Croisières et Voyages
Croisières aux Etats-Unis : l’interdiction levée mais la reprise prendra du temps

Actualité

Croisières aux Etats-Unis : l’interdiction levée mais la reprise prendra du temps

Croisières et Voyages

Malgré la nouvelle vague de coronavirus qui touche le pays, l’autorité sanitaire américaine (Centers for disease control and prevention – CDC), poussée depuis plusieurs semaines par l’administration Trump à autoriser la reprise des croisières dans le pays, a finalement donné implicitement son feu vert le 30 octobre. Elle n’a, en effet, pas renouvelé l’interdiction d’exploitation des paquebots, qui était en vigueur depuis le mois de mars. Théoriquement, les navires de croisière peuvent donc circuler de nouveau dans les eaux et ports américains depuis dimanche 1er novembre.

Théoriquement seulement, car l’interdiction a été remplacée par une longue liste de contraintes sanitaires et opérationnelles destinée à éviter qu’une épidémie se déclare sur un paquebot. Les armateurs estiment, de plus, qu’il faut entre un et deux mois pour remettre en service des navires qui n’ont pas été exploités depuis huit mois. Le temps de remettre les bateaux en état, réaliser les avitaillements et, surtout, reconstituer leurs équipages (entre 1000 et 2000 personnes, seul un noyau de quelques dizaines de marins ayant été conservé à bord). Ce qui constitue toujours un vrai casse-tête compte tenu des restrictions en vigueur sur les déplacements internationaux et la réduction drastique des liaisons aériennes, sachant que les grands navires de croisière sont habituellement armés par un équipage multinational composé de 50 à 70 nationalités différentes.

Autant dire que sur le plan opérationnel, aucune croisière ne devrait reprendre au départ des ports américains avant le mois de décembre, et même plutôt janvier, comme l'ont décidé déjà la plupart des compagnies. Sans compter le fait que l’évolution de la pandémie dans les prochaines semaines pourrait inciter les armateurs à faire preuve de la plus grande prudence et préférer attendre encore, plutôt que prendre des risques potentiellement lourds de conséquences et susceptibles de plomber la vraie reprise, espérée pour 2021.   

Pour être autorisées à repartir, les compagnies devront en tous cas se conformer et respecter scrupuleusement le Covid-19 Conditional Sailing Certificate, un document de 40 pages émis par le CDC. Chaque armateur devra le traduire dans un plan d’action et de prévention qui sera certifié par la toute puissante autorité sanitaire américaine, qui se réserve le droit, en cas de problème, de retirer son agrément à tout moment. Le CDC validera puis contrôlera non seulement les protocoles et le respect des gestes barrières, mais aussi les jauges des navires (dont les capacités globales - mais aussi selon les espaces à bord - seront réduites pour permettre une distanciation sociale), les itinéraires, ports choisis pour les escales et même les activités proposées à bord afin de vérifier qu’elles sont compatibles avec le niveau de sécurité sanitaire exigé.

Avant de reprendre leur exploitation commerciale, les paquebots ont de plus l’obligation de réaliser des croisières « à blanc », c’est-à-dire simuler un voyage normal avec toutes les activités prévues et incluant l’ensemble des procédures et protocoles du CDC, y compris en cas de détection de Covid-19 parmi le personnel ou les passagers.    

Les navires, qui devront avoir des capacités de tests à bord, ainsi que des moyens médicaux renforcés et des zones réservées pour des quarantaines, ne peuvent pas pour le moment réaliser des croisières de plus d’une semaine. Tous les passagers devront être testés avant l’embarquement et au débarquement alors que les équipages feront en plus l’objet d’un dépistage hebdomadaire. Et les compagnies devront bien entendu présenter un plan d’action détaillé si des cas de Covid-19 apparaissent lors d’une croisière, les opérateurs ayant la responsabilité de la prise en charge des malades et leur évacuation par des moyens sanitaires dédiés.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Croisières maritimes et fluviales | Actualités du secteur