Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

CTF 150 : L'Auvergne engagée contre le terrorisme

Défense

Partie de Toulon peu après la mi-août pour un premier déploiement de quatre mois, la toute nouvelle frégate multi-missions de la Marine nationale, livrée en avril dernier par Naval Group, a traversé la Méditerranée et franchi le canal de Suez pour entrer en mer Rouge. Le 24 août, l’Auvergne a intégré la Combined Task Force 150, qui fut pendant quatre mois sous commandement français.

Pour mémoire, cette force aéromaritime multinationale a été créée suite aux attentats du 11 septembre 2001 afin de contrer l’action des groupes terroristes au nord de l’océan Indien. Elle s’est, au fil du temps, étendue géographiquement et s’est aussi axée, en plus des missions de renseignement, de surveillance, de protection et de contrôle des flux maritimes, sur la lutte contre les trafics illicites, notamment d’armes et de stépufiants. Ces derniers font en effet partie des sources de financement du terrorisme. On citera par exemple le cas de la « route de l’héroïne », qui voit la drogue produite par les talibans afghans acheminée via l’océan Indien jusqu’en Tanzanie et au Kenya, où elle irrigue ensuite les réseaux africains et remonte vers l’Europe. D’importantes quantités d’armes, alimentant les conflits régionaux, ont également été saisies cette année sur des boutres croisant dans le secteur.

 

Armes saisies en mars dernier par le HMAS Darwin au sein de la CTF 150 (© RAN)

Armes saisies en mars dernier par le HMAS Darwin au sein de la CTF 150 (© RAN)

 

Aujourd’hui, 18 pays sont engagés dans cette opération maritime qui s’inscrit dans le cadre plus vaste des Combined Maritime Forces (*) et couvre une zone très vaste, comprenant la mer Rouge, le golfe Arabo-persique et l’océan Indien au-delà des Seychelles. Cela représente une surface équivalente à deux fois la Méditerranée, avec la présence de trois passages stratégiques : le canal de Suez ainsi que les détroits de Bab el-Mandeb et Ormuz, qui concentrent 65% des flux commerciaux mondiaux. Cette route maritime est en effet essentielle pour les liaisons marchandes entre l’Asie, l’Inde, le Moyen-Orient et l’Europe, alors que la région abrite 55% des réserves de pétrole et 30% des réserves de gaz de la planète. Cela, dans un environnement très sensible et instable, avec de fortes tensions entre pays riverains, une guerre ouverte au Yémen et une menace terroriste toujours importante.

C’est dans ce contexte que la France maintient une participation régulière à la CTF150, la Marine nationale y étant engagée depuis les débuts de l’opération il y a plus de 15 ans maintenant. Avant l’Auvergne, la frégate Surcouf, rentrée à Toulon le 10 août, était notamment sur zone, alors que la CTF 150 a été placée pour la 10ème fois depuis sa création, d’avril à août, sous commandement français. C’est le contre-amiral Olivier le Bas qui était à la tête de l’opération depuis Bahreïn, avec un état-major international à forte participation britannique (un tiers des effectifs). Après ces quatre mois de commandement, la France a passé le relais au Pakistan lors d’une cérémonie organisée sur la base navale américaine de Manama le 17 août.

« Ce 10ème mandat de la France à la tête de cette force multinationale a connu de remarquables succès opérationnels en particulier contre le narcotrafic, contribuant ainsi à réduire le financement du terrorisme », souligne-t-on à l’état-major de la Marine nationale.

 

Saisie de drogue par les marins français (© CTF 150)

Saisie de drogue par les marins français (© CTF 150)

 

Les quatre mois de commandement français ont été notamment marqués par deux grandes phases. La première, dans le sud de la zone d’opération, s’est déroulée de mi-avril à mi-juin et visait plus particulièrement le trafic de drogue. Deux frégates françaises, le Surcouf, mais aussi le Nivôse (basé à La Réunion) y ont participé, de même que la frégate britannique Monmouth et l’australienne Arunta, ainsi que des avions de surveillance et de patrouille maritime (un Falcon 50 français de la flottille 24F déployé à Mayotte, un Challenger Danois opérant depuis les Seychelles ainsi qu’un P3C Orion néo-zélandais). La bonne coordination de ces différents moyens a permis de mener 25 enquêtes de pavillon aboutissant à 8 saisies de drogue. Au total, ce sont pas moins de 1271 kg d’héroïne, 455 kg de haschich et 11,3 kg de cocaïne qui ont été saisis et détruits, représentant une valeur marchande de près de 520 millions de dollars.

Compte tenu de l’évolution de la situation sécuritaire au nord de l’océan Indien, marquée en particulier par de récentes attaques de navires depuis les côtes yéménites, la CTF 150 a ensuite renforcé ses moyens dans le secteur de Bab el-Mandeb. Avec comme objectif d’y renforcer la sécurité maritime grâce à les patrouilles à proximité immédiate du détroit.

C’est désormais au tour de l’Auvergne, et sous commandement pakistanais, de poursuivre pour le compte de la France ces missions au sein de la CTF 150. Quatrième FREMM de la flotte française, cette unité, qui n’est pas encore admise au service actif mais profite du retour d’expérience de ses trois aînées, est intégrée à l’opération en marge de son déploiement de longue durée, préalable à la prononciation de son ASA. On notera que la frégate embarque un hélicoptère Caïman Marine.

(*) La CTF150 est l’une des trois Task Forces des CMF, sous commandement américain, avec la CTF 151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF 152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique.

 

Marine nationale