre un brin surréaliste que l'Islande s'offre pour la première fois à nous. Située à 287 kilomètres au sud-est du Groenland et à 798 kilomètres au nord-ouest de l'Ecosse, cette île ne couvre que 103.000 km². Située sur la dorsale médio-atlantique, l'Islande est née d'une puissante activité volcanique. Eruptions, tremblements de terre et autre mouvements de plaques ont forgé ce pays unique, offrant un littoral très découpé. L'Islande est, en grande partie, constituée de plateaux de lave inhabitables, entrecoupés d'affleurements montagneux. Les plaines, situées principalement en bord de côte, surtout au sud et au sud-ouest de l'île, occupent environ un quart du territoire. Les hautes terres sont situées, en moyenne, à 900 mètres au dessus du niveau de la mer, le pont culminant étant l'Oraefajokull avec ses 2119 mètres d'altitude. Ce somment domine l'un des grands glaciers islandais, qui recouvrent 12% de la surface du territoire et dont la fonte, cumulée à une forte pluviométrie, entretien de nombreux lacs, torrents et cascades.

Panache de vapeur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Panache de vapeur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Centrale géothermique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Centrale géothermique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La terre des volcans

Géologiquement très jeune, l'Islande est encore soumise aux caprices de la nature, comme le volcan Eyjafjöll l'a rappelé au monde entier en 2010, ses impressionnants panaches de fumée paralysant le trafic aérien en Europe. En tout, le pays compte environ 200 volcans, dont l'Eyjafjöll, désormais célèbre, mais aussi l'Helka, le Krafta et le Laki. Les coulées de lave produites par les éruptions ont laissé derrière elles des paysages uniques, qui couvrent 10% de la surface du pays. En moyenne, l'Islande compte une éruption tous les trois ans et les séismes ont atteint, ces dernières années, une puissance de 6.5 sur l'échelle ouverte de Richter. La présence d'une importante activité volcanique permet à l'Islande de disposer de nombreuses sources thermales, qui se manifestent par la présence de geysers, de bassins naturels remplis d'eau boueuse et bouillonnante, ainsi que de grandes colonnes de vapeur, que l'on peut parfois confondre, de loin, avec de la fumée. Cette vapeur est, d'ailleurs, recueillie pour chauffer les maisons et produire de l'électricité, l'Islande étant, grâce à la géothermie, l'un des pays où la part des énergies renouvelables est la plus forte.

La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A la découverte de la péninsule Snaefellsness

Le Grundafjörd est situé sur Snaefellsness, l'une des plus belles péninsules d'Islande. Rurale, la côte sud voit les champs s'appuyer sur une chaîne de montagnes volcaniques. Au fond se dresse le Snæfellsjökull, un volcan recouvert d'un majestueux glacier rendu célèbre par Jules Verne, qui s'en est inspiré pour écrire Voyage au centre de la terre. Le Snæfellsjökull, qui est au coeur d'un parc national, peut être masqué par les nuages mais, lorsqu'il se découvre par temps clair, la carte postale est superbe. Au nord de la péninsule, on peut découvrir des ports de pêche, alors qu'à l'Est, la côte, splendide, est parsemée de centaines d'îlots, certains habités, où résident de nombreux oiseaux marins. Depuis le port de Grundadfjordur, il est possible de découvrir, au moyen d'un véhicule, des panoramas grandioses. Ces excursions vous emmèneront découvrir la ville d'Olafsvik, les petits villages de pêcheurs, où quelques, phoques viennent s'aventurer, les impressionnantes falaises de Londrangar, les anciens champs de lave où la nature tente de reprendre ses droits, ou encore les plages, dont certaines sont de sable noir. Sur l'une d'elles, on peut encore observer les restes de l'épave du chalutier britannique Epine, qui s'est brisé en mars 1948 sur les récifs de Dritvik, un naufrage qui ne laissa que 5 survivants sur les 19 membres d'équipage.
Cette visite de Snaefellsness, au milieu d'une nature encore très sauvage, est un véritable moment de bonheur. Certes, la météo n'est pas toujours clémente et, parfois, les averses peuvent provoquer une petite déception. Néanmoins, en étant un peu patient, la récompense peut vite arriver. Car, en Islande, le temps change à une vitesse ahurissante et, d'un temps bouché et pluvieux, on peut rapidement se retrouver sous le soleil et un magnifique ciel bleu. Et, sans même en demander autant, la simple apparition de rayons de soleil parvenant à percer la couche nuageuse suffit, souvent, à laisser des images inoubliables, comme cet incroyable triple arc-en-ciel apparu soudain entre la montagne et la plaine.

