Défense
CTF : L'automoteur Dartimon et le pousseur Résistant débarqués à Fos

Reportage

CTF : L'automoteur Dartimon et le pousseur Résistant débarqués à Fos

Défense

Le Rolldock Storm doit appareiller ce vendredi de Fos-sur-Mer après avoir débarqué le Résistant et le Dartimon de la Compagnie Fluviale de Transport. Les opérations ont été réalisées les 29 et 30 mars, le navire semi-submersible ayant accosté dans la darse 3 le 27 mars, alors que la météo était exécrable.

 

Le Rolldock Storm (© : EMMANUEL BONICI)

Le Rolldock Storm (© : EMMANUEL BONICI) 

 

La journée de mardi a été consacrée à la mise à l’eau du Résistant, un pousseur de 22 mètres et 2000 cv livré en 2005 par Socarenam et que CTF exploitait précédemment en Seine. Le Rolldock Storm était venu le chercher à Rouen. La manœuvre a été réalisée au moyen des deux grues du navire, des Liebher d’une capacité unitaire de 350 tonnes, qui ont travaillées en tandem. Ce sont les dockers de Soserdid (manutentionnaire et locataire permanent du quai) qui ont dessaisi le pousseur et effectués la préparation du travail de levage, aidés par l'équipe de Rolldock qui supervisait la manœuvre.

 

Mise à l'eau du Résistant (© : EMMANUEL BONICI)

Mise à l'eau du Résistant (© : EMMANUEL BONICI) 

 

 

Le Résistant (© : EMMANUEL BONICI)

Le Résistant (© : EMMANUEL BONICI) 

 

A 8h30, le 29 mars, tout est prêt pour débuter le levage. Le Rolldock Storm étant un semi-submersible, il dispose de capacité de ballastage très importantes et n'utilise donc pas de caisson de flottaison extérieur pour augmenter son couple de renversement.

Avec une impressionnante maitrise, les deux grues, sous l'oeil affuté du commandant du navire, effectuent une giration sur bâbord pour amener le pousseur au-dessus de l'eau. Dans cette perspective, elles sont orientées en douceur l'une après l'autre, en faisant attention à ce que leurs flèches ne se heurtent pas, quelques dizaines de centimètre seulement les séparant. Cette giration est ponctuée de très courte pause (moins de 30 secondes) pour que le système de ballastage compense le déplacement de la charge et garde ainsi une assiette stable.

Cette manoeuvre très délicate est gérée par l'officier levage qui depuis une batterie d'écrans à la passerelle, gère le système et informe en temps réel par radio le chef de manoeuvre posté sur le pont. A 10h00 le Résistant touche l'eau, l'équipage embarqué sur une vedette du lamanage monte à bord. Un quart d’heure plus tard, après avoir démarré ses moteurs, le pousseur sort des  sangles porteuses par ses propres moyens, pour aller se mettre à quai juste derrière le Rolldock Storm.

 

Le Dartimon dans la cale du Rolldock Storm (© : EMMANUEL BONICI)

Le Dartimon dans la cale du Rolldock Storm (© : EMMANUEL BONICI) 

 

Mercredi 30, c'est au tour du Dartimon de se présenter. Il s’agit d’un tout nouvel automoteur construit par le chantier néerlandais Asto pour le compte de CTF. Embarqué à Rotterdam avant la prise en charge du Résistant en Normandie, le Dartimon mesure 110 mètres de long pour 11.4 mètres de large, avec un port en lourd de 2785 tonnes.

 

(© : EMMANUEL BONICI)

(© : EMMANUEL BONICI) 

 

Contrairement au Résistant, l’automoteur n’a pas été gruté compte tenu de sa taille mais mis à l’eau par immersion partielle du Rolldock Storm. Tôt le matin, alors que le jour n'est pas encore levé, le navire commence son ballastage pour s'enfoncer jusqu'à la limite d'immersion de sa cale. Sa porte arrière est ouverte et laisse entrevoir le Dartimon. L'équipage de l’automoteur, aidé par des marins du navire, monte à bord, puis le ballastage reprend, inondant petit à petit l'immense cale. Le tirant d'eau de départ est de 5 mètres environ et descend jusqu'à la cote de 8.2 mètres pour permettre au Dartimon de flotter dans la cale.

 

(© : EMMANUEL BONICI)

(© : EMMANUEL BONICI) 

 

A 9h30 le Dartimon, positionné poupe vers l'arrière, commence très lentement sa sortie. Il ne peut utiliser son propulseur d'étrave pour rester dans l'axe de la cale. Toutefois, malgré cette contrainte, la manoeuvre bien qu'un peu longue se passe sans difficulté particulière et à 10h10 l’automoteur accoste au quai derrière le Rolldock Storm.

 

 

Affichant un tirant d’eau de 3 mètres, le Dartimon, compatible avec le gabarit du Rhône et de ses écluses, est spécialement conçu pour le transport d’hydrocarbures et de produits chimiques, en particulier du benzène. Il devrait assurer des rotations entre les installations de Lavéra et Feyzin.  

Quant au Résistant, son redéploiement va permettre à CFT de répondre à la hausse des demandes de ses clients. Filiale du groupe Sogestran, la société, qui exploite à l’heure actuelle 11 pousseurs dans le Sud, en particulier pour les barges transportant les conteneurs et vracs (solides et liquides) débarqués à Fos et destinés à la région lyonnaise, doit en effet gérer la hausse du trafic conteneurisé. Mais aussi la montée en puissance de la construction du réacteur expérimental ITER, pour laquelle les expéditions de colis lourds (transportés entre Fos et Berre sur la barge Sirocco) se multiplient. 

Port de Marseille Transport fluvial | Toute l'actualité du secteur fluvial