Défense
Damen dévoile ses nouveaux patrouilleurs hauturiers

Actualité

Damen dévoile ses nouveaux patrouilleurs hauturiers

Défense

A l’occasion du salon Asia Pacific qui s’est déroulé fin avril à Singapour, le groupe néerlandais a dévoilé sa nouvelle gamme d’OPV (Offshore Patrol Vessel). Sur la base d’une coque inspirée des quatre patrouilleurs du type Holland construits pour la marine des Pays-Bas (*), Damen a intégré son design Sea Axe, comprenant une étrave droite facilitant le franchissement des vagues. Bénéficiant d’une conception modulaire, les nouveaux OPV disposent à l'arrière, sous la plateforme hélicoptère, d'un vaste espace reconfigurable selon les besoins. Ainsi, les bâtiments peuvent être gréées avec des modules de missions, y compris des drones de guerre des mines logés dans des conteneurs. Ces engins sont mis à l’eau à la poupe au moyen de dispositifs spécifiques alors qu’une rampe centrale permet le déploiement et la récupération rapide d’une embarcation d'intervention semi-rigide de 9 mètres, un second RHIB de cette taille étant embarqué sous bossoir à bâbord. 

 

(© : DAMEN)

(© : DAMEN)

 

La passerelle panoramique est complétée sur le même pont par un central opération fermé, cet espace étant protégé par des cloisons blindées. Les nouveaux patrouilleurs hauturiers de Damen disposent également d’une plateforme et d’un vaste hangar pour un hélicoptère de 6 à 11 tonnes ainsi qu’un drone aérien comme le ScanEagle  (avec sa catapulte et son dispositif de récupération). Ce hangar permet non seulement d’abriter les machines, mais aussi de les entretenir, avec des outils de manutention, un atelier et des magasins. L’armement est axé autour de l’artillerie, avec une pièce principale pouvant aller jusqu’à une tourelle de 76mm, complétée par des affûts télé-opérés de plus petit calibre.

Quatre modèles de 1400 à 2600 tonnes

Quatre modèles principaux ont été dévoilés par Damen. Le plus petit est l’OPV 1400, qui mesure 75 mètres de long pour 12.7 mètres de large, avec un déplacement de 1400 tonnes. Capable d’atteindre 23 nœuds, il peut franchir 4000 milles à vitesse économique et opérer jusqu’à 25 jours sans ravitaillement. Mis en œuvre par un équipage de 40 marins et capable de loger 12 personnes supplémentaires, l’OPV 1400 dispose d’une plateforme et d’un hangar pour un hélicoptère de 6 tonnes. Il est doté à l’arrière d’un espace modulaire de 130 m² pouvant abriter deux conteneurs.

Vient ensuite l’OPV 1800 de 85 mètres de long pour 13.7 mètres de large. La vitesse de ce bâtiment de 1800 tonnes peut atteindre 25 nœuds, avec une autonomie de 5000 milles et 30 jours d’opérations. L’équipage est de 60 hommes, auxquels peuvent s’ajouter 36 personnels supplémentaires. L’espace modulaire, d’une surface de 190 m², permet de loger trois conteneurs. A partir de cette taille d’OPV, l’hélicoptère embarqué est de la classe 11 tonnes, comme le NH90.

D’une longueur de 95 mètres pour une largeur de 14.4 mètres et un déplacement de 2400 tonnes, le modèle supérieur peut atteindre 26 nœuds, franchir 6000 milles et rester en mer durant 40 jours. L’équipage de l’OPV 2400 est toujours de 60 marins mais la capacité d’accueil complémentaire atteint 48 personnes. L’espace modulaire est nettement plus grand, avec 220 m², de quoi loger trois conteneurs et du matériel supplémentaire.

Le plus gros patrouilleur de cette famille est l’OPV 2600. D’une longueur de 103 mètres pour une largeur de 14.4 mètres, sa vitesse de pointe est de 26 nœuds et son autonomie atteint 7000 milles (40 jours). La capacité d’hébergement est identique à l’OPV 2400 mais l’espace modulaire est encore plus vaste. Il atteint 320 m², permettant notamment de loger cinq conteneurs.

 

 

Des plateformes très polyvalentes

Grâce aux modules de missions, Damen propose aux marines, garde-côtes et autres administrations concernées par la surveillance et la sécurité maritimes des OPV extrêmement polyvalents. Ils peuvent non seulement assurer les traditionnelles missions dévolues aux patrouilleurs en matière d’action de l’Etat en mer (lutte contre les trafics illicites, la piraterie et le terrorisme, police des pêches, surveillance et contrôle des navires, gestion de l’immigration clandestine, sauvetage en mer…) mais aussi être gréés en unité antipollution, en plateforme de soutien à une opération humanitaire ou, comme on l'a vu, en bâtiment de guerre des mines. 

(*) Voir notre reportage à bord du Holland

 

Damen | Toute l'actualité du constructeur naval néerlandais