La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Londrangar (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Londrangar (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Les restes du chalutier Epine (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Les restes du chalutier Epine (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Londrangar (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Londrangar (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Londrangar (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Londrangar (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
La péninsule Snaefellsness (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Snaefellsness, village de pêcheurs (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Snaefellsness, village de pêcheurs (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Snaefellsness, plage de sable blanc (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Snaefellsness, plage de sable blanc (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Snaefellsness, plage de sable blanc (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Snaefellsness, plage de sable blanc (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Snaefellsness, plage de sable blanc (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Snaefellsness, plage de sable blanc (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Grundadfjordur (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik, la capitale la plus septentrionale du monde

Après cette escale à Grundafjörd, le Princess Danae met le cap au sud, vers de Reykjavik. Nichée au bord d'une magnifique rade, la capitale islandaise ne compte que 90.000 habitants, soit environ le tiers de la population du pays (320.000 habitants). Reykjavik est une ville étonnante, pas particulièrement belle architecturalement, mais plutôt agréable, avec sa multitude de couleurs. Quelques bâtiments remarquables sont néanmoins à signaler, comme l'Alping, le plus vieux parlement du monde, la cathédrale et l'église Hallgrimskirja, le plus grand édifice religieux de la ville. Achevée en 1986, cette étonnante église dispose d'un clocher pointu, où il possible de monter pour admirer les toits multicolores de la ville. L'intérieur, très clair, comporte un magnifique orgue mais se révèle très dépouillé, comme le veut la tradition dans la religion luthérienne, culte suivi par les Islandais. On signalera aussi la présence du musée national, qui retrace l'histoire de l'Islande et abrite de nombreuses expositions. Malgré sa petite taille, Reykjavik, la capitale la plus septentrionale du monde, est une ville qui bouge, notamment la nuit et, plus particulièrement, durant la saison des nuits arctiques. Reykjavik est même plutôt réputée pour ses soirées, avec de nombreux bars et des discothèques à l'ambiance particulièrement festive, bien que le coût de la vie soit élevé. En journée, de nombreux magasins sont ouverts, alors que la ville compte bien évidemment des thermes publics, où les islandais viennent profiter des sources d'eau chaude. La capitale islandaise a, aussi, été marquée par un impressionnant développement économique, jusqu'à la crise de 2008. Celle-ci est encore très présente dans le pays mais l'âge d'or qui l'a précédé a laissé de nombreuses marques, comme de nombreux immeubles flambants neufs et un nouveau centre des congrès à l'architecture audacieuse, donnant sur le port.

Reykjavik, Hallgrimskirja (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik, Hallgrimskirja (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik, Hallgrimskirja (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik, Hallgrimskirja (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik, Hallgrimskirja (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik, Hallgrimskirja (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik, Hallgrimskirja (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik, Hallgrimskirja (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Princess Danae à Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le Princess Danae à Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Reykjavik (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Cercle d'or : les grands lieux touristiques

Depuis Reykjavik, une journée d'excursion est suffisante pour découvrir la plupart des facettes de l'Islande. Le Cercle d'or, comme on l'appelle, permet ainsi de se retrouver face à des cascades vertigineuses, des paysages montagneux uniques, des geysers et des bains de boue. Des lieux populaires, magnifiques et chargés d'histoire. Via un très beau chemin de montagne, entouré de hautes falaises en basalte, on accède à Thingvellir. Cet impressionnant site naturel est situé en plein milieu du rift, comme en témoigne deux falaises qui se touchaient au début du siècle dernier et s'écartent inexorablement au fil des années, et au milieu desquelles on peut se promener. Outre son paysage tourmenté, Thingvellir est un très haut lieu historique de l'Islande. C'est, en effet, au milieu de sa plaine qu'a été organisé le premier parlement démocratique, l'Althing, qui s'est réuni pour la première fois en 930 devant le Logberg, le rocher de la loi. Ce parlement est d'ailleurs resté à Thingvellir jusqu'en 1789, date à laquelle il a été déplacé dans un nouveau bâtiment construit à Reykjavik.

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Thingvellir (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Des paysages somptueux

Entre deux sites, l'unique autoroute du pays, qui fait le tour le l'île, ainsi que les routes passant à travers les montagnes, permettent de mieux apprécier les innombrables visages de la nature islandaise. Des pics aiguisés, d'imposantes cascades déferlant le long des falaises, tantôt arides, tantôt très vertes, des plaines marécageuses entre deux champs de lave, mais assez peu de forêts. Les nombreuses éruptions ont, en effet, réduit le développement des arbres, décimés également par la mini-période glacière intervenue au Moyen-âge. Bien entendu, l'homme est également responsable de cette situation, des quantités de bois colossales par rapport à ce que pouvait fournir l'île ayant été consommées pour les maisons et, à l'époque des Vikings, pour construire des bateaux. C'est pourquoi les espaces forestiers ayant été décimés, l'Islande a rapidement été obligée de recourir à l'importation de bois. Le gouvernement a, néanmoins, lancé des campagnes de reforestation, notamment de pains et de bouleaux nains.

