Divers
Crossa Étel : Interventions en hausse en 2015

Fil info

Crossa Étel : Interventions en hausse en 2015

Divers

2.175 opérations. En 2015, le Crossa Étel a réalisé, sur la zone Atlantique qui s'étend de la pointe de Penmarc'h, dans le Finistère, à la frontière espagnole, 3.961 interventions, contre 3.304 affaires en 2014 (+ 19,9 %). Au total, il a été mobilisé sur 2.175 opérations (+ 8,6 %), dont 1.207 pour le secours aux personnes (+ 7,8 %) et 968 pour l'assistance aux biens (+ 9,6 %). Avec des pics en période estivale qui, de mai à septembre, concentre 70,67 % de l'activité annuelle. Août a été le plus actif avec 472 interventions (contre 387, en 2014). La majorité des alertes (62,4 %) a été effectuée par téléphone par les impliqués ou des témoins, au 196, le numéro d'urgence des secours en mer.

38 décès, dix disparus, 102 blessés. L'an passé, le nombre total de personnes impliquées a augmenté par rapport à 2014 (+ 2,8 %) : sur 5.268 individus, 1.173 ont été secourus, dont 102 blessés (- 9,7 %), et 2.833 assistés. Malheureusement, 38 personnes (dix baigneurs, neuf plaisanciers, cinq professionnels, deux plongeurs et douze chutes, suicides ou pêcheurs à pied) sont décédées en mer, contre 34 en 2014, et dix ont été portées disparues (trois professionnels, un plaisancier et six autres), contre huit en 2014. La chute à la mer est la cause principale des décès. L'occasion, pour le Crossa, de rappeler que le port d'un gilet gonflable accroît les chances de survie en mer ! En août dernier, deux plaisanciers équipés de VFI (Vêtement de travail à flottabilité intégrée) avaient ainsi été récupérés sains et saufs, après deux heures de recherches pour l'un d'entre eux. Au pire, le VFI permet de retrouver le corps, flottant. Au total, en 2015, 76 personnes ont été retrouvées, 913 se sont tirées d'affaire seules et 225 étaient impliquées dans une fausse alerte (4,9 %). À noter que 69 % des alertes par balises de détresse se sont d'ailleurs révélées fausses !

141 aides médicales en mer. En 2015, le Crossa a participé à 141 opérations d'aide médicale en mer : 77 blessés ou malades avec soins à bord avec déroutement, dix sans déroutement, 20 évacuations médicalisées et 34 évacuations sanitaires (sans équipe médicale). Ces 54 évacuations ont concerné tous les secteurs d'activités maritimes : les navires de commerce (18), la plaisance ou les loisirs nautiques (19), la pêche professionnelle (14) et des personnes envasées (3).

3.846 moyens déclenchés. Lors des opérations de sauvetage, le Crossa coordonne les différents moyens. Avec un niveau d'engagement à nouveau conséquent, conforme à l'augmentation de l'activité en 2015 : 1.026 interventions terrestres, dont 572 pour les pompiers (plus de 580 heures cumulées), 2.362 interventions nautiques, dont 1.250 pour la SNSM (près de 2.300 heures), et 458 interventions aériennes, dont 202 sorties pour la Sécurité civile (plus de 179 heures).

Le Morbihan loin devant. Concernant la répartition géographique des opérations, le Morbihan est, de loin, le département côtier où l'assistance et le sauvetage sont les plus nombreux : 511 interventions, contre 509 en 2014. Suivent la Charente-Maritime (372), la Gironde (353), la Loire-Atlantique (240), talonnée par le Finistère (232). La plaisance et les loisirs nautiques (planche à voile, kite-surf) constituent 82 % des opérations, avec un grand nombre d'avaries techniques générant des situations à risque en zone côtière.

Un article de la rédaction du Télégramme

 

SNSM | Toute l'actualité de la société nationale de sauvetage en mer