Croisières et Voyages
Croisières de France espère un troisième navire en 2016

Actualité

Croisières de France espère un troisième navire en 2016

Croisières et Voyages

La compagnie française, qui entend bien poursuivre sa forte croissance sur le marché hexagonal, espère disposer d’une troisième unité en 2016. L’objectif de ce projet de développement est d’augmenter une nouvelle fois la capacité et de compléter l’offre proposée actuellement sur l’Horizon et le Zenith, deux navires 208 mètres de long, 48.500 GT de jauge et 720 cabines. Le premier navigue désormais à l’année au profit de Croisières de France, alors que le second est exploité pendant la saison estivale (il repart l’hiver chez Pullmantur, maison-mère de CDF, afin d’être opéré au Brésil). L’appoint du Zenith, arrivé au printemps dernier, permet à Croisières de France, qui a été créée en 2008, de franchir cette année le cap des 100.000 passagers, contre 55.000 en 2013. Pour l’an prochain, la croissance sera plus mesurée, CDF ayant été contrainte de composer avec la vente en Chine du Century (248 mètres, 71.500 GT, 907 cabines), un paquebot plus gros qui devait remplacer le Zenith. Ce dernier va finalement revenir au sein de la marque française, qui se fixe pour objectif d’atteindre 110.000 passagers en 2015.

 

Le Zenith (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Le Zenith (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

Les autres navires de Pullmantur peu adaptés à CDF

 

Et c’est donc l’année suivante que CDF compte faire un nouveau bond, de l’ordre de 50.000 passagers, avec un navire supplémentaire pendant la haute saison. Reste maintenant à savoir quel bateau lui sera attribué. Jusqu’ici, seuls des paquebots de Pullmantur ont été exploités au profit de Croisières de France. Une situation qui pourrait changer puisque la flotte de l’armateur espagnol, en dehors des Horizon et Zenith, se prête assez mal au produit français.

 

Le Sovereign (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

Le Sovereign (© : MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

L'Empress (© : FABIEN MONTREUIL)

L'Empress (© : FABIEN MONTREUIL)

 

Les Sovereign et Monarch (268 mètres, 73.900 GT, 1193 cabines), ainsi que l’Empress (211 mètres, 48.560 GT, 795 cabines), ont été livrés entre 1988 et 1991 par les chantiers de Saint-Nazaire à l’armement américain RCCL, dont Pullmantur est une filiale. Il s’agit certes de beaux navires, mais ils présentent l’inconvénient de disposer de cabines généralement très petites et, pour l’essentiel, dépourvues de balcon. Pour CDF, exploiter l’un des trois bateaux risquerait donc de se traduire par une baisse de standard que ses clients n’apprécieraient probablement pas. Car, si l’Horizon et le Zenith datent de la même époque (1990 et 1992), ils ont été à l’origine réalisés pour Celebrity Cruises, filiale haut de gamme de RCCL. 

 

Le Rhapsody of the Seas (© : RCI)

Le Rhapsody of the Seas (© : RCI)

 

Les avantages de la classe Vision de Royal Caribbean

 

Une autre solution pourrait donc être de prélever un paquebot dans la flotte de Royal Caribbean International, autre filiale de RCCL. Cette dernière exploite encore le Majesty of the Seas, sistership des Monarch et Sovereign qui, en attendant un probable transfert chez Pullmantur, est exploité de manière assez rentable sur des mini-croisières au départ des Etats-Unis. En dehors de ce bateau, CDF peut éventuellement espérer obtenir l’une des unités de la classe Vision, dont quatre exemplaires sont sortis des chantiers de Saint-Nazaire entre 1995 et 1998. Plus récents que les Sovereign, ils présentent un confort accru, avec des cabines plus spacieuses et un nombre assez important de balcons. Ils viennent, de plus, de bénéficier d’une importante rénovation. Les Legend of the Seas, Splendour of the Seas, Vision of the Seas et Rhapsody of the Seas mesurent 264 à 278 mètres de long, présentent une jauge de 63.000 GT à 78.000 GTet disposent de 902 à 998 cabines. 

CDF Croisières de France | L'actualité passée de la compagnie