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Dans les plaines et au pied des chaînes de montagne, on note également la présence de nombreux animaux, notamment des troupeaux de moutons, qui ne facilitent d'ailleurs pas le développement des plantes et des arbres, très long en raison des affres du climat. Il y a de nombreux chevaux, petits mais très robustes, habitués au climat froid et humide, ainsi qu'aux terrains chaotiques. Pouvant être confondue avec les poneys, cette race islandaise unique, qui dispose de 5 allures, dont une qui lui est propre, est très surveillée. Uniquement composée de purs sangs, elle est préservée grâce à l'interdiction des croisements, tout animal exporté perdant d'ailleurs son appellation de cheval islandais et se voyant « interdit de territoire ».

Cheval islandais (© : VISITICELAND.COM)
Cheval islandais (© : VISITICELAND.COM)

On découvre aussi, non sans surprise, des villages à côté desquels se déploient de vastes serres, elles aussi chauffées grâce aux sources d'eau chaude. Ainsi, dans cette terre très froide, les journées sont des plus courtes en hiver, on cultive des bananes, des raisins, des melons, des tomates, des concombres et même des fleurs tropicales !

La cascade de Gullfoss

Dans le Cercle d'or, l'une des étapes obligées est la cascade de Gullfoss. Hautes de 32 mètres pour une largeur de 20 mètres, ces chutes d'eau sauvages ont un débit de 80 m3 par seconde en hiver et, grossies par la fonte des glaciers, jusqu'à 140 m3 par seconde en été. Les « chutes dorées », dont les embruns projettent souvent un arc-en-ciel, sont magnifiques. Se jetant dans un étroit canyon, surplombé par d'imposantes falaises, cette cascade à plusieurs niveaux peut être observée en hauteur, mais un parcours a également été aménagé en contrebas, permettant de cheminer jusqu'à l'endroit où l'eau se jette en grondant vers la le fond du canyon. Sur les roches polies au fil du temps, dans une brume humide, on peut apprécier la puissance de l'eau, qui incite au respect de la nature. C'est, véritablement, l'un des panoramas les plus grandioses de l'Islande.

Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Gullfoss (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le domaine des geysers

Le circuit passe ensuite par la « star » naturelle de l'Islande, le grand geyser, qui a donné son nom à tous les geysers du monde. Autrefois, il propulsait de l'eau à une cinquantaine de mètres de haut mais, aujourd'hui, il est beaucoup moins actif. Certains pensent que c'est à force de jeter des pierres dedans, les gens pensant que cette technique stimulait la formation de colonnes d'eau, que le grand geyser a faibli, aucune preuve scientifique ne venant toutefois étayer cette hypothèse. Heureusement, le domaine des geysers ne compte pas qu'un trublion. Le Strokkur, par exemple, lance toutes les 5 à 10 minutes des jets de vapeur pouvant atteindre une vingtaine de mètres. Autour de lui, les touristes se rassemblent, pronostiquant la prochaine éruption, chacun étant bien évidemment armé de son appareil photo. Progressivement, le trou se remplit puis, juste avant l'explosion, durant une petite seconde, on peut observer une grosse bulle de vapeur d'un bleu magnifique. Impressionnants, les geysers sont entourés de marres de boues fumantes. A côté du parc se trouve un musée, qui permet de mieux comprendre la géologie et l'activité volcanique qui donnent à l'Islande tous ses charmes.

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Certaines excursions permettent également de se rendre au célèbre Lagon Bleu, dont les eaux, à 38 degrés, permettent de se baigner toute l'année. Elles sont également réputées comme très bonnes pour la peau, en raison de leur concentration en sels minéraux. On évitera néanmoins de mettre la tête dedans, une bonne douche étant conseillée après la baignade. Très réputé, le Lagon Bleu n'en est pas moins devenu un lieu très touristique, trop sans doute puisqu'il y a souvent foule dans ce lieu. On notera donc que d'autres sources d'eau chaudes sont accessibles, mais il faut se renseigner avant de partir pour les trouver, les meilleurs sites étant, évidemment, des secrets bien gardés.

(© : BLUE LAGOON)
(© : BLUE LAGOON)

(© : BLUE LAGOON)
(© : BLUE LAGOON)

(© : BLUE LAGOON)
(© : BLUE LAGOON)

Terre de rêves et de légendes

Pas étonnant qu'avec un tel cadre, l'Islande soit devenue une terre de contes et de légendes, où l'on raconte que vivent, à l'abri des cavernes, trolls et autres nains facétieux. Certains gros rochers aux formes étranges, mystérieusement plantés seuls au milieu d'une plaine verte, font d'ailleurs dire qu'il s'agit en fait de trolls pétrifiés. Dans un tel univers, on peut se prendre au jeu, tant la nature est différente, tant les paysages sont exceptionnels. En dehors des lieux évoqués dans ce reportage, d'autres régions d'Islande sont évidemment à découvrir, chacune avec ses spécificités, chacune avec ses beautés. En tous cas, nous vous recommandons vivement les croisières passant par cette fabuleuse île volcanique, à l'air pur et la géographique aussi tourmentée que majestueuse.

L'Islande, terre de légendes (© : VISITICELAND.COM)
L'Islande, terre de légendes (© : VISITICELAND.COM)

Un pays à découvrir en toutes saisons

Comme le rappelle l'Office de Tourisme du pays, l'Islande offre aux voyageurs une grande variété d'expériences, et ce quelle que soit la période de l'année. Chaque saison a son caractère unique et propose de nombreuses possibilités de découvrir de nouvelles choses, d'admirer la beauté des paysages et de se laisser fasciner par la fraîcheur et les couleurs de la nature.
Comme nous l'avons vu, en été, le ciel prend différentes nuances de bleu, avec des atemporelles puisque le soleil ne se couche presque pas. C'est la période idéale pour visiter les hautes-terres et découvrir l'immensité, la pureté et les paysages merveilleux de ces régions inhabitées, faites de déserts de lave et de la glace éclatante. L'Islande offre un vaste choix d'activités telles que la plongée, la pêche, le ski sur glacier, des excursions en motoneige sur le plus grand glacier d'Europe, des randonnées en quad, en vélo tout terrain ou encore en kayak. Il est aussi possible de faire des excursions en bateau, notamment depuis Reykjavik, afin d'observer les baleines, qui prospèrent dans les eaux riches en nutriments qui baignent l'Islande.

(© : VISITICELAND.COM)
(© : VISITICELAND.COM)

(© : VISITICELAND.COM)
(© : VISITICELAND.COM)

A l'automne, les ruisseaux et rivières gonflés d'eau dévalent vers les plaines, nourrissant la terre et finalement l'océan. La végétation verdoyante prend des teintes rouge, jaune ou brune, créant des paysages merveilleusement colorés. Il n'est pas étonnant que les photographes trouvent que l'automne est une saison fascinante, avec ses différentes nuances de couleur et ses ciels magnifiques. En automne, les moutons et les chevaux qui ont passé l'été dans les pâturages de montagne, sont rassemblés vers les plaines et les vallées où ils sont parqués puis triés. C'est un événement animé et pittoresque auxquels les visiteurs peuvent même participer.

(© : VISITICELAND.COM)
(© : VISITICELAND.COM)

L'hiver est, quant à lui, une saison de contrastes saisissants. La neige blanche accentue la noirceur des champs de lave. Le soir, l'obscurité du ciel est troublée par des voiles lumimeux ondulants, de couleurs verte, blanche ou rouge: les aurores boréales, visibles souvent par temps froid et clair. Les tempêtes de neige et les vents violents qui balayent parfois le pays à cette période laissent rapidement place à une atmosphère calme et paisible, idéale par exemple pour les amateurs de skis de fond, qui s'en donneront à coeur joie dans des paysages splendides.

Aurore boréale sur Reykjavik (© : VISITICELAND.COM)
Aurore boréale sur Reykjavik (© : VISITICELAND.COM)

Aurore boréale (© : NASA)
Aurore boréale (© : NASA)

Enfin, au printemps, le soleil entame son ascension dans le ciel, réchauffant la terre et tous les êtres vivants. L'herbe redevient verte et les oiseaux migrateurs reviennent, c'est donc la saison parfaite pour l'observation des oiseaux. Plus de 200 espèces nichent en Islande, certaines en grand nombre. Les macareux, par exemple, peuplent le pays par millions, et dans de nombreux endroits il est possible de les approcher. Au printemps, les pêcheurs trouveront quant à eux leur bonheur dans les lacs bleus et les rivières, qui regorgent de poissons d'une incroyable fraîcheur.

(© : VISITICELAND.COM)
(© : VISITICELAND.COM)

Bien que chaque saison ait son charme et ses caractéristiques, de nombreuses activités peuvent être pratiquées toute l'année, comme par exemple l'équitation, diverses excursions, la visite des nombreux musées que compte le pays, profiter des plaisirs de la ville, savourer la cuisine locale, faire du shopping ou encore assister à un des nombreux festivals culturels organisés en Islande.

NDS Voyages